Edward T. Heald

Edward T. Heald


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Edward Heald est né à Hood River Valley dans l'Oregon. Il est diplômé de l'Oberlin College en 1907 et après avoir épousé Emily Ainsworth de Moline, Illinois, il dirigea une entreprise à Perria.

Il a été employé comme secrétaire du YMCA au Colorado College. Il a ensuite occupé des postes similaires à Manhattan (Kansas), Toledo (Ohio) et Davenport (Iowa).

Pendant la Première Guerre mondiale, Heald s'est porté volontaire pour se joindre au comité international du YMCA. Le mois suivant, il est envoyé en Russie où il surveille le traitement des prisonniers de guerre. Heald écrivait régulièrement à sa femme et à ses parents pendant son séjour à Petrograd. En 1916, il rapporte la mort de Grégoire Raspoutine.

Le 27 février 1917, Heald écrit : « Des foules de grévistes non armés et de familles se sont rassemblées sur la Perspective Nevski pendant la journée et l'ordre a été préservé par les Cosaques. Cosaques. Cette fois, cependant, ils n'ont utilisé aucune violence, mais se sont contentés de traverser les ruelles ouvertes du peuple, tandis que celui-ci leur a crié « Vous êtes à nous » et les Cosaques ont souri en retour. »

En mai 1917, Heald commente l'arrivée de Vladimir Lénine dans la ville : « L'explosion soudaine de propagande radicale, qui s'est développée au cours de la semaine dernière, est attribuée à un homme nommé Lénine qui vient d'arriver de Suisse. L'Allemagne, et la rumeur veut qu'il ait été festif par l'empereur Guillaume. En entrant dans le pays par la Finlande, il harangua les soldats et les ouvriers le long du chemin avec la propagande la plus révolutionnaire.

Heald a écrit qu'il craignait que les bolcheviks ne prennent le contrôle de la Russie : « Les bolcheviks étaient en grande partie du type avant-gardiste, poussant, citadin, tandis que les non-bolcheviks étaient en grande partie des personnes lentes, réfléchies, de bonne humeur et faciles à vivre. , type de pays. Les non-bolcheviques étaient sur la défensive. Ils ne se sentaient convaincus d'aucune cause. Ils n'étaient pas hostiles au bolchevisme mais simplement un peu mal à l'aise dans leur conscience à ce sujet. Les bolcheviks semblaient sentir ce fait et dirigeaient leur attaque contre surmonter ce malaise."

Edward Heald a quitté le pays après la révolution russe. Pendant qu'il était à Petrograd, il avait écrit pratiquement tous les jours à sa femme et à ses parents. Ces lettres ont ensuite été publiées comme Témoin de la Révolution : Lettres de Russie 1916-1919.

Beaucoup de discussions et d'excitation sur le meurtre de Raspoutine. Son corps a été retiré de la Neva hier, à moins d'un kilomètre d'un pont sur lequel j'ai marché en revenant du Mayak une heure après que son corps ait été jeté dedans.

Des foules de grévistes non armés et de familles se sont rassemblées sur la perspective Nevski pendant la journée et l'ordre a été préservé par les Cosaques. Cette fois, cependant, ils n'ont utilisé aucune violence, mais se sont contentés de traverser les ruelles ouvertes du peuple, tandis que celui-ci leur criait « Vous êtes à nous » et les Cosaques leur souriaient.

On nous a dit que le sentiment cordial existait la veille entre les militaires et les grévistes avait changé du fait qu'un des officiers avait été tué. La police avait toujours le contrôle de la situation au moins dans le centre de la ville. On rapporta cependant qu'il y avait trois cent mille grévistes armés à la périphérie des quartiers des usines, et cela quand ils purent les arrêter. Nous avons également entendu que le gouvernement avait apporté des quantités de munitions, de mitrailleuses, d'automobiles blindées et de chars ainsi qu'un grand nombre de Cosaques pour faire face à l'urgence.

L'impression prédominante qu'un Américain reçut des événements de la journée était probablement la retenue et l'ordre des soldats, ainsi que des ouvriers. Il y a eu des cas de meurtres et d'effusions de sang, et pendant la journée beaucoup ont été emmenés à l'hôpital ; mais compte tenu de l'ampleur de la révolution et du nombre d'hommes et de soldats engagés dans la lutte, la quantité de sang versé était faible. En dehors de la destruction des biens des quartiers de police, des quartiers des officiers et des maisons de l'aristocratie présumée, il y a eu peu de pillages.

L'explosion soudaine de propagande radicale, qui s'est développée au cours de la semaine dernière, est attribuée à un homme nommé Lénine qui vient d'arriver de Suisse. En entrant dans le pays par la Finlande, il harangua les soldats et les ouvriers en chemin avec la propagande la plus révolutionnaire. L'un des Américains qui sont passés par le même train nous a dit à quel point c'était décourageant. Les premiers mots de Lénine lorsqu'il descendit du train à Petrograd furent « Salut à la guerre civile ». Dieu sait quelle tâche le Gouvernement Provisoire a à accomplir sans ajouter les ennuis qu'un tel tison peut créer.

Le Soviet de Pétrograd siégeait encore lorsque s'ouvrit la Convention paysanne. Madame Breshkovskaya, la « Grand-mère de la Révolution », qui vient de rentrer d'un long exil en Sibérie, a lancé un appel fort pour une vraie démocratie, et les paysans sont revenus forts pour la démocratie et contre les bolcheviks radicaux. Ce dernier n'obtint que deux ou trois voix sur huit cents.

