10 mars 1940

10 mars 1940


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

10 mars 1940

Guerre d'hiver

Les Soviétiques prétendent avoir capturé Repola, au nord-est de Viipuri

Le gouvernement finlandais annonce que sa délégation pour la paix est arrivée à Moscou

Guerre dans les airs

Un vol de reconnaissance de la RAF visite Vienne et Prague

Guerre en mer

vapeur allemand Hanovre aurait été sabordé



Aîné de trois garçons, Chuck Norris s'est décrit un jour comme "l'enfant timide qui n'a jamais excellé dans quoi que ce soit à l'école". Son père était un alcoolique qui a pratiquement disparu de la vie de Norris après le divorce de ses parents. À l'âge de 10 ans, Norris a déménagé avec sa mère et ses frères en Californie. Là, il a fréquenté le lycée North Torrance.

Norris a épousé sa petite amie du lycée, Dianne Holechek, en 1958, la même année où il a rejoint l'US Air Force. Alors qu'il était stationné à la base aérienne d'Osan en Corée du Sud, il a commencé à étudier les arts martiaux. Il a quitté le service en 1962 et a commencé à travailler comme instructeur de karaté.


L'Italie déclare la guerre à la France et à la Grande-Bretagne

Le 10 juin 1940, après s'être abstenu formellement d'allégeance à chaque camp dans la bataille entre l'Allemagne et les Alliés, Benito Mussolini, dictateur de l'Italie, déclare la guerre à la France et à la Grande-Bretagne.

Qu'est-ce qui a causé le changement d'avis d'Il Duce ? Peut-être l'occupation allemande de Paris l'a-t-elle fait. « D'abord, ils étaient trop lâches pour participer. Maintenant, ils sont pressés de partager le butin », a réfléchi Hitler. (Cependant, Mussolini a affirmé qu'il voulait entrer avant la capitulation française complète uniquement parce que le fascisme ne croyait pas à frapper un homme quand il est à terre.)

L'Italie&# x2019s manque de matières premières avait fait Mussolini se méfier de mener une guerre totale auparavant. La Grande-Bretagne et la France le courtisaient également avec des promesses de concessions territoriales en Afrique en échange de la neutralité. Mais l'idée que son partenaire de l'Axe conquiert à lui seul le continent était trop difficile à supporter pour son ego. Alors que l'Allemagne avait exhorté l'Italie à participer en septembre 1939, à cette date tardive, une telle intervention s'avérerait probablement plus un obstacle qu'une aide. Par exemple, malgré la déclaration de guerre de l'Italie le 10, ce n'est que le 20 que les troupes italiennes ont été mobilisées en France, dans le sud-ouest et facilement tenues à distance par les forces françaises.

La réaction des Alliés à la déclaration de guerre est rapide : à Londres, tous les Italiens qui ont vécu en Grande-Bretagne moins de 20 ans et qui ont entre 16 et 70 ans sont immédiatement internés. En Amérique, le président Roosevelt a diffusé à la radio la promesse de soutien à la Grande-Bretagne et à la France avec les ressources matérielles de cette nation.


Le 26 mars 1997, 39 membres de la secte "Heaven's Gate" se sont suicidés avec l'intention d'être récupérés par un vaisseau spatial extraterrestre et emmenés quelque part dans l'espace où ils trouveraient vraisemblablement le bonheur éternel. Les sectes existent depuis aussi longtemps qu'il y a eu la religion, commençant comme un groupe dissident qui va à l'encontre des croyances conventionnelles, devenant parfois une religion dominante et parfois n'atteignant jamais rien de plus qu'un statut de sideshow. Voici 10 sectes bien connues pour leurs croyances extrêmes, leurs tendances suicidaires ou leur implication dans des célébrités.

Creuser plus profond

10. Franc-maçonnerie.

Est-ce un culte ? Certains, notamment ses détracteurs, le pensent, alors que beaucoup d'autres y voient une organisation fraternelle au service du bien public. Datant de (1425 ?) siècles aux organisations de maçons (travailleurs de la pierre), les critiques affirment que les francs-maçons sont une élite au pouvoir secret qui dirige le monde derrière un voile de secret. Avec des rôles de membres secrets, des rituels secrets spéciaux et des vêtements de cérémonie spéciaux, il est facile de voir comment les non-membres peuvent avoir cette impression. Les critiques de la franc-maçonnerie ont inclus diverses grandes religions, en particulier l'Église catholique romaine. Fait fissuré: L'Allemagne nazie était un critique de la franc-maçonnerie. De nombreuses personnes éminentes ont été des francs-maçons, notamment des présidents, des membres de la royauté, des gouverneurs, des acteurs et chanteurs célèbres et une foule d'autres célébrités. L'adhésion est gardée secrète, donc ce n'est que par l'auto-révélation ou les dossiers familiaux que vous pourrez savoir qui est réellement un franc-maçon. Peut être votre voisin ou même tu!

9. Assemblée Notre-Dame d'Endor.

Aussi connu sous le nom Ophite Cultus Satanas, Comme son nom l'indique, il s'agit d'un culte adorant Satan, fondé à Toledo, Ohio par Herbert Sloane en 1948. Le culte satanique à travers les âges a été largement mené par des individus ou de très petits groupes, l'OCS marquant un changement moderne vers un culte de groupe plus large. Le plus grand Église de Satan fondée par Anton LeVay en 1966 a publié un Bible satanique et a lutté pour être acceptée en tant que religion reconnue. Comme pour la plupart des sectes, les chiffres exacts ne sont qu'une supposition, mais il pourrait y avoir environ 100 000 satanistes pratiquants dans le monde aujourd'hui.

8. Armée de libération symbienne.

Fondée par l'activiste afro-américain Donald Defreeze (se faisant appeler « General Field Marshall Cinque ») après s'être évadé de prison (emprisonné après avoir volé une prostituée), la SLA se considérait comme le premier militant révolutionnaire des droits des Afro-Américains. DeFreeze était le seul membre afro-américain ! Prétendre croire en une « harmonie profonde et aimante » était un méli-mélo doctrinal de communisme et de Kwanzaa. Célèbres pour l'enlèvement de l'héritière Patty Hearst (qui a ensuite été graciée par le président Carter), ils ont également commis plusieurs vols et au moins 2 meurtres. La SLA s'est terminée par une fusillade massive en 1974 avec la police de Los Angeles, au cours de laquelle plus de 9 000 coups ont été tirés sans faire de victimes policières et tous les membres de la SLA présents sont morts sur les lieux. L'ALS s'est évanouie en 1975 avec l'emprisonnement des derniers membres restants.

7. Aum Shinrikyo.

Avec des branches connues sous le nom Aleph et Hikari no Wa, cette secte est considérée comme terroriste par de nombreux pays. Comme son nom l'indique, il s'agit d'une secte basée au Japon, bien qu'elle ait des membres dans le monde entier. Mieux connu pour son attaque de 1995 contre le métro de Tokyo en utilisant Sarin gaz toxique, tuant 13 personnes, en blessant grièvement 54 autres et exposant peut-être 6 000 personnes au poison mortel. Aum s'est également livré à d'autres meurtres en utilisant Sarin et VX poisons et a tenté d'assassiner leurs détracteurs. D'autres tentatives de meurtre de masse incluent l'utilisation de cyanure dans le but de tuer 20 000 personnes innocentes ainsi que des tentatives de développement d'armes biologiques. Oh, et parfois ils poignardent les gens à mort. Contenant un mélange de religions chrétiennes et orientales avec une dose de Nostradamus, le fondateur s'est déclaré Christ en 1992, ce qui semble assez courant chez les chefs de secte.

6. Ordre du Temple solaire.

Le successeur du Chevaliers templiers , l'Ordre date probablement du début des années 1950 et peut être considéré comme une « société secrète ». Ils ont même leur propre culte dissident qui a dérivé de l'Ordre. En 1994, le culte a sacrifié un jeune garçon, le poignardant à mort avec des pieux en bois au Québec, Canada. En une semaine, 15 membres principaux se sont suicidés par empoisonnement après avoir assassiné 38 autres membres par balle, suffocation et autres moyens au Québec et en Suisse. Pour ne pas être en reste, 16 autres membres se sont entretués et se sont tués en décembre 1995 en France.

5. Mouvement pour la restauration des dix commandements de Dieu.

Basé en Ouganda, en Afrique, par un brasseur de bière à la banane (vraiment, sans blague), il s'agissait d'un groupe dissident catholique romain dans lequel les fondateurs avaient des visions de la Vierge Marie (probablement pas en buvant de la bière à la banane). Ce culte est connu pour être un culte « apocalyptique » avec ses croyances centrées sur la fin imminente du monde, dans ce cas, l'an 2000. Lorsque le monde a déçu les membres en ne se terminant pas, la date du 17 mars 2000 a été réassignée comme apocalyptique, et pour être sûr, plus de 500 membres se sont suicidés et des membres réticents ont été assassinés.

4. Moonies.

Connue sous le nom d'Église de l'Unification et fondée par Sun Myung Moon en Corée en 1954, le terme « Moonies » pour décrire les membres est parfois considéré comme péjoratif bien que Moon lui-même ait utilisé le terme. Connu pour organiser des cérémonies de mariage de masse unissant des milliers de couples à la fois, un autre principe principal du culte est la résurrection, qui ressemble bien sûr à une réincarnation pour les étrangers, mais est décrite par les chefs religieux comme quelque peu différente. Lune a prétendu être le Messie, successeur de Jésus-Christ. Les Moonies ont été accusés de garder secrètes leurs croyances fondamentales, de laver le cerveau des recrues, d'antsémitisme et de s'ingérer dans la politique américaine. Sun Myung Moon a été reconnu coupable de fraude fiscale aux États-Unis en 1982. Moon est décédé en 2012, laissant un fils et une fille diriger son église. Avec 100 000 membres rien qu'aux États-Unis, l'Unification peut être considérée comme une religion au lieu d'un culte, selon votre définition de chacun. Fait fissuré : Le Washington Times journal est dirigé par les Moonies !

3. Le Temple des Peuples.

Dirigé par Jim Jones, le Projet agricole du temple des peuples comme ils appelaient leur commune en Guyane (Amérique centrale) est surtout connue pour son suicide de masse le 18 novembre 1978, laissant 909 membres morts par suicide, principalement en buvant du cyanure mélangé à une boisson gazeuse. Les membres réticents ont été abattus. L'impulsion pour le suicide de masse était le massacre d'une délégation dirigée par le membre du Congrès Leo Ryan qui était venu en Guyane à la demande des membres de la famille inquiets de certains des adeptes de la secte. Cet incident était la deuxième pire perte de vie civile américaine après les attaques du 11 septembre 2001 contre le World Trade Center.

2. Branche Davidiens.

Un groupe dissident qui s'est séparé des adventistes du septième jour en 1955 et dirigé par un homme se faisant appeler "David Koresh", le complexe de ce culte à l'extérieur de Waco, au Texas, est devenu célèbre en 1993 lorsque des agents fédéraux ont tenté de perquisitionner le complexe pour rechercher des armes illégales, des signes de maltraitance d'enfants et de personnes détenues contre leur gré. Le raid qui en a résulté et le siège de 51 jours ont entraîné la mort de 4 agents fédéraux et de 83 membres de la secte, dont Koresh. Koresh, qui s'appelait à l'origine Vernon Howell, se considérait comme un descendant du roi biblique David et affirmait que le prochain messie serait son descendant.

1. Scientologie.

La Scientologie a été fondée au début des années 1950 par un écrivain de science-fiction (L. Ron Hubbard) comme une sorte d'étape évolutive du mouvement d'entraide de Hubbard qu'il appelait La Dianétique. Reconnu (légalement) aux États-Unis comme une « religion », de nombreux autres pays ont soit refusé de conférer un statut religieux au groupe, soit ont révoqué un tel statut. Certains pays ont même rendu la Scientologie indésirable. Constituée de croyances allant d'une sorte de réincarnation à des vaisseaux spatiaux transportant l'essence vitale des adhérents, la Scientologie ne révélera ses secrets les plus intimes qu'aux membres qui se sont avérés capables de gérer une telle connaissance. Accusée d'être secrète, de se livrer à l'intimidation, au lavage de cerveau et à l'assassinat de caractère, la Scientologie a de nombreux ennemis et détracteurs. Son fondateur, L. Ron Hubbard revendique toutes sortes d'exploits militaires qui sont prouvés faux ainsi que d'autres aventures improbables. La Scientologie est peut-être mieux connue pour ses membres célèbres tels que Tom Cruise et John Travolta.

Question pour les étudiants (et abonnés) : Rejoindriez-vous un jour une secte ? S'il vous plaît laissez-nous savoir dans la section commentaires sous cet article.

Si vous avez aimé cet article et souhaitez recevoir une notification des nouveaux articles, n'hésitez pas à vous abonner à Histoire et titres en nous aimant sur Facebook et devenir l'un de nos mécènes !


Lillian Wald (10 mars 1867 – 1 septembre 1940)

Un article récent dans le Journal américain des soins infirmiers (Pittman, 2019) a ravivé notre intérêt pour les réalisations marquantes de Lillian Wald, notamment sa co-fondation, avec Mary Brewster, du Henry Street Settlement à New York en 1893 (Dock & Stewart, 1938). « Leur travail », selon Dock et Stewart (1938), « a conduit au développement suivant des soins infirmiers itinérants en le reliant à toutes les conditions sociales, économiques et industrielles qui ont affecté la vie de leurs patients » (p. 162).

Pittman (2019) dans son récent AJournal américain des soins infirmiers article soulignant l'importance de la pratique de Wald comme modèle pour l'avenir, a expliqué : « Le modèle de soins de Wald [impliqué] des infirmières travaillant côte à côte avec des travailleurs sociaux à l'intersection de la médecine et de la société » (p. 46). Une autre perspective serait de considérer le travail de Wald comme une approche de la prestation des soins de santé qui englobe des services complémentaires fournis par des infirmières et des travailleurs sociaux.

L'une des caractéristiques de l'approche de Wald était la prévention des maladies et la promotion du bien-être. Son approche était telle que tout le monde avait un infirmier pour les soins primaires et que l'infirmier orientait les personnes nécessitant un traitement contre une maladie vers un médecin. On ne peut que se demander à quel point le système de santé aurait évolué différemment si le modèle de Wald était effectivement devenu L'approche de la santé.

De même, on ne peut que se demander ce qui se serait passé si le modèle de Wald avait été incorporé et mis en œuvre dans le cadre de la proposition de Grayce Sill (1983) pour l'établissement de sociétés détenues et exploitées par des infirmières qui passeraient des contrats avec toutes les agences cliniques pour la prestation de services d'infirmières (voir notre hommage à Grayce Sills ici). Alternativement, nous pouvons seulement nous demander ce qui pourrait arriver si le modèle de Wald était incorporé dans la proposition de Parse (2019) pour l'établissement de « centres communautaires détenus et gérés par [des infirmières] qui sont situés au niveau régional pour offrir des services à un groupe de familles dans une région. » (p.169).

Le modèle de livraison de Wald, au centre du récent article de Pittman. était extrêmement important parce qu'il permettait aux infirmières d'être, selon les mots de Wald, dans une « relation organique avec le quartier » et, par conséquent, permettait le « développement de coalitions communautaires pour influencer la politique sanitaire et sociale » (Falk-Rafael (1999, p. 27). Le modèle de prestation suivait le modèle de Nightingale de « soins infirmiers de santé », que Wald a recréé en tant que soins infirmiers de santé publique. C'était un modèle, cependant, qui a facilité l'adoption du modèle conceptuel des soins infirmiers de Wald, a soutenu qu'il suivait le modèle Nightingale (Falk-Rafael, 1999, 2005).Comme Nightingale, Wald considérait le patient comme le point central de la pratique et considérait le « patient » comme l'individu, la famille ou la communauté dans le contexte de la société valorisée c'est le modèle conceptuel de Wald qui a éclairé la pratique infirmière et sans lequel, le modèle de prestation n'aurait pas connu le succès est mentionné dans l'article de Pittman sur AJN.

Wald, comme Nightingale avant elle, a compris qu'en prodiguant des soins aux membres de la société qui étaient appauvris, privés de leurs droits et autrement vulnérables, bon nombre des problèmes de santé auxquels ils étaient confrontés pouvaient être évités par des actions en amont axées sur la modification/l'adoption de politiques publiques. Comme Nightingale, le modèle de prestation de Wald assurait que les soins infirmiers répondent aux problèmes de santé immédiats «en aval», tout en travaillant simultanément «en amont» pour façonner les politiques affectant la santé. Elle a fait pression pour des soins de santé pour ceux qui étaient appauvris et a établi des soins infirmiers ruraux et scolaires. De plus, encore une fois comme Nightingale, Wald a reconnu la valeur de la mesure des résultats. Par exemple, elle a publié des récits et des graphiques décrivant et illustrant les taux de mortalité considérablement plus faibles, globalement et par groupe d'âge, de 3535 enfants atteints de pneumonie soignés à domicile en 1914 par les infirmières de Henry Street par rapport à ceux admis dans les hôpitaux (Wald, 1915, pp 38-39). Wald n'était pas non plus seule dans son activisme politique parmi les infirmières de la colonie de Henry Street (voir la photo « La famille » ci-dessous). Lavinia Dock, la célèbre suffragette, et Margaret Sanger, qui a défié les lois Comstock pour fournir des informations contraceptives aux femmes et qui a établi le précurseur de Planned Parenthood, étaient également des infirmières de Henry Street (Falk-Rafael, 2005).

Les réalisations de Lillian Wald se sont étendues au-delà, bien qu'elles soient liées, à la colonie de Henry Street. Par exemple, elle a été élue première présidente de la National Organization for Public Health Nursing « vingt ans après qu'elle soit allée vivre à Henry Street et que son nom était connu dans de nombreux pays » (Dock & Stewart, 1938, p. 166 ). Auparavant, Wald avait contribué à l'initiative visant à contrôler la propagation de la tuberculose, lorsqu'elle et Mary Brewster « achetèrent des bacs à crachats dans le cadre de leur premier équipement » pour le Henry Street Settlement (Dock & Stewart, 1938, p. 325). Plus tard, Wald a contribué au mouvement de l'assurance-vie lorsque, en 1909, elle "s'est arrangée avec le Dr Lee K. Frankel de la Metropolitan Life Insurance Company pour que les infirmières visiteuses de Henry Street rendent leurs services aux assurés malades de cette société, comme un certain taux par visite » (Dock & Stewart, 1938, p. 344). Ce faisant, elle a augmenté l'accessibilité des soins de santé pour les personnes qui autrement n'auraient pas les moyens de se les payer et espérait étendre cette accessibilité grâce à davantage de partenariats avec les secteurs privé et gouvernemental. En outre, Wald a proposé ce qui est devenu le United States Children's Bureau, créé par le Congrès en 1912 (Dock & Stewart, 1938).

Le travail de Lillian Wald est un exemple de Critical Caring, une théorie de milieu de gamme ancrée dans les cadres conceptuels de Nightingale, Watson et des théories sociales féministes critiques. Cette théorie met également l'accent sur les soins infirmiers en aval et en amont comme étant essentiels à la santé de la population et partage avec Nightingale et Wald le principe selon lequel la justice est une manifestation de bienveillance et de compassion (Falk-Rafael, 2005).

Dock, L. L., & Stewart, I. M. (1938). UNE Brève histoire des soins infirmiers : des origines à nos jours(4 e éd.). New York, NY : Les fils de G. P. Putnam.

Falk-Rafael, A.R, (1999). La politique de promotion de la santé : Influences sur la pratique infirmière de promotion de la santé publique en Ontario, Canada de Nightingale aux années 90. Avancées en sciences infirmières,22(1), 23.

Falk-Rafael, A. (2005). Dire la vérité au pouvoir. L'héritage et l'impératif moral des soins infirmiers. Avancées en sciences infirmières, 28, 212-223.

Parse, R. R. (2019). Les lieux de soins en transition : un changement de paradigme ? Nursing Science Quarterly, 32, 169-170.

Pittman, P. (2019). Relever le défi : Re-embrasser le modèle de soins infirmiers Wald. Journal américain des soins infirmiers, 119(7) 46-52.


7. Peste Antonine 165-180

La peste d'Antonin était une épidémie dévastatrice qui a grandement contribué au déclin de l'Empire romain. Cette maladie mortelle a fait rage pendant 15 ans, de 165 à 180, anéantissant jusqu'à un tiers de la population dans de nombreuses régions et remplissant les rues de corps plus rapidement qu'ils ne pouvaient être enterrés.

Les symptômes de la maladie comprenaient de la fièvre, de la diarrhée et une inflammation de la gorge, et elle était souvent mortelle. Bien que le grand médecin grec Galien ait été présent pendant la peste, ses descriptions sont sommaires et il est donc difficile de dire exactement quel virus était responsable. La plupart des historiens, cependant, s'accordent à dire que le coupable était soit la rougeole, soit la variole.

Le nombre total de décès dus à l'épidémie est estimé à environ cinq millions. Et en raison des effets combinés d'autres épidémies, telles que la peste de Cyprien, la diminution de la population n'a pas pu produire la puissance militaire ou économique pour soutenir l'empire romain d'Occident. Au IIIe siècle, la capitale ne fournissait plus de gouvernement central fort et, à partir de ce moment, le pouvoir impérial ne pouvait que s'effondrer. Juste pour penser : la désintégration de l'empire mondial de Rome, le tout causé par une poignée de germes.


Commentaires 5

L'USO est une organisation merveilleuse et reste un élément essentiel de l'héritage patriotique de notre nation. Ils fournissent activement et efficacement tant de soutien et d'encouragement à nos hommes et femmes de service et à leurs familles partout dans le monde. Nous leur devons notre profonde gratitude. Ils font autant partie de notre présent et de notre avenir qu'ils ont fait partie de notre passé, et nous pouvons toujours offrir notre soutien à l'organisation et apporter notre contribution. Si vous souhaitez en savoir plus sur l'USO, y compris comment vous pouvez aider à offrir votre soutien de multiples façons, visitez http://www.uso.org/.