Au soviet de Petrograd, un radical qui venait d'arriver de New York, du nom de Trotsky, se leva et fit un appel démagogique pour le renversement de la Douma et pour la mise au pouvoir du soviet comme gouvernement. Mais les grands dirigeants de la réunion, Kerensky, Tseretelli et Plekhanov, étaient contre lui, et le soviet vota à une large majorité la participation au gouvernement de la Douma et un nouveau cabinet.

Les bolcheviks étaient en grande partie du type avant-gardiste, poussant, de la ville, tandis que les non-bolcheviks étaient en grande partie du type pays lent, à la pensée lente, de bonne humeur, facile à vivre. Les bolcheviks semblaient sentir ce fait et dirigeaient leur attaque pour surmonter ce malaise.


La famille Edward T. Jones de Sunshine, Colorado : Photo 8

La bibliothèque de la succursale Carnegie pour l'histoire locale est temporairement fermée.
Des services de recherche de base et de numérisation sont disponibles en envoyant un courrier électronique à [email protected]

La famille Edward T. Jones de Sunshine, Colorado

19 photographies, 15 vues (6 numérisées).

Portraits de la famille Edward T. Jones. Cette collection comprend des photographies et des ferrotypes.

Photo 1 - Ann Thomas, mère de Mary Ann Thomas Jones.
Photo 2 - John E. Jones.
Photos 3 à 7 - Mary Ann Thomas Jones (1 ferrotype et 4 portraits, seule photo 7 numérisée).
Photo 8 - Mary Ann Thomas Jones et sa petite-fille, Betha Jones, au début des années 1890.
Photo 9 - Tintype de Mary Ann Thomas Jones et de sa belle-fille, Emily Jones (non numérisée).
Photo 10 -Tintype d'Edward Jones et de trois compagnons de chasse, posés avec des fusils (non numérisés).
Photo 11 -Tintype d'Edward Jones (non numérisé).
Photo 12 - Edward Jones (trois exemplaires, dont un ferrotype colorié à la main).
Photos 13 et 14 - Tintypes d'Emily Ella Mayne Jones (non numérisées).
Photo 15 - "Little Ed" (neveu Edward H. Jones?), Earl VanKeuren et Ed Jones debout au magasin du coin où les routes supérieure et inférieure se connectent en 1913.

DROITS : Les photographies et documents historiques, avec la source BHS, appartiennent à la Boulder Historical Society/Museum of Boulder et nécessitent une attribution lorsqu'ils sont utilisés. Ces articles sont en prêt permanent à la Carnegie Library for Local History. Aucun matériel dupliqué ne peut être déposé ou placé dans un dossier dans une autre archive, musée, bibliothèque ou dépôt similaire. Les questions de droit d'auteur relèvent de la responsabilité de l'utilisateur.


Article

Moteurs diesel ! Ces deux mots expriment le thème central de la vie professionnelle du professeur Ed ward T. Vincent, car il travaille à la conception de moteurs diesel depuis les jours qu'il a passés dans les chantiers navals de Sa Majesté.

Né à Gillingham (ça se prononce "Jillingham"), Kent, Angleterre, et il a eu une éducation longue et variée. Après l'école préparatoire, il a suivi un cours d'ingénieur de quatre ans à His Majesty's Dockyard, à Chatham, au cours duquel il a reçu des prix de l'Amirauté. Deux années passées au Gillingham Technical Institute ont été suivies de travaux de troisième cycle à l'Imperial College of Science and Technology de Londres. Pendant son séjour là-bas, il a obtenu d'autres distinctions, notamment le prix Tyndall de physique du Royal College of Science et la bourse Whitworth, en vertu de laquelle il a mené trois années de recherche sur les moteurs diesel.

Après avoir occupé plusieurs postes au chantier naval de Sa Majesté et au laboratoire d'ingénierie de l'Amirauté, Vincent a accepté un poste d'ingénieur expérimentateur en chef pour MM. William Beardmore and Company à Glasgow. Là-bas, il avait en charge le développement du premier moteur diesel d'avion construit en Grande-Bretagne, utilisé dans le dirigeable R-101. Pour occuper un poste d'ingénieur de recherche pour l'Emsco Aero Engine Company à Los Angeles, il a traversé l'océan en 1928. Incidemment, le professeur Vincent avait pris le temps de se marier en 1917, et lorsqu'il a navigué, sa femme et son enfant de quatre ans fils est venu. (Aujourd'hui, ce fils envisage de devenir ingénieur, mais il est "assez occupé" avec l'équipe de natation du lycée universitaire.) Parmi leurs premières impressions de ce pays, il y avait les températures ambiantes plus élevées et les chemins de fer plus difficiles et plus lents.

Après un autre déménagement, cette fois pour prendre la relève en tant qu'ingénieur en chef de la division des moteurs diesel de Continental Motors Corporation, il est devenu professeur de génie mécanique à l'Université du Michigan en 1937.


Fils réels de la Révolution américaine

Le soldat de la compagnie du capitaine Phineas Stearn a servi à la fortification de Dorchester Heights, en mars 1776, également de garde à la poudrière, Watertown, d'octobre 1777 à avril 1778 et de juillet 1778 à juillet 1779 .
George Arthur Tainter.

JONATHAN TARBELL, Danvers & mdash 1742 – 1795

Sergent, Capt. Samuel Epes’ Company of minute-men, qui a combattu les troupes britanniques lors de leur retraite de Concord et Lexington, 19 avril 1775 également Lieutenant, Eight Company, Eighth Massachusetts Regiment of militia, 2 avril 1776.
Nathan M. Hawkes.

BENJAMIN TARR, Junior, Gloucester & mdash 1726 – 1814

Sous-lieutenant dans la compagnie du capitaine Joseph Whipple pour la défense des côtes à Gloucester et à Manchester.
Albert Dodge, junior.