MERCI DIEU À TOUS CEUX QUI ONT DONNÉ LE MEILLEUR SI GRACE N EXTRA MERCI À TOUS CEUX QUI ONT SERVI N/OU SERVANT À GARDER LA MAISON DES ÉTATS-UNIS GRATUITEMENT EN RAISON DE COURAGEUX

Ma mère était une artiste à l'USO
Nous avons son contrat de septembre 1943.
Nous sommes tellement fiers d'elle.


10 des plus gros mensonges de l'histoire

Selon le mythe, un jeune George Washington a avoué avoir coupé un cerisier en proclamant : "Je ne peux pas mentir". L'histoire témoigne du respect que les Américains ont pour leur premier président chéri et de l'honnêteté en général. Malheureusement, dans les annales de l'histoire, il semble qu'il y ait 10 scélérats malhonnêtes pour chaque héros honorable comme Washington.

Soi-disant, la vérité peut vous libérer. Mais pour beaucoup, la tromperie détient la clé de l'argent, de la gloire, de la vengeance ou du pouvoir, et celles-ci s'avèrent bien trop tentantes. Dans l'histoire, cela a souvent abouti à des canulars élaborés, des parjures et des contrefaçons qui ont eu d'énormes effets d'entraînement.

Dans les pages suivantes, nous passerons en revue certains des mensonges les plus colossaux et les plus significatifs de l'histoire. Bien qu'une telle liste ne puisse pas être exhaustive, nous avons cherché à inclure une variété de mensonges qui ont influencé la politique, la science et même l'art. À la suite de cela, des vies ont été perdues, des économies ont été détruites, des recherches légitimes ont été entravées et, surtout, la foi en notre prochain a été brisée.

Sans plus tarder, plongeons dans l'un des mensonges les plus anciens et les plus réussis jamais enregistrés.

Si tout est juste dans l'amour et la guerre, cela pourrait être le plus pardonnable des gros mensonges. Lorsque le Troyen Paris s'enfuit avec Hélène, épouse du roi spartiate, la guerre éclate. Cela faisait rage pendant 10 longues années quand les Troyens croyaient avoir enfin vaincu les Grecs. Ils ne le savaient pas, les Grecs avaient un autre tour dans leur sac.

Dans un coup de génie, les Grecs construisirent un énorme cheval de bois au ventre creux dans lequel les hommes pouvaient se cacher. Après que les Grecs eurent convaincu leurs ennemis que cette structure était une offre de paix, les Troyens l'acceptèrent avec joie et amenèrent le cheval dans leur ville fortifiée. Cette nuit-là, alors que les chevaux de Troie dormaient, les Grecs cachés à l'intérieur se sont faufilés par la trappe. Ensuite, ils ont procédé au massacre et à la défaite décisive des Troyens.

Ce fut sans aucun doute l'un des tours les plus importants et les plus réussis connus de l'histoire - c'est-à-dire, si c'est vrai. Homère fait allusion à l'événement dans "L'Iliade", et Virgile extrapole l'histoire dans "L'Énéide". Une théorie derrière le cheval de Troie vient de l'historien Michael Wood, qui propose qu'il s'agissait simplement d'un bélier en forme de cheval qui s'est infiltré dans la ville [source : Haughton].

En tout cas, l'histoire a conquis une place permanente dans l'imaginaire occidental comme avertissement de se méfier des ennemis porteurs de cadeaux.

9. Les contrefaçons Vermeer de Han van Meegeren

Ce mensonge résultait d'un cas classique de vouloir plaire aux critiques. Han van Meegeren était un artiste qui se sentait sous-estimé et pensait pouvoir amener les experts en art à admettre son génie.

Au début du 20e siècle, les érudits se disputaient pour savoir si le grand Vermeer avait peint une série d'œuvres représentant des scènes bibliques. Van Meegeren a saisi cette opportunité et s'est mis au travail avec soin pour forger l'une de ces œuvres contestées, "Les disciples d'Emmaüs". Il a volontairement joué sur le biais de confirmation des critiques qui voulaient croire que Vermeer avait peint ces scènes. Cela a fonctionné : les experts ont salué la peinture comme authentique, et van Meegeren s'est fait passer pour un bandit produisant et vendant plus de faux Vermeers. La cupidité a apparemment surmonté son désir de louanges, car il a décidé de ne pas se dévoiler.

Cependant, van Meegeren, qui travaillait dans les années 30 et 40, a fait une erreur majeure. Il a vendu un tableau à un membre éminent du parti nazi en Allemagne. Après la guerre, les Alliés le considéraient comme un conspirateur pour avoir vendu un "trésor national" à l'ennemi [source : Wilson]. Dans un curieux changement d'événements, van Meegeren a dû peindre pour sa liberté. Afin d'aider à prouver que le tableau n'était pas un trésor national, il en a forgé un autre en présence des autorités.

Il s'est évadé avec une peine légère d'un an de prison, mais van Meegeren est décédé d'une crise cardiaque deux mois après son procès.

8. Le schéma de Ponzi de Bernie Madoff

Lorsque Bernie Madoff a admis que sa société d'investissement n'était « qu'un gros mensonge », c'était un euphémisme [source : Esposito]. En 2008, il a avoué avoir escroqué environ 50 milliards de dollars auprès d'investisseurs qui lui ont confié leurs économies. Madoff a utilisé la formule d'un stratagème de Ponzi pour maintenir la fraude pendant plus d'une décennie.

Ce mensonge classique porte le nom du célèbre Charles Ponzi, qui a utilisé le stratagème au début du 20e siècle. Cela fonctionne comme ceci : un intrigant promet aux investisseurs d'excellents rendements, mais au lieu d'investir l'argent, il en garde pour lui-même et utilise les fonds des nouveaux investissements pour rembourser les investisseurs précédents.

Madoff n'a peut-être pas inventé ce mensonge, mais il l'a poussé plus loin. D'une part, il a fait un montant d'argent record grâce à ce stratagème. Mais il était également capable de le faire durer beaucoup plus longtemps que la plupart des intrigants de Ponzi. Habituellement, l'escroquerie s'effondre rapidement car elle oblige l'intrus à trouver constamment de plus en plus d'investisseurs. C'était aussi un mensonge particulièrement choquant parce que Madoff, en tant qu'ancien président du NASDAQ, avait été un expert accompli et respecté dans le domaine financier. Comparez cela à Chares Ponzi, qui était un petit ex-détenu au moment où il a lancé son stratagème.

7. Anna Anderson, Alias ​​Anastasia

Avec les assauts de la Révolution russe, l'existence d'une famille royale était intolérable pour les bolcheviks. En 1918, ils ont massacré la famille royale des Romanov - le tsar Nicolas II, sa femme, son fils et ses quatre filles - pour s'assurer qu'aucun héritier légitime ne puisse plus tard refaire surface et rallier le public à son soutien.

Bientôt, des rumeurs ont circulé selon lesquelles certains membres de la famille royale s'étaient échappés et avaient survécu. Comme on pouvait s'y attendre, les demandeurs sont sortis du bois. "Anna Anderson" était la plus célèbre. En 1920, Anderson a été admise à l'hôpital après une tentative de suicide et a avoué qu'elle était la princesse Anastasia, la plus jeune fille de la famille royale. Elle se démarquait des autres demandeurs parce qu'elle avait une certaine ressemblance et une connaissance surprenante de la famille russe et de la vie à la cour.

Bien que quelques parents et connaissances qui avaient connu Anastasia croyaient Anderson, la plupart ne l'avaient pas fait. En 1927, une ancienne colocataire présumée d'Anderson a affirmé que son nom était Franziska Schanzkowska, pas Anna et certainement pas Anastasia [source : Aron]. Cela n'a pas empêché Anderson de se livrer à la célébrité et d'essayer de tirer profit d'un héritage royal. Elle a finalement perdu son procès dans les procédures judiciaires qui ont duré des décennies, mais elle est restée fidèle à son histoire jusqu'à sa mort en 1984. Des années plus tard, lors de la découverte de ce qui s'est avéré être les restes de la famille royale, des tests ADN l'ont confirmé à être un faux. En 2009, les experts ont finalement pu confirmer que tous les restes avaient été retrouvés et qu'aucun membre de la famille n'avait échappé à l'exécution en 1918 [source : CNN].

6. Titus Oates et le complot visant à tuer Charles II

Au moment où il a fabriqué son complot notoire, Titus Oates avait déjà une histoire de tromperie et de fourberie générale. Il avait été expulsé de certaines des meilleures écoles d'Angleterre ainsi que de la marine. Oates a même été reconnu coupable de parjure et a échappé à l'emprisonnement. Mais son plus gros mensonge était toujours devant lui.

Élevé protestant par un prédicateur anabaptiste, Oates est entré à Cambridge en tant que jeune homme pour étudier pour les ordres anglicans. Après qu'une mauvaise conduite l'eut démis de ses fonctions anglicanes, il commença à fréquenter les cercles catholiques et feignit de se convertir [source : Butler]. Avec les encouragements de son compatriote anti-catholique Israel Tonge, Oates s'est infiltré en territoire ennemi en entrant dans un séminaire catholique. En fait, il est entré dans deux séminaires - qui l'ont tous deux expulsé. Mais cela importait peu. À ce moment-là, il avait rassemblé suffisamment d'informations privilégiées et de noms pour faire d'énormes ravages.

En 1678, Oates concocta et prétendit découvrir un complot dans lequel les jésuites prévoyaient d'assassiner le roi Charles II. L'idée était qu'ils voulaient remplacer Charles par son frère catholique, James. Il s'en est suivi une panique de trois ans qui a alimenté le sentiment anti-catholique et a entraîné l'exécution d'environ 35 personnes [source : Encyclopaedia Britannica].

Après la mort de Charles en 1685, James devint roi et fit juger Oates pour parjure. Oates a été reconnu coupable, mis au pilori et emprisonné. Cependant, il n'a passé que quelques années en prison, alors que la Glorieuse Révolution balayait l'Angleterre en 1688. Sans James au pouvoir, Oates s'en est tiré avec un pardon et une pension.

Après que Charles Darwin ait publié son révolutionnaire " Sur l'origine des espèces " en 1859, les scientifiques se sont précipités pour trouver des preuves fossiles d'ancêtres humains éteints. Ils ont cherché ces soi-disant « liens manquants » pour combler les lacunes de la chronologie de l'évolution humaine. Lorsque l'archéologue Charles Dawson a déterré ce qu'il pensait être un chaînon manquant en 1910, ce qu'il a vraiment découvert était l'un des plus grands canulars de l'histoire.

La découverte était l'homme de Piltdown, des morceaux de crâne et de mâchoire avec des molaires situés dans la carrière de Piltdown dans le Sussex, en Angleterre. Dawson a apporté sa découverte à l'éminent paléontologue Arthur Smith Woodward, qui a vanté son authenticité jusqu'à son dernier jour.

Bien que la découverte ait acquis une renommée mondiale, le mensonge derrière l'homme de Piltdown s'est lentement et progressivement démêlé. Au cours des décennies qui ont suivi, d'autres découvertes majeures ont suggéré que l'homme de Piltdown ne correspondait pas à l'histoire de l'évolution humaine. Dans les années 1950, des tests ont révélé que le crâne n'avait que 600 ans et que la mâchoire provenait d'un orang-outan. Une personne bien informée a apparemment manipulé ces pièces, notamment en limant et en tachant les dents.

Le monde scientifique avait été dupé. Alors qui était derrière la fraude ? De nombreux suspects ont fait surface, dont Dawson lui-même. Aujourd'hui, la plupart des signes indiquent Martin A. C. Hinton, un bénévole du musée au moment de la découverte. Un tronc portant ses initiales contenait des ossements qui étaient tachés exactement de la même manière que les fossiles de Piltdown. Peut-être voulait-il embarrasser son patron, Arthur Smith Woodward, qui refusait de lui verser un salaire hebdomadaire.

Comme le complot inventé par Titus Oates, ce scandale s'est construit sur un mensonge qui a dramatiquement affecté la politique nationale et a été perpétué pendant des années par la haine. Alfred Dreyfus était un officier juif de l'armée française à la fin du XIXe siècle lorsqu'il a été accusé d'un crime de trahison : la vente de secrets militaires à l'Allemagne.

Après son procès très médiatisé, les autorités l'ont condamné à la réclusion à perpétuité sur l'île du Diable, et des groupes antisémites l'ont utilisé comme un exemple de Juifs antipatriotiques. Cependant, des soupçons ont surgi que les lettres incriminées étaient en fait falsifiées et qu'un major Esterhazy était le vrai coupable. Lorsque les autorités françaises ont réprimé ces accusations, le romancier Emile Zola est intervenu pour accuser l'armée d'une vaste opération de camouflage.

Le scandale a explosé en une bagarre entre les soi-disant dreyfusards, qui voulaient voir l'affaire rouverte, et les anti-drefusards, qui ne l'ont pas fait. De part et d'autre, le débat est devenu moins sur l'innocence de Dreyfus que sur le principe. Au cours de la controverse dramatique de 12 ans, de nombreuses émeutes antisémites violentes ont éclaté et les allégeances politiques ont changé alors que les Dreyfusards appelaient à des réformes.

Après que le major Hubert Joseph Henry a admis avoir falsifié des documents clés et s'être suicidé, un cabinet nouvellement élu a finalement rouvert l'affaire. Le tribunal a de nouveau déclaré Dreyfus coupable, mais il a rapidement été gracié par le président. Quelques années plus tard, une cour d'appel civile déclara Dreyfus innocent, et il poursuivit une brillante carrière militaire et combattit avec honneur pendant la Première Guerre mondiale. Pendant ce temps, le scandale avait changé le visage de la politique en France.

En janvier 1998, le citoyen journaliste Matt Drudge a rapporté une histoire sensationnelle qui s'est avérée vraie. Le président des États-Unis, Bill Clinton, a eu une liaison avec une stagiaire de la Maison Blanche, Monica Lewinsky. Alors que les soupçons montaient, Clinton a publiquement nié les allégations. As if this lie weren't big enough, it turned out that Clinton had lied under oath about the affair as well -- which was perjury and grounds for impeachment.

Here's how the truth came out. Paula Jones was an Arkansas state employee when then-governor Clinton allegedly propositioned her. She later sued him for sexual harassment. In an effort to prove that Clinton had a pattern of such behavior, lawyers set out to expose his sexual affairs. They found Linda Tripp, a former White House secretary and confidant of Lewinsky. Tripp recorded telephone conversations in which Lewinsky talked of her affair with Clinton. Lawyers then probed Clinton with specific questions and cornered him into denying the affair under oath.

During the highly publicized scandal, prosecutor Kenneth Starr subpoenaed Clinton, who finally admitted to the relationship. Based on Starr's report, the House of Representatives voted to impeach Clinton for not only perjury but obstruction of justice. Despite the scandal, Clinton maintained relatively high approval ratings from the American public, and the Senate acquitted him of the charges. However, in the eyes of many Americans, his legacy remained tarnished.

Two decades before the Clinton scandal, another U.S. president was caught in a web of lies, and the controversy had devastating effects on the country as a whole.

In the summer before President Richard Nixon's successful re-election to a second term, five men were caught breaking into the Democratic National Committee headquarters, housed in the Watergate Hotel. As details emerged over the next year, it became clear that officials close to Nixon gave the orders to the burglars, perhaps to plant wiretaps on the phones there. The question soon became about whether Nixon knew of, covered up or even ordered the break-in.

In response to mounting suspicions, Nixon denied allegations that he knew anything. In front of 400 Associated Press editors, famously proclaimed, "I am not a crook." He was talking about whether he had ever profited from public service, but that one quote came to represent his entire political career.

It was a lie that came back to haunt him. When it was revealed that private White House conversations about the matter were recorded, the investigative committee subpoenaed the tapes. Nixon's refusal on the basis of "executive privilege" brought the matter to the U.S. Supreme Court, which ruled that he had to relinquish the tapes.

The tapes were exactly the smoking gun needed to implicate Nixon in the cover-up of the scandal. They revealed that he obviously knew more about the matter than he claimed. Upon the initiation of impeachment proceedings, Nixon gave up and resigned from office. The scandal left a lasting scar on the American political scene and helped usher Washington outsider Jimmy Carter into the presidency a few years later.

1. The Big Lie: Nazi Propaganda

By the time Nazism arose in Germany in the 1930s, anti-Semitism was nothing new -- not by a long shot. The J­ewish people had suffered a long history of prejudice and persecution. And although Nazis perpetuated centuries-old lies, this time those lies would have their most devastating effects. Like never before, anti-Semitism was manifested in a sweeping national policy known as "the Final Solution," which sought to eliminate Jews from the face of the Earth.

To accomplish this, Adolf Hitler and his minister of propaganda, Joseph Goebbels, launched a massive campaign to convince the German people that the Jews were their enemies. Having taken over the press, they spread lies blaming Jews for all of Germany's problems, including the loss of World War I. One outrageous lie dating back to the Middle Ages claimed that Jews engaged in the ritual killings of Christian children and used their blood in the unleavened bread eaten at Passover [source: Landau].

Using Jews as the scapegoat, Hitler and his cronies orchestrated what they called "the big lie." This theory states that no matter how big the lie is (or more precisely, because it's so big), people will believe it if you repeat it enough. Everyone tells small lies, Hitler reasoned, but few have the guts to tell colossal lies [source: Hoffer]. Because a big lie is so unlikely, people will come to accept it.

This theory helps us understand so many of the lies throughout history. Although we've barely scratched the surface of all those lies that deserve (dis)honorable mentions, you can satiate your historical curiosity by browsing the lists on the next page.


10 March 1940 - History

Marines britanniques et autres pendant la Seconde Guerre mondiale au jour le jour
par Don Kindell

ROYAL NAVY SHIPS, JUNE 1940 (Part 1 of 4 )

(for more ship information, go to Naval History Homepage and type name in Site Search)

Les commandes navales et les sous-commandes/emplacements des navires qu'elles contiennent sont répertoriés approximativement du nord au sud/de l'est à l'ouest

Some warships are listed with their own unit and again when detached to another

FLOTTE DOMESTIQUE

Adm Sir Charles Forbes KCB, DSO

2nd Battle Squadron (Adm Sir Charles Forbes KCB, DSO) - battleships BARHAM (Capt G C Cooke) at Liverpool repairing to comp 30 Jun, NELSON (Capt G J A Miles) arr Greenock 8 Jun for refitting, RODNEY (Flag, Capt F H G Dalrymple-Hamilton) dep Scapa Flow on patrol 9 Jun, VALIANT (Capt H B Rawlings OBE) dep Scapa Flow on patrol 6 Jun

Escadron de croiseurs de bataille (Vice Adm W J Whitworth CB, DSO) - RENOWN (Flag, Capt C E B Simeon) dep Scapa Flow on patrol 9 Jun, REPULSE (Capt E J Spooner DSO, Capt W G Tennant CB, MVO from 18 Jun) dep Scapa Flow on patrol 5 Jun, HOOD (Capt I G Glennie) at Liverpool repairing to comp 11 Jun

Porte-avions (Vice Adm L V Wells CB, DSO) - ARK ROYAL (Flag, Capt C S Holland) dep Vestfjord covering Narvik evacuation, FURIOUS (Capt T H Troubridge) arr in the Clyde 26 May

Attendant destroyer - WESTCOTT (Lt Cdr W F R Segrave) at Plymouth

1er escadron de croiseurs (Vice Adm J H D Cunningham CB, MVO) - heavy cruisers BERWICK (Capt I M Palmer DSC, Capt G L Warren from 22 Jun) at Liverpool repairing to comp at the end of Jul, DEVONSHIRE (Flag, Capt J M Mansfield) arr Greenock 10 Jun, NORFOLK (Capt A J L Phillips) at Clyde repairing to comp 14 Jun, SUFFOLK (Capt J W Durnford) at Greenock repairing to comp 12 Feb 41, SUSSEX (Capt A R Hammick) dep Scapa Flow on patrol 5 Jun

2e escadron de croiseurs (Rear Adm A T B Curteis) - light cruisers AURORA (Capt L H K Hamilton DSO) at Portsmouth repairing to comp 28 Jun, PENELOPE (Capt G D Yates) at Greenock, temporary repairs to comp 2 Jul, towed to Tyne, final repairs comp 7 Jul 41

Detached to Nore Command - CARDIFF (Capt P K Enright) arr Dover 8 Jun, GALATEA (Flag, Curteis, Capt B B Schofield) arr Sheerness 27 May

18th Cruiser Squadron (Vice Adm G Layton CB, DSO, Vice Adm G F B Edward-Collins KCVO, CB from 15 Jun, on BIRMINGHAM Rear Adm M L Clarke DSC, second in command on SOUTHAMPTON) - heavy cruiser YORK (Capt R H Portal DSC) arr Rosyth 28 May, light cruisers EDINBURGH (Capt C M Blackman DSO) at Tyne refitting to comp 28 Oct, GLASGOW (Capt H Hickling) at Liverpool refitting to comp 1 Jul, NEWCASTLE (Capt J Figgins) dep Scapa Flow on patrol 5 Jun, SOUTHAMPTON (Flag, Clarke, Capt F W H Jeans MVO, Capt B C B Brooke from 18 Jun) dep Vestfjord covering Narvik evacuation.