JABEZ TARR, Gloucester & mdash 1759 – 1844

Soldat dans une compagnie de minute-men avant la bataille de Lexington et Concord, s'est enrôlé pendant huit mois dans la Capt. Rowe’s Company, Colonel Birdge’s Regiment of militia, et a servi comme garde-côtes de nuit jusqu'au 30 avril 1775 1er mai , marcha vers Mystic y resta campé jusqu'au 16 juin, date à laquelle la Compagnie marcha vers Breed’s Hill aida à construire le fort et participa à la bataille de Bunker Hill, le 17 juin 1775 s'enrôla de nouveau le 10 janvier 1776, pendant un an comme Caporal de la compagnie Capt. Swasey's, colonel Glover's Regiment stationné à Beverly jusqu'à ce que les Britanniques évacuent Boston puis marchent vers New York ont ​​eu des escarmouches avec les Britanniques à King's Bridge et ont participé à la bataille de White Plains. s'est enrôlé comme compagnon de maître de prix à bord du "paquet de Gloucester" de quatorze canons et a servi de janvier à juin 1782 à la retraite.
Albert Dodge, junior.

DAVID TERRY, Wiscasset, Maine et mdash 1737 –

Soldat, Capt. Davis’ Company, Colonel E. Wigglesworth’s Regiment (Thirteenth Continental) s'est enrôlé, février 1777, pendant trois ans était dans des batailles précédant la reddition de Burgoyne, octobre 1777 également Monmouth, 28 juin, 1778, et à Rhode Island, la même année.
Frédéric Ruthven Bogardus.

JOHN TERRY, Newcastle, Maine &mdash 1760 – 1835

Le matelot ayant déjà servi trois mois sur le "Rolla", il a embarqué sur l'"Alliance", le capitaine Landers, en octobre 1778, à destination de la Manche, de la Méditerranée et de la France, a remporté de nombreux prix et ont échangé leurs prisonniers contre des Américains incarcérés dans la prison de Mill et les ont emmenés à Boston.
Frédéric Ruthven Bogardus.

JAMES TEWKSBURY, Chelsea & mdash 1745 – 1800

Soldat, Capt. Samuel Sprague’s Company of minute-men, l'un des dix-sept hommes de sa compagnie qui montaient la garde à Pullin Point, du 19 avril au 16 mai 1775.
Horace Stuart Cummings.

Le capitaine du colonel John Fellows’ Massachusetts Regiment de mai à décembre 1775 a marché de Williamsburg avec un détachement de minute-men à l'alarme de Lexington stationné à Roxbury pendant le siège de Boston.
Bal James Turner.

JERMIAH THAYER, Richmond, New Hampshire &mdash 1750 – 1755

Soldat, Capt. Oliver Capron’s Company, Colonel Doolittle’s Mass. Regiment a servi au siège de Boston, de juin à novembre 1775 à la bataille de Bunker Hill.
James Franklin Thayer.

JOHN THOMPSON, Bridgewater &mdash 1826 à 1832

Le soldat, Capt. Hayden’s Company of minute-men, Colonel Bailey’s Regiment, qui a défilé à l'alarme de Lexington, s'est réengagé le 8 juin 1776, dans la Capt. Prentiss’ Company, Colonel Marshall’s Regiment, levé pour la défense de Boston également Capt. Packard’s Company, colonel Carpenter’s Regiment service à Rhode Island, 1778 Sergent, même compagnie, Major Cary’s Regiment, qui a marché jusqu'à Tiverton, Rhode Island, sur une alarme, le 30 juillet -Août. Le 9 janvier 1780, s'enrôle dans le régiment du colonel John Bailey, le 25 janvier 1782, pour renforcer l'armée continentale.
Cutter William Otis.

WILLIAM THOMPSON, Paxton (Ward) &mdash 1758 – 1816

Soldat de la Major’s Company, colonel Putnam’s Regiment, armée continentale rassemblée le 24 avril 1780.
Léon H. Thompson.

SAMUEL THRALL, Windsor, Connecticut & mdash 1737 – 1821

Quartier-maître, Troisième Régiment, milice du comté de Hampshire, commandée par le lieutenant-colonel. Robinson, qui a marché jusqu'à Ticonderoga pour renforcer la garnison, a servi d'octobre à novembre 1776 et a également été capitaine du régiment du colonel Willett, qui a participé à l'expédition de la rivière Mohwak, d'août à novembre 1781.
J. Brainerd Thrall.

WILLIAM THURLO, Fitchburg & mdash 1744 – 1784

Lieutenant, Capt. Bridge’s Company, Colonel Whitcomb’s Regiment, qui a marché jusqu'à Cambridge à l'alarme de Lexington, et a également servi quinze jours Ensign, Capt. Stearns’ Company, Colonel Doolittle’s Regiment, au siège de Boston Second Lieutenant à Winter Hill également capitaine, deuxième compagnie, milice du huitième régiment, mars 1776 également capitaine, colonel Bridge’s Regiment à Saratoga, septembre 1777 à Rhode Island, juillet-septembre 1778.
Oscar F. Burbank
.

JERMIAH TILTON, Sanbornton, New Hamsphire &mdash 1762 – 1822

Soldat du New Hampshire Regiment, Armée continentale à West Point, juillet-déc. 1780 sa veuve est pensionnée.
Fred George Tilton.

NATHAN TILTON, Newburyport

Le soldat de la compagnie du capitaine Moses Nowell a servi à la défense du littoral à Newburyport, de juillet à novembre 1775.
Winthrop Atkinson Hilton.

BARTHOLOMÉ TROW, Charlestown

Lieutenant, Capt. Josiah Harris’s Company, Colonel Gardner’s Regiment, juin 1775, à la bataille de Bunker Hill également Private, Capt. Jsoeph Hooker’s Company, Colonel Woodbridge’s Regiment.
Lewis Francis Trow.