Detached to the Humber - light cruisers BIRMINGHAM (Flag, Edward-Collins, Capt A C G Madden) arr Rosyth 10 Jun, MANCHESTER (Flag, Layton, Capt H A Packer) arr Rosyth 10 Jun, SHEFFIELD (Capt C A A Larcom) arr Rosyth 10 Jun

Anti-aircraft cruiser - CAIRO (Capt P V McLaughlin) at Tyne repairing to comp 7 Aug

Rear Adm Destroyers (Rear Adm R H C Hallifax) - destroyer depot ship WOOLWICH (Flag, Capt E C Thornton DSC) at Scapa Flow

3e flottille de destroyers (Capt P Todd DSO) - DELIGHT (Cdr M Fogg-Elliot DSO) dep Vestfjord covering Narvik evacuation, DIANA (Lt Cdr E G LeGeyt) dep Scapa Flow on patrol 31 May, ECHO (Cdr S H K Spurgeon DSO RAN) dep Vestfjord covering Narvik evacuation, ECLIPSE (Lt Cdr I T Clark) at Clyde repairing to comp 7 Sep, ELECTRA (Lt Cdr S A Buss) dep Scapa Flow on patrol 9 Jun, ENCOUNTER (Lt Cdr E V St J Morgan) at Scapa Flow, damaged, repaired at Chatham comp 20 Jul, ESCAPADE (Cdr H R Graham DSO) dep Liverpool 10 Jun, ESCORT (Lt Cdr J Bostock) dep Scapa Flow on patrol 9 Jun, HOTSPUR (Cdr H F H Layman DSO) at Chatham repairing to comp 13 Jul, IMOGEN (Cdr C L Firth, MVO) at Chatham refitting to comp 12 Jun, INGLEFIELD (Todd) dep Scapa Flow on patrol 9 Jun, ISIS (Lt E A F Drought, Cdr C S B Swinley from 17 Jun) at Falmouth under repair, taken to Plymouth 13 Jun repairing to comp 12 Sep

4e flottille de destroyers (Capt P L Vian DSO) - COSSACK (Vian) at Southampton repairing to comp 15 Jun, MAORI (Cdr H T Armstrong) arr Lerwick 10 Jun, SIKH (Cdr J A Giffard) at Clyde repairing to comp 29 Jun, ZULU (Cdr J S Crawford) arr Scapa Flow 9 Jun

6e flottille de destroyers (Capt C Caslon)

11th Division - ASHANTI (Cdr W G Davis) dep Scapa Flow on patrol 6 Jun, MASHONA (Cdr W H Selby) dep Scapa Flow on patrol 6 Jun, MATABELE (Lt Cdr P J Knowling, Cdr R St V Sherbrooke DSO from 23 Jun) at Falmouth repairing to comp 18 Aug, SOMALI (Cdr L P Skipwith) at Liverpool repairing to comp 1 Sep, TARTAR (Caslon) dep Scapa Flow on patrol 6 Jun

12th Division - BEDOUIN (Cdr J A McCoy DSO) dep Scapa Flow on patrol 6 Jun, ESKIMO (Cdr St J A Micklethwait DSO) arr Barrow 4 Jun to repair, repairs to comp at beginning of Sep, PUNJABI (Cdr J T Lean DSO) at Plymouth repairing to comp 12 Jun

8e flottille de destroyers (Capt A F de Salis) - FAULKNOR (de Salis) at Grimsby refitting to comp 13 Jun

15th Division - FEARLESS (Cdr K L Harkness) at Middlesbrough, FORESTER (Lt Cdr E B Tancock DSC) dep Lerwick 10 Jun, FOXHOUND (Cdr G H Peters DSC) dep Lerwick 10 Jun, FURY (Cdr E W B Sim) dep Harwich 10 Jun

16th Division - FAME (Cdr P N Walter) dep Skaanland covering Narvik evacuation, FIREDRAKE (Lt Cdr S H Norris DSC) dep Vestfjord covering Narvik evacuation, FORESIGHT (Lt Cdr G T Lambert) arr Harwich 10 Jun, FORTUNE (Cdr E A Gibbs DSO) arr Harwich 7 Jun

FORESIGHT, FORTUNE, FURY temporarily under command of C-in-C, Nore.

Escort destroyers (unattached) - ATHERSTONE (Cdr H W S Browning) arr Greenock 10 Jun, FERNIE (Lt Cdr R M P Jonas) dep Portland 9 Jun

Sloops (unattached) - BLACK SWAN (Capt A L Poland DSO, DSC) dep Rosyth 10 Jun, FLEETWOOD (Cdr A N Grey DSO) dep Tyne 10 Jun

Vice Admiral Submarines Vice Adm Sir Max K Horton KCB, DSO, Flag ashore at Fort Blockhouse, Portsmouth, designated HMS DOLPHIN

2e flottille de sous-marins (Capt G C P Menzies) - depot ship FORTH (Capt Menzies) at Rosyth, submarines TAKU (Lt Cdr V J H Van Der Byl DSC) dep Rosyth on patrol 27 May, TETRARCH (Lt Cdr R G Mills DSC) dep Rosyth on patrol 5 Jun, TRIAD (Lt Cdr E R J Oddie DSC) dep Rosyth on patrol 29 May, TRIBUNE (Lt E F Balston) arr Rosyth 28 May, TRIDENT (Lt Cdr G M Sladen) at Rosyth repairing to comp 18 Jun, TRITON (Lt Cdr E F Pizey DSO) arr Rosyth 4 Jun, TRIUMPH (Lt E Bruce) at Chatham repairing to comp 27 Sep, TRUANT (Lt Cdr H A V Haggard) arr Rosyth 1 Jun, Polish ORZEL (Lt Cdr J Grudzinski) dep Rosyth on patrol 23 May, no radio contact after departure, ordered to new patrol area on 2 June, but no acknowledgement, lost by mining late May/early June, being carried as overdue as of 10 June, WILK (Lt Cdr B Krawczyk, for next patrol Lt Cdr B Karnicki) arr Rosyth 10 Jun

3rd Submarine Flotilla (Capt P Ruck-Keene, Capt E H Longsdon Actg Commander) - depot ships MAIDSTONE (Capt Ruck-Keene), CYCLOPS (Capt Longsdon), both at Rosyth, yacht WHITE BEAR (Capt R Gill RNR) arr Rosyth 6 Jun, submarines H.34 (Lt A F Collett) dep Harwich 8 Jun, H.44 (Lt E D Norman) dep Harwich 9 Jun, H.49 (Lt M A Langley) dep Harwich 9 Jun, H.50 (Lt A R Cheyne) dep Harwich 9 Jun, SALMON (Lt Cdr E O B Bickford DSO) arr Rosyth 3 Jun, SEALION (Lt Cdr B Bryant DSC) arr Rosyth 3 Jun, SEAWOLF (Lt Cdr J W Studholme DSC) arr Rosyth 8 Jun, SHARK (Lt Cdr P N Buckley) dep Rosyth on patrol on 9 Jun, SNAPPER (Lt W D A King DSO) arr Rosyth 3 Jun, SUNFISH (Lt Cdr J E Slaughter DSO) arr Rosyth 2 Jun

6e flottille de sous-marins (Capt G A W Voelcker) - depot ship TITANIA (Capt J H Jotham Rtd) at Tyne refitting to comp 6 Jul, miscellaneous ship ELFIN (Voelcker) at Blyth, submarines H.28 (Lt E A Woodward) dep Blyth 9 Jun, H.31 (Lt M D Wanklyn) dep Blyth 9 Jun, NARWHAL (Lt Cdr R J Burch DSO) dep Immingham 9 Jun, PORPOISE (Cdr P Q Roberts) dep Immingham 9 Jun, SPEARFISH (Lt Cdr J H Forbes DSO) dep Blyth on patrol 3 Jun, STURGEON (Lt G D A Gregory DSO) dep Blyth on patrol 9 Jun, SWORDFISH (Lt P J Cowell) dep Blyth on patrol 5 Jun, URSULA (Lt Cdr W K A N Cavaye) at Tyne refitting to comp 20 Jul

9th Submarine Flotilla (Cdr J G Roper OBE), Shore Establishment AMBROSE (Roper) at Dundee, submarines CLYDE (Lt Cdr D C Ingram) dep Rosyth on patrol 4 Jun, L.23 (Lt C G Walker) arr Dundee 7 Jun, L.26 (Lt P L Field) arr Sheerness on 1 Jun, SEVERN (Lt Cdr B W Taylor) arr Dundee 7 Jun, THAMES (Cdr D V Sprague) at Plymouth refitting to comp 15 Jun, Dutch O.13 (Lt Cdr E H Vorster RNN) at Dundee

Miscellaneous ships - netlayer GUARDIAN (Capt E G N Rushbrooke DSC) at Belfast repairing to comp 5 Jul, repair ship VINDICTIVE (Capt A R Halfhide CBE) arr Greenock 10 Jun, survey ships CHALLENGER (Cdr W C Jenks OBE) arr Reykavik 5 Jun, GULNARE (Lt J M Sharpey-Schafer) dep Loch Alsh 17 May, FRANKLIN (Cdr C W Sabine OBE) arr Scapa Flow 27 Apr, SCOTT (Lt Cdr K St B Collins) dep Loch Alsh 7 Jun

Royal Norwegian Navy

Destructeurs - DRAUG (Lt T Holthe RNorN) at Portsmouth, SLEIPNER (Cdr E G A Ullring RNorN) at Tyne repairing to comp 17 Jun

Submarines - B.1 dep Tromso 7 Jun, B.3 scuttled at Tromso on 10 Jun

Royal Dutch Navy

Destructeur - ISAAC SWEERS incomplete at Portsmouth.

Sloops - FLORES, GRUNO, both at Sheerness

Dutch trawler (allocated as tender to Dutch ships at Falmouth) - auxiliary minesweeper VIKINGBANK

Minelayers DOUWE AUKES at Falmouth, JAN VAN BRAKEL at Tyne, JAN VAN DER GELDER arr Liverpool 10 Jun, MEDUSA at Falmouth, NAUTILUS arr Middlesbrough 6 Jun, VAN MEERLANT at Falmouth, WILLEM VAN DER ZAAN at Portsmouth

Submarines - O.21 (Lt Cdr J F Van Dulm RNN), O.22 (Lt Cdr J W Ort RNN), O.23 (Lt Cdr G B M Van Erkel RNN), O.24, all at Portsmouth

Torpedo boats - G.13, G.15, Z. 6, all dep Falmouth 7 Jun, Z.5, Z.7, Z.8, all at Portsmouth

NORTHERN PATROL

Vice Adm R H T Raikes, Rear Adm E J Spooner DSO from 16 Jul

Établissement à terre - PYRAMUS at Kirkwall

Armed merchant cruisers - ANDANIA (Capt D K Bain Rtd) dep Clyde 7 Jun, ASTURIAS (Capt J R S Haines) at Liverpool repairing fire damage to comp 30 Jun, CALIFORNIA (Capt C J Pope RAN) dep Clyde on patrol 5 Jun, CHESHIRE (Capt M R Bernard Rtd) arr Clyde 9 Jun, CIRCASSIA (Capt H G L Oliphant DSO, MVO Rtd) arr Reykavik 9 Jun, DERBYSHIRE (Capt E A B Stanley DSO, MVO Rtd) dep Clyde 10 Jun, FORFAR (Capt H H Lake Rtd) dep Clyde 6 Jun, LAURENTIC (Capt E P Vivian Rtd) arr Liverpool for refitting 10 Jun, LETITIA (Capt W R Richardson Rtd) dep Clyde 2 Jun, SALOPIAN (Capt Joyn M Alleyne Bt DSO, DSC Rtd) dep Clyde 24 May, SCOTSTOUN (Capt S K Smyth Rtd) arr Clyde 8 Jun, TRANSYLVANIA (Capt F N Miles Rtd) at Belfast refitting to comp 15 Jun, WOLFE (Capt C G C Summer Rtd) arr Greenock 8 Jun, WORCESTERSHIRE (Capt F A H Russel Rtd) at Belfast refitting to comp 24 Jun

Undergoing long refits - CHITRAL (Capt G Hamilton Rtd) at Liverpool to comp at end of Jul, CICILIA (Capt V B Cardwell Rtd, Actg) at Belfast to comp early Jul

Armed boarding vessels Government research vessel DISCOVERY II (Cdr P O Davies RNR) dep Scapa Flow on patrol 31 May, trawlers AQUAMARINE (Lt N P McLeod RNR) at Aberdeen, KINGSTON BERYL (Lt Cdr K G Tucker OBE RNR ) at Sheerness, KINGSTON JACINTH (Cdr S A Brooks OBE Rtd) at Kirkwall, KINGSTON ONYX (Lt J B Wright RNR) at Sheerness, KINGSTON PERIDOT (Lt R S Winder RNR) at Kirkwall, KINGSTON SAPPHIRE (Lt L A Sayers RNR) at Aberdeen, KINGSTON TOPAZ (Cdr W L Smith RNR) at Aberdeen, KINGSTON TURQUOISE (Lt L A White RNR ) at Iceland, NORTHERN CHIEF (Lt H Kirkwood) at Kirkwall, NORTHERN DUKE (Lt G C D Meldrum RNR) at Kirkwall, NORTHERN FOAM (Lt G W Houchen OBE RNR) at Aberdeen, NORTHERN GIFT (Lt T E Davies OBE RNR, Lt R J Stokes RNR from 15 Jun) at Thorshavn, NORTHERN ISLES (Lt J F Twite RNR) at Hartlepool, NORTHERN PRINCESS (Lt Cdr J N Hulse RNR) at Hartlepool refitting, NORTHERN REWARD (Lt Cdr D Tod Rtd, Lt Cdr E A Divers RNR from 19 Jun) at Sheerness, NORTHERN SKY (Lt J E Bromley RNR) at Kirkwall, NORTHERN SUN (Lt L C Hill RNR, Lt J Andrew RNR from 19 Jun) at Hartlepool refitting

24th Anti-Submarine Group - anti-Submarine trawlers ARCTIC EXPLORER (Sk C L Buchan RNR) at Aberdeen, HUGH WALPOLE (Sk D Upson RNR) at Kirkwall, PENTLAND FIRTH (SO, Sk H C Aisthorpe RNR ) at Kirkwall, SCALBY WYKE (Ch Sk S Bass RNR) at Aberdeen, TEKOURA (Sk H Rich RNR) at Kirkwall repairing

Chalutier dragueur de mines (ungrouped) - LUNE (Sk C Flett RNR) at Aberdeen repairing

Contraband Control Service (Guardship) - accommodation ship ST SUNNIVA (Lt Cdr A F C Gray RNR)

Contraband control service - five drifters at Kirkwall

Rescue tug - ST MELLONS (Ty Lt R Hill RNR) at Kirkwall

ORKNEY AND SHETLAND COMMAND

Vice Adm H T Binney KCB, DSO

Établissement à terre , Lyness - PROSPERINE

Gunnery training ship - IRON DUKE (Flag, Rear Adm, Scapa Flow, Rear Adm A L St G Lyster CVO, DSO, Cdr J W Boutwood) at Scapa Flow as base and accommodation ship for Anti-Submarine and minesweeping trawlers.

Destroyer depot ship - GREENWICH (Cdr J H Pipe Rtd) at Scapa Flow

1st Minesweeping Flotilla - minesweepers BRAMBLE (Capt M H Evelegh, SO) arr Invergordon 3 Jun, BRITOMART (Lt Cdr J M S Cox DSC) at Leith refitting to comp 10 Jun, HAZARD (Lt Cdr W T W Curtis) arr Scapa Flow 5 Jun, HEBE (Lt Cdr J B G Tyle DSC) at Portsmouth, SEAGULL (Cdr D H Harries RAN) at Scapa Flow, SHARPSHOOTER (Lt A E Doran) at Sheerness repairing to 13 Jun, then to Leith repairing from 19 Jun to 17 Aug, repairs finally comp at Rosyth on 14 Sep (Lt Cdr D Lampen from 15 Oct), SPEEDY (Lt Cdr J C Richards) arr Invergordon 3 Jun

14th Anti-Submarine Group - anti-submarine trawlers BRONTES (Ch Sk J R Coultas RNR ), DAVEY (Ch Sk J Mackintosh RNR), ISTRIA (Sk L Ford RNR), all at Scapa Flow, LOCH TULLA (SO, Sk Lt H L Lang DSC RD RNR) at Aberdeen, REGAL (Sk J S Harper RNR) at Scapa Flow

18th Anti-Submarine Group - anti-submarine trawlers ELSE RYKENS (SO, Sk W B Cowie RNR), NEIL MACKAY (Sk W C King RNR), PAUL RYKENS (Ch Sk G C Lawrence RNR), PETER HENDRIKS (Sk G Bryan RNR), all at Scapa Flow

71st Anti-Submarine Group - anti-submarine drifters BRANCH (Ty Sk P J Bridge RNR ), CRAIGROY (Sk B Pile RNR), CRANNOCK (Sk J Runcie RNR), FAWN (Ch Sk D More RNR), FISHER LAD (Sk A E Larner RNR), INVERCAIRN (Ch Sk G Stewart RNR), LOYAL FRIEND (Sk C G Spillings RNR), SUNNYSIDE GIRL (Sk A G Jenner RNR), THE PROVOST (Sk A S Matson RNR), WEST HAVEN (Sk J C Edwards RNR), all at Scapa Flow

att to Group - anti-submarine yacht WIDGEON OF FEARN (no CO listed) at Scapa Flow

Minesweeping Group 44 - minesweeping trawlers ADMIRAL SIR JOHN LAWFORD (Sk G W Smith RNR) at Kirkwall, CAPE NYEMETSKI (Ty Sk C Chandler RNR) at Scapa Flow

Minesweeping Group 45 - minesweeping trawlers DANIEL CLOWDEN (Sk D Smith RNR) at Kirkwall, SICYON (Sk W Masson RNR) at Scapa Flow

Chalutiers dragueurs de mines (ungrouped) - CONWAY CASTLE (Ty Sk J R Flaxman RNR), EBOR WYKE (Ty Sk D Baxter RNR), NORTHCOATES (S/Lt F M Piggott RNR), all at Scapa Flow, RUNSWICK BAY (Sk J Snape RNR ), SATA (Ty Sk J C Smith RNR) both at sea returning from Norway, VARANGA (Ty Sk C Dennay RNR) at Scapa Flow

Minesweeping drifters (ungrouped) - CONCORDIA (Ty Sk H Brydges RNR) at Peterhead, GREEN PASTURES (no CO listed) at Scapa Flow, PROSPECT AHEAD (Ty Sk E Clark RNR) at Kirkwall, SCOURGE (Sk A Smith RNR) at Scapa Flow, TRITONIA (Ty Sk R Souter RNR) at Scapa Flow, VIOLET FLOWERS (no CO listed) at Kirkwall

Harbour defence patrol craft - two yachts at Scapa Flow, 19 drifters at Scapa Flow, two at Invergordon, two at Buckie, one at Rosyth, one at Portland, 17 MFVs at Scapa Flow, one at Fraserburgh, one at Aberdeen

Barrage balloon trawlers - ten at Scapa Flow

Boom defence tenders - BOUNTIFUL (Lt I Griffiths Rtd), DEVON CITY (Cdr C S D B Wright RD RNR Rtd), both at Houton Bay

Navires de défense contre les barrages - one at Scapa Flow, one at Houton Bay, four at Aberdeen, 23 at Lyness, three returning from Norway

Rescue tug - BRIGAND (Lt Cdr H H Leatherdale) at Kirkwall

Fleet Target Service - tugs BANDIT (Lt R H Johnson) dep Greenock 6 Jun, BUCCANEER (Lt S E Veal) at Falmouth, ST MARTIN (Lt W Smith) arr Scapa Flow 28 May

COMMANDE ROSYTH

Vice Adm C G Ramsey KCB

Base ship, Rosyth - COCHRANE (Capt C H G Benson DSO)

Light cruiser - BELFAST (Capt A Johnstone) at Rosyth, temporary repairs to comp 27 Jun, then to Devonport where repairs were comp Nov 42

Convoy C (Capt R Kerr, on COCHRANE) - destroyers VALOROUS (Lt Cdr E Mack) dep Sheerness 8 Jun for Rosyth, VEGA (Cdr C I Horton) arr Portsmouth 10 Jun, VIMIERA (Lt Cdr R B N Hicks) arr Scapa Flow 9 Jun, VIVIEN (Lt Cdr W D G Weir) arr Scapa Flow 9 Jun, WALLACE (Cdr B I Robertshaw) arr Rosyth 8 Jun, WESTMINSTER (Lt Cdr A A C Ouvry) at Portsmouth repairing to comp 7 Jul, WINCHESTER (Lt Cdr S E Crewe Read) at Liverpool repairing to comp 15 Jun, WOLFHOUND (Lt Cdr J W McCoy DSC) dep Chatham 8 Jun for Rosyth, WOOLSTON (Cdr W J Phipps OBE) dep Tyne 9 Jun, sloops EGRET (Cdr D P Evans) arr Rosyth 6 Jun, HASTINGS (Lt Cdr A B Alison), dep Rosyth 10 Jun, LONDONDERRY (Cdr Sir Thomas L Beevor Bt) arr Rosyth 6 Jun, LOWESTOFT (Cdr A M Knapp) dep Rosyth 8 Jun, PELICAN (Cdr L A K Boswell DSO) at Chatham repairing to comp 3 Dec, STORK (Cdr A C Behague) dep Vestfjord covering the Narvik evacuation, WESTON (Lt Cdr S C Tuke) dep Rosyth 8 Jun

Destructeur - DUNCAN (Lt Cdr C Gwinner Rtd, Capt A D B James Actg from 12 Jul) at Grangemouth repairing to comp 22 Jul

3rd Anti-Submarine Striking Force - escort ships/minesweepers GLEANER (Lt Cdr H P Price DSO) arr Clyde 9 Jun, JASON (Lt Cdr D H Fryer) at Lamlash, SCOTT (Lt Cdr K St B Collins) was in this unit Jan to May, then after refitting at Belfast, reverted to role of survey ship.