JOHN TROWBRIDGE, Groton & mdash 1762 – 1828

Batteur, Capt. Joseph Boynton’s Company, Colonel Nathaniel Wade’s Regiment, 6 juillet 1778-janv. 1, 1779, a servi à Rhode Island également Capt. Edmund Munroe’s Company, Colonel Timothy Bigelow’s (Fifteenth Massachusetts) Regiment, 1er juillet 1779-20 avril 1780 également Capt. Joshua Benson’s Light Infantry Company, Col Rufus Putnam’s (cinquième Massachusetts) Regiment, 8 juillet 1780-janv. 9, 1781 enfants pensionnés.
Edward Allyn Trowbridge.

EPHRAIM TUCKER, Pomfret, Connecticut & mdash 1745 – 1782

Le soldat de la première compagnie du capitaine Caleb Clark, onzième régiment, de la milice du Connecticut, a marché jusqu'à Westchester, New York.
Elmer G. Tucker.

Le soldat de la compagnie du capitaine Joseph Soper, qui a marché jusqu'à Marshfield, le 20 avril 1775, a également servi, de mai à août 1775, et dans le régiment du colonel Whitney, en novembre 1775, également la compagnie du capitaine Nathaniel Winslow. , février 1776, également caporal, Capt. Ichabod Bonney’s Company démobilisé le 11 décembre 1778.
Howard Kendall Sanderson.

ABEL TWITCHELL, Sherborn & mdash 1751 – 1837

Soldat, Capt. Henry Leland’s Company, Colonel Bullard’s Regiment, qui a défilé à l'alarme de Lexington également Capt. Staples Chamberlin’s Company, Colonel Wheelock’s Regiment a servi à Skeensboro et Ticonderoga, 1776.
Julian Phelps Twitchell.

JOHN TYLER, Attleboro & mdash 1725 – 1794

Le soldat, le capitaine Moses Willmarth&# 8217s Company, le colonel John Daggett&# 8217s Regiment, qui a marché à l'alarme de Lexington a servi six jours également son nom apparaît sur un ordre sur le trésorier d'Attleboro pour les salaires pour le service sur l'alarme causée par la bataille de Bunker Hill.
Lyman charpentier.

JACOB VAN GUYSLING, Schenedtady, New York & mdash 1736 – 1803

Soldat, compagnies des capitaines Bancker et Oothout, du colonel Wemple (deuxième) régiment, milice du comté d'Albany, également de la compagnie du capitaine Wilson, du major Fonda (deuxième) régiment, milice du comté d'Albany (droits à la prime foncière) .
George Edmund Van Guysling.

JOEL VILES, Lexington & mdash 1743 –

Le caporal, le capitaine John Parker's Lexington minute-men à la bataille de Lexington, le 19 avril 1775 également à Cambridge, du 6 au 10 mai 1775 et à la bataille de Bunker Hill, le 17 juin 1775.
Salle Harrison Coburn.

JOHN WADE, Scituate & mdash 1755 – 1843

Soldat, Capt. Stockbridge’s Company, Colonel Thomas’ Regiment, au siège de Boston, mai-oct., 1775 également Capt. Stetson’s Company, Colonel Anthony Thomas’ Regiment a servi après avoir pris Dorchester Heights, mars 24-29, 1776 également Capt. Nelson’s Company, Colonel Willard’s Regiment, à Ticonderoga, mai-oct., 1776 s'est enrôlé comme Carptenter’s Mate sur le navire “Winthrop,” quatorze canons, Capt. Little , avril 1782 pensionné.
Lewis Arthur Frohock.

THOMAS WADLEIGH, Hampstead, New Hamsphire &mdash -1787

Capitaine dans la guerre française et indienne, 1759 l'un des Selectmen de Hampstead, 1771-1774 et 1776 Comité d'inspection et de sécurité, 1777 comité pour subvenir aux besoins des familles des soldats de l'armée, 1778 deux de ses fils, Thomas et John, ont servi en 1775, et étaient à la bataille de Bunker Hill.
Luther Atwood.

VINCENT WAINWIGHT, New Jersey ……. -1782

Soldat, homme-minute, dans le comté de Monmouth, New Jersey, la milice est décédée de la variole à Colt’s Neck, New Jersey, le 12 mars 1782.
[note trans : ce n'est pas orthographié WainwRight, le R est manquant].
Edward Harvey Sampson.

JOHN WAIT, Portsmouth, New Hampshire

Soldat, lieutenant-colonel. Henry Dearborn's Company, colonel Scammell's Regiment a servi trois ans dans l'armée continentale, du 12 mars 1777 au 12 mars 1780, sa veuve a reçu une pension.
Henry Spalding Perham.

HENRY WALBRIDGE, Randolph, Vermont &mdash 1738 – 1818

Il apparaît en tant que sergent dans la publication d'État du gouverneur et du conseil du Vermont également dans les archives de l'État de New York, parmi les journaux du Vermont sur une liste de paie pour l'année 1780.
Percy Edgar Walbridge.

EDWARD WALDO, Alstead, New Hampshire

Soldat du colonel James Reed’s Regiment blessé à la bataille de Bunker Hill, 17 juin 1775 Sous-lieutenant, Capt. Prentice’s Company, Colonel Bellows’ (Seizième) Regiment, 15 mars 1776 renforce l'armée à Ticongeroga, et a servi vingt-cinq jours en octobre 1776 Lieutenant, Capt. Webber's Company, Colonel Hobart's Regiment, qui a rejoint l'Armée continentale du Nord, juillet-septembre 1777.
Lewis Edgar Barnes.