Controlled minelayers - base ship MANCHESTER CITY (Cdr P G C Turner Rtd) in the Tyne, minelayers ATREUS (Cdr J D Campbell OBE, DSC) dep Oban 30 May, LINNET (Lt R Homewood) dep Oban 30 May RINGDOVE (Lt G R Pilgrim OBE) arr Tyne 6 Jun

Navires de défense contre les barrages - six at Rosyth, one under repair, one at Leith under repair

Barrage balloon drifters - two at Rosyth

Rescue tug - chartered tug HENDON at Lyness

Rosyth Command (West), Stornoway Sub Command

Stornoway

Base ship - MENTOR (Capt J C Wanchope Rtd)

Chalutiers dragueurs de mines - ALEXANDER SCOTT (Ty Sk C Dale RNR) at Tyne, BEAUMARIS CASTLE (Ty Sk A MacLeod RNR) fitting out at Bristol, DUNRAVEN CASTLE (Ty Sk G Garrill RNR) fitting out at Milford Haven, GROSMONT CASTLE (no CO listed) at Govan, HARLECH CASTLE (Ty Sk H Beard RNR) fitting out at Milford Haven, HARRY MELLING ( Ty Sk B Godfrey RNR) at Tyne, POWIS CASTLE (Ty Sk D Campbell RNR) fitting out at Port Talbot, WALWYNS CASTLE (Sk J LcLeman RNR) fitting out at Sharpness

Aultbea (Loch Ewe)

Boom defence tender - drifter DUNDARG (no CO listed) at Aultbea

Harbour defence patrol Craft - three trawlers at Aultbea

Loch Alsh

Netlaying drifters - three drifters at Oban

Harbour defence patrol craft two patrol craft at Scapa Flow, two fitting out at Dundee

Balloon barrage drifters - five at Loch Alsh, three at Buckie fitting out, two at Peterhead fitting out, two at Fraserburgh fitting out

Oban

Harbour defence patrol craft - two drifters at Oban

Rosyth Command (West), Clyde Sub Command

Greenock

Vice Adm B C Watson CB, DSO Rtd

Base ship - ORLANDO

Minesweeping drifter - CORAL BANK (Sk J Thain RNR) at Ardrossan

Drifters - BURNHAVEN, motor fishing vessel HOPEFUL (no COs listed), both at Greenock

Danish motor fishing vessels - five at Greenock

Examination Service - six small trawlers at Greenock

Harbour defence patrol craft - seven patrol boats at Greenock

Tender to boom defence vessels - BLUEBELL (renamed PROLIFIC in 1940)

Navires de défense contre les barrages - seven at Greenock

Ardrossan

Base ship - FORTITUDE (Cdr H F Waight Rtd)

29th Anti-Submarine Group - anti-submarine trawlers LINCOLNSHIRE (Lt Cdr W K Buckley RNVR), LORD AUSTIN (Ty Lt G Butchers RNVR), LORD ESSENDEN (SO, Pbty Ty S/Lt M R Thwaites RNVR), LORD MIDDLETON (Sk E Mutton RNR), LORD NUFFIELD (Sk D E S Mair RNR) All at Ardrossan

31st Anti-Submarine Group - anti-submarine trawler NORWICH CITY (Ch Sk P Newman RNR) arr Greenock 6 Jun, NOTTS COUNTY (Lt Cdr J K Pollock Rtd) arr Greenock 6 Jun

82nd Anti-Submarine Group - anti-submarine yachts AARLA (Capt C M Ford RD RNR), ALICE (Capt C J Illingworth RD RNR), COILA (Capt R A Wilson DSO Rtd), GLEN STRATHALLAN (Cdr E W Kirkby Rtd), all at Ardrossan

Anti-submarine patrol trawlers - anti-submarine trawlers trawler CAPE TRAFALGAR (Ty Sk F Dale RNR), DALE CASTLE (Ty Lt F F Hunt RNVR), MAGNOLIA (Lt W H Calverley), NORLAND (Ty Sk G H Booth RNR), STELLA POLARIS (Sk Lt S J Ward DSC, RD RNR), all en route to Ardrossan

11th Minesweeping Flotilla - paddle minesweepers GOATFELL (Lt R H Austin RNVR) arr Dover 6 Jun, HELVELLYN (Ty Lt P D Baker RNVR) arr Dover 6 Jun, JEANIE DEANS (SO, Cdr L C Windsor Actg) arr Dover 6 Jun, MERCURY (Ty Lt Cdr H W C Hyde RNR) arr Portsmouth 5 Jun, SCAWFELL (Ty Lt J McLinden RNR) arr Dover 6 Jun

Minesweeping drifters - ELOQUENT (Ty Sk H A Parker RNR) at Barrow, GOLDEN EFFORT (Sk F C Stephen RNR) at Ardrossan, GOWAN CRAIG (Ty S/Lt R N W Smith RNR ) at Ardrossan, RIME (Sk A Smith RNR) at Barrow, TROUP AHEAD (Sk A B C Bruce RNR) at Ardrossan, UBERUS (Sk M M Anderson RNR) at Ardrossan, UTILISE (Ty S/Lt J N Martin Pbty RNVR) at Ardrossan

Campbeltown

Base ship - NIMROD (Cdr R J R Dendy)

84th Anti-Submarine Group - anti-submarine yachts CARINA (Cdr T St V F Tyler Rtd) at Irvine fitting out, LADY SHAHRAZAD (Cdr A G Venables Rtd) at Port Glasgow fitting out, TUSCARORA (Capt E C Stubbs Rtd) at Campbeltown

Harbour defence patrol craft - two yachts at Campbeltown

Rescue tug - chartered tug ENGLISHMAN

Rosyth Command, Cromarty Sub Command

Invergordon

Minesweeping Group 43 - minesweeping trawlers GEORGE COUSINS (Ch Sk E J Marshall RNR) at Inverness refitting, MARSOMA (Ch Sk A W Ellis RNR) at Invergordon

Minesweeping drifters - INDUSTRY (Sk A W Slater RNR), ROSS ARD (Ty Sk H G Small RNR), both at Invergordon

Auxiliary patrol vessels - patrol trawlers ARNOLD BENNETT (Ty Sk R W Millener RNR ), CAPE BARRACOUTA (Ty Sk T Threlfall RNR), EBOR ABBEY (Ty Sk C F Parsons RNR), FORFEIT (Sk P J Quinlan RNR), RIVER ESK (Sk P Reid RNR), all at Invergordon

Harbour defence patrol craft - patrol trawler DAYSPRING (Sk W Whyte RNR) at Inverness refitting, trawlers GOLDEN LILY (Ty Sk J Cordiner RNR ) at Invergordon, SILVER LINE (Ty Lt R M Macfie RNVR) at Buckie refitting

Rosyth Command, Aberdeen Sub Command

Aberdeen

Base ship - BACCHANTE (Capt C C Walcott CBE Rtd)

10th Anti-Submarine Striking Force - anti-submarine whalers BUTTERMERE (Ty Lt J H L May OBE RNVR) at Hull, ELLESMERE (Ty Lt J T Donaldson RNR) dep Tromso 7 Jun, THIRLMERE (SO, S/Lt J C Varley) dep Tromso 7 Jun, ULLSWATER (S/Lt O R Moore) returning from Harstad, WASTWATER (Ty Lt W W White RNR) returning from Norway, WINDERMERE (Sk J T H F Fairbairn RNR) at Aberdeen

11th Anti-Submarine Striking Force - anti-submarine trawlers AYRSHIRE (Ty S/Lt J Renwick Pbty RNVR), CAPE COMORIN (SO, Ty S/Lt G V Doubleday Pbty RNVR), both at Iceland

12th Anti-Submarine Striking Force - anti-submarine trawlers NORTHERN DAWN (Lt G P S Lowe RNVR), NORTHERN GEM (Pbty Ty S/Lt L C Head RNVR), both returning from Norway, NORTHERN PRIDE (Ty Lt A A Campbell RNR) at Harwich, NORTHERN SPRAY (SO, Lt Cdr D J B Jewitt), NORTHERN WAVE (Ty Lt L C Head RNVR), both returning from Norway

14th Anti-Submarine Striking Force - anti-submarine trawlers ALOUETTE (Lt the Lord Churston RNVR), IMPERIALIST (Ty Lt P E Kitto Pbty RNR), both at the Faroes, LOCH OSKAIG (Ty Lt L J Simpson RNR, Lt J E Woolfenden RNR from 14 Jun), SCOTTISH (SO, Lt Cdr J Jackson RNR), both dep Scapa Flow 8 Jun

15th Anti-Submarine Striking Force - anti-submarine trawlers ST KENAN (Sk A Goodings RNR), ST LOMAN (Ty S/Lt R C Warwick Pbty RNR), both at Scapa Flow

16th Anti-Submarine Striking Force - anti-submarine trawlers ANGLE (Sk A S H Robb RNR) at Scapa Flow, ARAB (Lt R B Stannard VC RNR) at Harwich

17th Anti-Submarine Striking Force - anti-submarine trawlers CAPE PORTLAND (Ty Lt O T Harrison Pbty RNR) at Scapa Flow, CAPE WARWICK (Lt R F Turnbull Rtd RNR) at Lerwick, COVENTRY CITY (SO, Lt Cdr T B R Woodrooffe Rtd) at Aberdeen refitting, LE TIGER (Ty Lt A L Turner RNR) at Scapa Flow

18th Anti-Submarine Striking Force - anti-submarine trawlers KING SOL (SO, Lt T T Euman) returning from Norway, LOCH MONTEITH (Lt J E Woolfenden RNR, Ty Lt L J Simpson RNR from 14 Jun) dep Harstad 7 Jun, ST CATHAN (Ty Lt F Twomey Pbty RNR) returning from Norway, ST ELSTAN (Lt J P Stewart RNR) dep Harstad 7 Jun

19th Anti-Submarine Striking Force - anti-submarine trawlers ELM (Ty Lt E W C Dempster RNVR) at Scapa Flow, HAZEL (Ty Lt W E Coggin Pbty RNVR) dep Scapa Flow 7 Jun, JUNIPER (SO, Lt Cdr G S Grenfell Emgcy) lost 8 Jun off Norway, WHITEHORN (Lt W G H Bolton RNR) returning from Harstad, WISTARIA (Sk A J H Robb RNR ) dep Scapa Flow 7 Jun

21st Anti-Submarine Striking Force - anti-submarine trawlers DANEMAN (SO, Lt Cdr R W Davies) at Hull, LADY ELSA (Ty Lt S G Phillips RNVR) at Scapa Flow, MAN O' WAR (Ty Lt R H Marington RNVR) returning from Norway, WELLARD (Lt A D White RNR) at Hull

12th Anti-Submarine Group - anti-submarine trawlers BLACKFLY (Ty Lt C Morrison-Payne RNVR) at Hull, CAPE ARGONA (Lt Cdr A H Davis RNVR) at Blackwall, STELLA CAPELLA (SO, Lt Cdr R V E Case DSC RNR) at Harwich

19th Anti-Submarine Group - anti-submarine trawlers GREENFLY (Ty Lt H J Beverley RNR ) at Tilbury repairing, LORD LLOYD (Lt F H Thornton RNR) at Iceland, LORD PLENDER (Ch Sk J M T Brebner RNR) at Harwich, STELLA PEGASI (SO, Lt Cdr F R Pope RNR ) at Iceland

23rd Anti-Submarine Group - anti-submarine trawlers BERKSHIRE (Sk H Ford RNR) returning from Norway, INDIAN STAR (SO, Ty S/Lt J A Russell-Cargill Pbty RNVR) at Aberdeen

30th Anti-Submarine Group - anti-submarine trawlers LEICESTER CITY (Ty Lt A R Cornish RNR) at Scapa Flow, LINCOLN CITY (Ty Lt F A Seward Pbty RNR) returning from Norway, PRESTON NORTH END (SO, Lt K A Vasey RNR) returning from Norway, STOKE CITY (Lt Cdr N C H Scallan RNR) at Scapa Flow

Minesweeping Group 37 - minesweeping trawlers GUNNER (Sk A Cowie RNR), OHM (no CO listed), THOMAS ALtOFT (Sk T H W Lowery DSC RNR), all at Aberdeen

Minesweeping Group 38 - minesweeping trawlers CERESIO (Ty Sk J Inglis RNR), LORD ASHFIELD (Sk Lt C W Renrose DSC Rtd) RNR, ROBERT STROUD (Sk W W Cockrill RNR), all at Aberdeen

Minesweeping drifter - BOY JOHN (Ty Sk G H Kersey RNR) at Barrow

Minesweeping vessels - NORTHERN LIGHT, PROVIDER (no COs listed), both at Lossiemouth

Aircraft observation drifters six drifters

Auxiliary patrol vessels ADVENTURINE, WILLIAM BRADY (no COs listed), both at Aberdeen

Armed boarding vessel - ST MAGNUS (Cdr R J E Willoughby Rtd) at Aberdeen

Peterhead

Chalutiers dragueurs de mines - ARISIO (no CO listed) fitting out at Hull, BRABANT (Ty Sk J A Armitage RNR) at Rosyth, OAK (Lt C Edgecombe RNR) at Peterhead, STONEFLY (Sk W Wood RNR) at Stornoway

Motor launch ML.107 at Portsmouth

Auxiliary patrol vessels - minesweeping trawlers GREGORY (no CO listed), LORD BEACONSFIELD (Ty Sk W Mogg RNR), both at Peterhead

Rosyth Command, Rosyth Sub Command

Dundee

Base ship - UNICORN II (Capt H A Le F Hurt CMG Actg, Rtd)

Minesweeping Group 34 - minesweeping trawlers CRANEFLY (Sk H B Soames RNR) repairing, DANE (Sk J Ralph RNR), EQUERRY (Sk W R Watson RNR) repairing, GADFLY (Lt C L Broadhurst RNR), STURTON (Sk W Buchan RNR), P WILLOW (no CO listed), all at Dundee

Chalutiers dragueurs de mines (ungrouped) - BAY (Sk G R Burwood RNR) at Selby, BLACKTHORN (Ty Skippper W R H Stewart RNR ) at Dundee

Minesweeping drifter - GLOW (Sk C Chamberlain RNR) at Jarrow fitting out

2nd Mine Recovery Flotilla - echo sounding yacht EL TOVAR (Ty S/Lt A K Blake RNVR) at North Shields, drifters ACHIEVABLE (Ty Sk G G Harrison RNR) at Dundee, FRONS OLIVAE (Ty Sk F Rippin RNR) at Portsmouth, SAILOR KING (Ty Sk V F Holness DSC RNR ) arr Dundee 3 Jun, SCOTCH THISTLE (Ty Sk W Sheales RNR) at Downs, YOUNG CLIFF (Ty Sk H N Rogerson RNR) arr Dundee 3 Jun

Auxiliary patrol vessels - CHALCEDONY (Ty Sk W Truefitt RNR), TERVANI (Ty Sk G Douglas RNR), both at Dundee

Harbour defence patrol craft - three at Dundee

Rescue tug - SAUCY (Ty Lt J Cordery RNR)

Port Edgar

Base ship - LOCHINVAR (Capt W T Phipps Rtd)

Minesweeping Group 60 (Training Flotilla) - minesweeping trawlers BLACKWATER (Ty Sk W H Buley RNR) at Swansea, BOYNE (Ty Lt J Aikman RNVR) at Port Edgar, COLNE (Lt G A Roberts) at Leith refitting, DEE (Lt I Griffiths) at Port Edgar, FOYLE (Ty Sk C H T Birch RNR) at Port Edgar, GARRY (SO, Lt Cdr A C A C Duckworth, Lt Cdr A G Ingram DSC Rtd from 11 Jun) at Port Edgar, KENNET (Sk H Keatings RNR) arr Fishguard 6 Jun, LIFFEY (Lt F S Croughan Rtd) at Leith refitting

Granton

Base ship - CLAVERHOUSE (Capt E O Broadley Rtd)

13th Anti-Submarine Group - anti-submarine trawlers STAFNES (SO, Sk Lt S J Ward RD RNR), REIGHTON WYKE (Lt T Conolly RNR), both at Granton, THORNWICK BAY (Sk J May RNR) dep Rosyth 6 Jun, VASCANA (Sk Y Day RNR), VISENDA (Ch Sk H E Dodd RNR), both at Granton

38th Anti-Submarine Group - anti-submarine trawlers BRIMNESS (Sk A Keable RNR) at Granton, LADY BERYL (Ch Sk G W Holliday RNR) at Granton, STELLA CANOPUS (SO, Sk W C King RNR) dep Rosyth

7th Minesweeping Flotilla - paddle minesweepers PLINLIMMON (Lt Cdr C W Arkwright Rtd) arr Leith 8 Jun, QUEEN OF KENT (Ty Lt J Dixon RNR) at Chatham, QUEEN OF THANET (Ty Cdr S P Herivel Rtd) at Granton, SKIDDAW (Ty Lt J A Harris RNR) at Granton, WESTWARD HO (SO, Cdr A L Sanders Rtd) arr Leith 8 Jun

Chalutiers dragueurs de mines - CARISBROOKE (Ty Sk A Reid RNR) at Humber, COMMODATOR (Sk W Limb DSC RNR), CURTANA (Sk G F Blockwell RNR), HOVERFLY (Ty Sk G Harwood RNR), LORINDA (Ty Sk J N Hall RNR) SARGON (Ty Sk C J Watson RNR), WALLENA (Ty Sk A Taylor RNR), remainder at Granton

Lookout drifters - three at Leith, two fitting out, two fitting out at Hull

Harbour defence patrol craft - seven at Granton

"Parachute patrol craft" (type not known) - eight at Granton

Rosyth Command, Newcastle Sub Command

Blyth

Harbour defence patrol craft - two at Blyth

Tyne

Base ship - CALLIOPE (Rear Adm W G C Maxwell CMG Rtd)

Minesweeping Group 54 - minesweeping trawlers DAVID OGILVIE (Sk K B Taylor RNR) at Tyne, FLANDERS (Ty Sk C Evans RNR) at Harwich, KUNISHI (Sk K S Hawkridge RNR) at Leith, NODZU (Ch Sk R B W Hume RNR) at Tyne

Chalutiers dragueurs de mines (ungrouped) - RENZO (Ty Sk J O Emmons RNR) at South Shields, RESOLVO (Ty Sk A Affleck RNR) at Jarrow, both fitting out

Harbour defence patrol craft - three at Tyne

Barrage balloon drifters - three at Tyne

Rescue tugs - WATERMEYER (Ty S/Lt R Irvine RNR) at Sullom Voe, Dutch THAMES at Tyne, both chartered

North Shields

Base ship - CALLIOPE (Rear Adm W G C Maxwell CMG Rtd)

8th Minesweeping Flotilla - paddle minesweepers GLEN AVON (Ty Lt A Stubbs RNR) at North Shields, GLEN GOWER (SO, Cdr M A O Biddulph Actg) at North Shields, GLEN USK (Ty Lt Cdr N F Wills RNR) at North Shields, LAGUNA BELLE (Ty Lt Cdr A O Foden Actg RNVR) at North Shields, SNAEFELL (Ty Lt F A Smyth RNR) at North Shields, SOUTHSEA (Ty Lt B A Cows RNR) fitting out at Southampton, THAMES QUEEN (Ty Lt L G Horshan RNR) fitting out at Chatham

Chalutiers dragueurs de mines (ungrouped) - CLIFTON (Ty Sk T W Gorringe RNR), HENRIETTE (Ty Sk W S Dodsdale RNR), NEW COMET (Ty Sk A H Barratt RNR), WITHAM (Ty Sk A J Cobb RNR) All at North Shields

Minesweeping drifters - JUNE ROSE (Ty Sk W P Holmes RNR), SUMMER ROSE (Ty Sk W Howes RNR), both at North Shields

Auxiliary patrol vessels - DONNA NOOK (Ty Sk J Carter RNR), ETHEL TAYLOR (Ty Sk W E Lane RNR), KOPANES (Sk D E Coleman RNR), MORGAN JONES (Ty Sk P S Ellarby RNR), SOUTHCOATES (Ty Sk E L Creaser RNR), WYOMING (Ty Sk P Coull RNR), all at North Shields

Lookout drifters - six at North Shields, four at Scapa Flow, two at Chatham

Hartlepool

Base ship - PARAGON (Cdr F N Eardley-Wilmott Rtd)

Minesweeping Group 1 - minesweeping trawlers HAWTHORN (Ty Lt F C Newell RNR), LILAC (Lt B M T Hill), SYCAMORE (Lt A H F Norman Rtd), WILLOW (Ty Lt G L Fetherstonehaugh RNVR), all returning from Narvik

Minesweeping Group 22 - minesweeping trawlers MOUNT KEEN (Sk C Whitworth RNR), OKU (Sk D Ralph RNR), STELLA ORION (Sk A West RNR), all atHartlepool

Minesweeping Group 23 - minesweeping trawlers BEN DEARG (Sk G W Clarkson RNR), PICTON CASTLE (Sk W Rigby RNR), POINTZ CASTLE (Sk W Cardno RNR), all at Hartlepool

Minesweeping Group 24 - minesweeping trawlers BIRCH (Ty Sk A Watson RNR), CHESTNUT (Sk H N Rogers RNR), ROWAN (Sk L D Romyn RNR) repairing, WALNUT (Sk T Smith RNR), all at Hartlepool

Minesweeping Group 26 - minesweeping trawlers FIR (Sk J W Whitelaw RNR), MANGROVE (Ty Sk A E Johnson RNR), OLIVE (Ty Sk G C C Mileham RNR), all at Hartlepool

Minesweeping Group 41 - minesweeping trawlers MILFORD HAVEN EARL (Ty Sk A H Britton RNR), PHINEAS BEARD (Sk W W McRuvie RNR), TEROMA (Lt W E Gelling RNR), WILLIAM CALE (Ty Sk G E Gornall RNR), all at Hartlepool

Chalutiers dragueurs de mines - minesweeping trawlers CEDAR (Sk W J Scott RNR), CYPRESS (Sk G Simpson RNR), both at Leith, HOLLY (Ty Sk R Baxter RNR) at Lowestoft, SYRINGA (Lt F S Croughan Rtd) at Leith

Minesweeping drifters - BOY ALEC (Sk J Morrison RNR), LIZZIE BIRREL (Ty Sk S E Tate RNR), both at Hartlepool


Voir la vidéo: Journal de guerre - Semaine du 24 mars 1940.