BRUCE WALKER, Concord, New Hampshire &mdash 1760 – 1840

Soldat, Capt. Benjamin Emery’s Company, Colonel Baldwin’s Regiment service août-nov., 1776 également capitaines Bowman’s et Monson’s Company, avril 1777-janv., 1778 également Capt. Ebenezer Webster’s Company , Colonels Langdon’s et Peabody’s Regiments, juillet-août 1778, sa veuve était pensionnée.
Harry Bradley Walker.

ELIJAH WALKER, Dighton & mdash 1730 – 1804

Capitaine, neuvième compagnie, deuxième régiment de milice du comté de Bristol, le 26 avril 1776, a servi dans le Rhode Island à l'alarme de décembre 1776, et également en août 1780, la compagnie s'est détachée et a marché jusqu'à Dorchester Heights, en octobre 1778.
George William Austin.

MARSHALL WALKER, South Brimfield &mdash 1757 – 1816

Soldat, Capt. Whipple’s Company, Colonel Abijah Stearns’ Regiment a servi à la garde des troupes de la Convention, 30 mars-3 juillet 1778 également Capt. Daniel Gilbert’s Company, Colonel Josiah Whitney’s Regiment, 2 août 2 septembre . 18, 1778.
Henry Kirke Wight.

WILLIAM WALKER, Dighton & mdash 1743 – 1816

Le soldat de la compagnie du capitaine Elijah Walker, les régiments des colonels Hathaway et des papes ont servi sur les alarmes de Rhode Island, le 8 décembre 1776 et le 2 août 1780.
Fernando Arthur Walker.

BENJAMIN WALTON, Gouldsboro, Maine &mdash 1758 – 1851

Soldat, Capt. Libby’s Company, Colonel Foster’s Regiment a servi à Machias, septembre 1777 également Colonel Benjamin Tupper’s Regiment, septembre-décembre, 1781 s'est enrôlé dans l'armée continentale, Capt. Turner’s Compagnie, régiment du colonel Bradford, transféré à la compagnie du capitaine Hebley, régiment du colonel Rufus Putnam, avril 1782-juin 1784, pensionné.
Charles Rebuen Walton.

REUBEN WALTON, Stoddard, New Hampshire

Le soldat de la compagnie du capitaine Joseph Parker, du colonel Enoch Hale, a rejoint l'armée du Nord à Ticonderoga en juillet 1776 et s'est enrôlé dans l'armée continentale en juillet-novembre 1776.
Charles Ruben Walton.

Soldat, Capt Phineas Parker’s Company, Colonel Baldwin’s Regiment of artificers, Continental Army, juillet-décembre, 1780.
Quartier Albert Longley.

JOSPEH WARDWELL, Rumford, Maine &mdash 1759 – 1849

A servi comme sous-officier d'un régiment du Massachusetts, de janvier 1777 à janvier 1782 Enseigne, First Mass. Regiment, 18 janvier 1782 à novembre 1783 Lieutenant dans un corps commandé par le général Lafayette, qui l'a présenté avec une épée pour bravoure remarquable lors du siège de Yorktown, membre de la Society of the Cincinnati et retraité.
Edward Sherman Crockett.

JAMES WARREN, Plymouth & mdash 1726 – 1808

Haut shérif, 1757-1775 a proposé et institué les comités de correspondance en 1773, un patriote reconnu et un chef de file de la Révolution a succédé à Joseph Warren en tant que président du Congrès provincial Paymaster-General, Continental Army, 27 juillet 1775-19 avril 1776 également membre du Conseil de la Marine.
Winslow Warren.

JOHN WATERMAN, Halifax &mdash 1718 – 1790

Soldat, lieutenant. Wood’s Company, qui a marché jusqu'à Bristol, Rhode Island, sur l'alarme, le 9 décembre 1776, également le capitaine Nathaniel Goodwin’s Company, colonel Cotton’s Regiment, a participé à une expédition secrète contre Newport, Rhode Island, le 7 septembre. 25-oct. 31, 1777.
George Huse Waterman.
Frank Sturtevant Waterman
.

DAVID WEBSTER, Plymouth, New Hampshire &mdash 1738 – 1824

Le lieutenant-colonel de Hobart’s Regiment of milice a défilé pour renforcer l'armée continentale à Saratoga a servi du 25 septembre au octobre. 28, 1777 a également commandé une compagnie qui a marché sur une alarme Ticonderoga, juillet 1777 également du colonel Bedel’s Regiment pour la défense de la frontière de la rivière Connecticut, juin 1778-avril 1779 également Muster Master, sa commission en possession de sa famille .
Francis Vaughn Bulfinch.

THADDEUS WELLINGTON, Senior, Watertown &mdash 1758 – 1816

Soldat, le capitaine Abraham Pierce’s (Waltham) Company, qui a marché jusqu'à Concord et Lexington, et a servi pendant la journée du 19 avril 1775, et a fait la garde pendant quatre jours après le combat également le capitaine Daniel Whiting’s Comany, Le colonel Asa Whitcomb’s Regiment, qui a servi à Ticonderoga, selon le rôle d'appel, le 27 novembre 1776 également musicien, Capt. Alexander’s Company, Colonel Wigglesworth’s Regiment, armée continentale rassemblée le 30 mars 1777 s'est enrôlé pour le la guerre était à Valley Forge et dans un camp près de White Plains, en mai et juin 1778.
Charles Wellington Furlong.

THOMAS WELLINGTON, Watertown & mdash 1714 – 1783

Soldat, Capt. S. Barnard’s Company, Colonel T. Gardner’s Regiment, qui a défilé à l'alarme de Lexington, le 19 avril 1775.
François Hayden.

GIDEON WESTCOTT, Cranston, Rhode Island.

Capitaine, colonel Elliot’s Regiment of Rhode Island State artillerie, 1776.
Thomas Dorr Gatchell.

THOMAS WETHERBEE (WEATHERBEE), Lunenburg &mdash 1757 – 1848

Soldat, Capt. George Kimball’s Company, qui a marché sur l'alarme de Lexington également Capt. Nutting’s Company, Colonel William Prescott’s Regiment, qui était à la bataille de Bunker Hill et même compagnie et régiment a servi un an à partir de juillet , 1776 fut blessé, invalide et pensionné en avril 1818.
Robert Montraville Vert.

JOHN WEYGANT, Comté d'Orange, New York

Soldat, Capt. Smith’s Company, colonel Woodhulls (First) Regiment, milice du comté d'Orange également sergent, colonel Woodhull’s (quatrième) régiment, milice du comté d'Orange.
Herbert Eliphalet Huié.

TOBIAS WEYGANT, Comté d'Orange, New York.

Soldat, deuxième régiment, New York Continental Line signataire du “Revolutonary Pledge.”
Herbert Eliphalet Huié.

BENJAMIN WEYMOUTH, Old York, Maine

Soldat, Capt. Philip Hubbard’s Company, Colonel Scammon’s Regiment, au siège de Boston, mai-août, 1775 reçu pour bounty coat à Cambridge, 27 octobre 1775 également Capt. Samuel Darby’s Company, Le bataillon du colonel John Bailey, service de l'armée continentale, de 1777 au 31 décembre 1779 à Valley Forge, janvier 1778, également dans un détachement du York County Regiment, qui a participé à une expédition à Penobscot, de juillet à septembre 1779.
William L. Chadbourn.

SILAS WHEELOCK, Mendon &mdash 1717-18 –

Colonel, septième régiment de milice du comté de Worcester, qui a marché jusqu'à Cambridge à l'alarme de Lexington, l'un des conseils d'officiers du général Ward tenu après l'alarme.
James Bogman Doux.

JOHN WHITCOMB, Lancaster et Bolton &mdash 1712 – 1735 [trad. note : 1735 ne peut pas être correct].

Colonel, dans la première expédition de Crown Point, et a servi en 1756, 1758 et 1760 colonel d'un régiment du Massachusetts, de mai à décembre 1775, nommé brigadier-général, armée continentale, le 5 juin 1776, qu'il a refusé.
Lyman Warren Brooks.

BENJAMIN WHITE, Weymouth & mdash 1747 – 1815

Batteur, Capt. Joseph Trufant’s (indépendant) Company enrôlé le 9 mai 1775, pour huit mois reçu pour un manteau de prime ou son équivalent en argent, 30 décembre 1775 également soldat, même Comoany a servi à Weymouth, février-avril, 1776 également batteur, Capt. Winthrop Gray’s Company, colonel Crafts’ (artillerie) Regiment a servi à Rhode Island sous les ordres du général Sullivan, reçu pour prime, le 16 juillet 1778.
David Vining Poole.

JOHN LAKE WHITING, Shrewsbury &mdash 1755 – 1807

Le soldat de deuxième classe, le capitaine Job Cushing, la compagnie d'hommes de minute, le régiment du colonel Artemas Ward, qui a marché à l'alarme de Lexington jusqu'à Cambridge, a servi trente jours.
Edouard Marcy Hill.
Henry Horace Hill
.

ELIJAH WHITNEY, Warwick et mdash 1715 –

Membre du comité de correspondance et de sécurité de la ville de Warwick.
Richard Whitney.
Robert Bates Whitney.
Ralph Holyoke Whitney
.

ELISHA WHITNEY, Roxbury & mdash 1747 & 8211

Premier lieutenant, première compagnie, premier régiment du comté de Suffolk, commandé par le colonel McIntosh, le 10 mai 1779, également le capitaine Moses Bullard’s Company, colonel Thayer’s Regiment, a servi à Rhode Island, de juillet à octobre 1780.
Richard Whitney.
Ralph Holyoke Whitney.
Robert Bates Whitney
.

SAMUEL WHITTEMORE, Cambridge &mdash 1696 – 1793

Un patriote reconnu membre de comités pendant la Révolution sur la retraite des Britanniques de Lexington et Concord, le 19 avril 1775, il a résisté à l'assaut de plusieurs soldats britanniques, à Menotomy (aujourd'hui Arlington), tuant deux d'entre eux, il a été grièvement blessé et baïonnette, mais, bien qu'âgé de près de quatre-vingts ans, il survécut dix-huit ans après.
Edgar Augustus Whittemore.
Harris Stewart Whittemore
.

JOHN WHITTLESEY, New Preston, Connecticut & mdash 1741 – 1812

Soldat, Capt. John Hinman’s Company, Treizième Régiment de milice a servi à New York, août-septembre 1776 et Capt. Moresey’s Company à Horse Neck, Rye et Saw Pits, octobre-décembre 1776 également Engisn, Tenth Company, Thirteenth Regiment of militia, 21 mars 1777 également Private, Capt. William Moulton’s Company, General Waterbury’s brigade, 1781 Selectman of New Preston, actif dans le recrutement d'hommes pour le service et l'envoi de fournitures à la armée.
William Augustus Whittlesey.

JOHN WIER, Hempstead, New Hampshire &mdash 1757 – 1837

Le soldat de la compagnie Capt. French’s s'est enrôlé en avril 1775 et a servi pendant six semaines. 1777 sa veuve est pensionnée.
Harry Webster Davis.

BENJAMIN WILEY, Fryeburg, Maine &mdash -1816

Le soldat de la compagnie du capitaine James Webb, du régiment continental supplémentaire du colonel Sherburn, enrôlé le 5 mars 1777, a servi trois ans.
Orlando W. Charles.

EDWARD WILKINS, Junior, Marlboro &mdash 1757 – 1837

Soldat, Capt. Amasa Cranston’s Company, Colonel Eleazer Brooks’ Regiment, qui a marché jusqu'à New York et a participé à la bataille de White Plains, le 28 octobre 1776.
William Hartwell Brigham.

REUBEN WILKINS, Middleton & mdash 1758 – 1811

Soldat, Capt. Prince’s Company, Colonel Mansfield’s Regiment, reçu pour bounty coat, 6 octobre 1775 s'est enrôlé dans l'armée continentale, Capt. Lovejoy’s (Andover) Company, 7 avril 1777, pour trois ans également dans le colonel Putnam’s (cinquième) régiment continental.
Samuel Herbert Wilkins.

SAMUEL WILLETT, Tewxbury, New Jersey &mdash 1751 – 1843

Soldat, compagnies des capitaines Jones et Reinhart, régiment du colonel Taylor, milice du New Jersey, mars 1776-sept. 1777 également Capt. Reed’s Company en 1778 Capt. Berry’s Company en 1779 Capt. Crawford’s Company en 1780 Les capitaines Carhart’s et Smock’s Companies en 1781 ont pris leur retraite.
Rudolph Sherman Bauer.

JOSEPH WILLIAMS, Roxbury & mdash 1708 – 1798

Colonel dans la guerre française et indienne à l'alarme de Lexington, le 19 avril 1775, il était, avec Warren, Heath et Greaton, activement engagé dans le ralliement des compagnies pour poursuivre les Britanniques qui se retiraient de Concord.
Samuel May Boardman.

SAMUEL WILLIAMS, Wells, Maine

Soldat, Capt. Sayer’s Company, Colonel Scammon’s Regiment enrôlé le 5 juillet 1775 a servi au siège de Boston.
William G. Williams.

TIMOTHY WILLMOTT, Connecticut & mdash 1757 – 1825

Soldat, Capt. Wilmot’s Company, First Connecticut Regiment, mai-nov., 1775 et colonel John Douglas’ Regiment of militia, mai-déc. 1776 également Bombadier, Capt. Jonathan Brown’s Company, Second Continental Artillery Regiment, colonel John Lamb, 1777-1780 était pensionné à la bataille de White Plains.
Winfred Lewis Howe.

FOURNITURE WILSON, New Ipswich, New Hampshire &mdash 1750 – 1835

Soldat, Capt. Heald’s Company, qui a marché à l'alarme de la bataille de Lexington, le 23 avril 1775, s'est enrôlé dans la Capt. Ezra Town’s Company, Colonel Reed’s Regiment, pendant huit mois, et était à la bataille du caporal de Bunker Hill, le 1er août 1775, reçut 4 $ de la colonie du New Hampshire pour un manteau régimentaire, soldat de la compagnie du capitaine Abijah Smith, qui renforça l'armée continentale à New York, le 21 septembre 1776.
Walter Wheeler Rowse.

JOSHUA WINGATE, Douvres, New Hampshire & mdash 1725 – 1796

Major, Second New Hampshire Regiment, 24 août 1775 Colonel, First Regiment, 2 novembre 1775 à Seavy’s Island, commandant les défenses du Piscataqua Colonel, Second Regiment marcha jusqu'à Ticonderoga stationné à Mount Independence, été de 1776 rejoint le général Sullivan à Rhode Island, été 1778 Selectman of Dover, 1775 et 1779 Représentant de Douvres à la deuxième convention constitutionnelle du New Hampshire en 1781.
Frederic Gilbert Bauer.

SAMUEL WINSHIP, Lexington &mdash 1712 – 1780

Private, Capt. Parker’s Company at the battle of Lexington, April 19, 1775 also went to the Jerseys in 1776 in Capt. Bridge’s Company also in Capt. Reuben Munroe’s Company, Col. Elisha Porter’s Regiment, Sept.-Oct., 1777.
George B. Robbins.

EBENEZER WITHINGTON, Dorchester &mdash 1753 – 1832

Private, Lieut. Hopstill Hall’s Company, which marched at the Lexington alarm served nine days also Capt. Eayr’s Company of artificers, Col. Knox’s Regiment, Continental Army, 1776-1777 Company took siege guns from Cambridge to Fort Washington, New York also Private, Capt. John Armstrong’s Company, Col. Gill’s Regiment served on an expedition to Rhode Island, twenty-seven days, in 1781.
Augustus Henry Withington.

SAMUEL WITHINGTON, Dorchester &mdash 1720 – 1781

Private, Lieut. Hopestill Hall’s Company, which marched at the Lexington alarm served twelve days.
Augustus Henry Withington.

JOSEPH WITT, Granby &mdash 1751 – 1839

Private, Capt. Paige’s Company, Major Rand’s Regiment also Capt. Smith’s Company, Col. Pomeroy’s Regiment five months, ten days services in 1776 also Capt. Woodbridge’s Company, Col. Thayer’s Regiment six months services in 1779 also Capt. Atlvord’s Company, Col. Murray’s Regiment, raised to re-enforce the Continental Army for three months, July-Oct., 1780 pensioned.
Edmund D. DeWitt.
Hollis B. DeWitt
.

HENRY WOODS, Groton &mdash 1733 – 1804

Major of Col. William Prescott’s Regiment, May-Dec., 1775 Major, Seventh Continental Infanty, Jan.-Dec., 1776 Volunteer in Col. Jonathan Reed’s Regiment, 1777 Lieut.-Col. of Col. Nathaniel Wade’s Regiment, 1778-1779 member of Massachusetts Convention, 1779 Colonel by brevet, 1783.
Henry Ernest Woods.

MOSES WOODS, Acton &mdash 1750 – 1837

Private, Capt. Isaac Davis’ Company of militia, which were at the Old North Bridge, Concord, April 19, 1775, and opened fire on the British soldiers also Private, Capt. Israel Heald’s Company, Col. Eleazer Brooks’ Regiment, which marched to Roxbury, March 4, 1776 also Lieutenant, Capt. Jonathan Rice’s Company, Col. Samuel Bullard’s Regiment, which served at the taking of General Burgoyne, Aug.-Nov. 1777.
Henry Frank Woods.
Edward Frankin Woods
.

Private, Capt. Nathaniel Snow’s Company, Col. George Williams’ Regiment marched June 22, 1778, and served under Col Wade in Sullivan’s Rhode Island expedition also Capt. Seth Smith’s Company, Col. Isaac Dean’s Regiment served in Rhode Island, Aug. 1-7, 1780.
Frank Clifford Walker.

SAMUEL WORTHEN (WORTHING), New Hampshire

Corporal, Capt. John Willoughby’s Company, Col. Chase’s Regiment, commanded by Brig.-Gen. Whipple, which Company marched from Plymouth and adjacent towns to re-enforce the Northern Army under General Gates served Sept. 25-Oct. 28, 1777.
Harry Bradley Walker.

Private, Capt. James Humphrey’s Company, Second Ulster County Regiment, New York militia, Oct., 1778 served on an alarm from Penpack, New York in Col. Newkirk’s Regiment, at Fort West Point and the forest of Dean, June, 1779 at West Point in Major Moses Phillips’ Regiment, June, 1780.
James Strong Judd.

OLIVER WRIGHT, Marlboro, New Hampshire &mdash 1741 – 1820

Ensign, Capt. Lewis’ Company, Lieut.-Col. Heald’s detachment, which marched to re-enforce the garrison at Ticonderoga, June 29-July 3, 1777 also Lieutenant, Capt. John Mellen’s Company, same service, July 3-11, 1777 one of the Committee of Safety, 1776 Moderator of a town meeting Feb. 6, 1778, to ratify “Articles of Confederation.”
William Case Dort.

DANIEL WYATT, Compton, New Hampshire

Private, Capt. Edward Elliott’s Company, Col. Hobart’s Regiment and General Stark’s Brigade marched to Charlestown, No. 4, July, 1777, and served two months Selectman of Compton, 1779.
Charles Thomas Upton.

ROSS WYMAN, Shewsbury [Shrewsbury?]

Captain of a Company of artillery, which marched to Cambridge at the Lexington alarm and served thirty days Private, Capt. Maynard’s Company of minute-men, which marched on the Bennington alarm, Aug. 21-23, 1777 also on the Saratoga alarm, Sept. 29-Oct. 18, 1777.
Edward Marcy Hill.
Henry Horace Hill.

THOMAS WYMAN, Roxbury &mdash 1761 – 1816

Private, Capt. Heath’s Company, Col. McIntosh’s Regiment served in the Continental Army, June-Dec. 1780.
Augustus Bacon.

THE COMMANDER-IN-CHIEF’S GUARD

The Commander-in-chief’s Guard, erroneously called by the Soldiers as “Washington’s Life Guard” and “Washington’s Body Guard,” was always attached to General Washington’s headquarters. It was formed at Cambridge, Mass., in March, 1776, and continued until the dissolution of the army in 1783.

Caleb Gibbs, Adjutant of Colonel John Glover’s Massachusetts Regiment, was Captain of the Guard, March 12, 1776 to January1, 1781 and George Lewis, of Virginia, was First Lieutenant, afterward Captain of the Cavalry of the Guard. Dr. Carlos E. Godfrey’s recently published history of the “Commander-in-Chief’s Guard” gives the records of about three -fourths of the officers an men of the Guard, in which are incorpoated their immediate family records.

Seventy-five of the Company were Massachusetts men, namely:

THOMAS HARRIS, New London, Connecticut &mdash 1759 – 1802

Transferred to the Commander-in-Chief’s Guard at Valley Forge, March 19, 1778, and promoted Fifth Sergeant at battle of Monmouth promoted Fourth Sergeant, August, 1778 Third Sergeant December 11, 1778 Second Sergeant, August 5, 1779, to January 4, 1780.
Walstein R. Chester.

THOMAS HARRIS, New London, Connecticut &mdash 1759 – 1802

WILLIAM WYMAN, Lunenburg &mdash 1752 – 1809

Col. Bigelow’s (Fifteenth) Regiment transferred, Valley Forge, March 19, 1778, to Commander-in-Chief’s Guard at battle of Monmouth, June 28, 1778 discharged at Morristown, April 1, 1780.
Charles F. Wyman.


Edward T. Heald - History

Edward T. Eaton, one of the sturdy pioneers of Butler county and a veteran of the Civil war, comes from an old and distinguished Colonial family. Mr. Eaton was born in Hancock county, Illinois, March 14, 1841, and is a son of David J. and Agnes (Avise) Eaton, the former of New Jersey, and comes from an old New England family of English descent. A number of the Eatons came to this country in the early Colonial days. Francis Eaton came on the Mayflower in 1620, and John Eaton landed in New England after making the voyage on the Elizabeth Ann in 1635 William came on the Hercules in 1637, all of whom were brothers, and Edward T., the subject of this sketch is a descendant of one of these brothers. Isaac Eaton, who lived at Hopewell, N. J., and died in 1776, was the great grandfather of Edward T., and founded the first Baptist school in America, at Hopewell, N. J.

David J. Eaton, the father of Edward T., was a wagon-maker, and he and his wife were the parents of six children, of whom the subject of thiss ketch[sic] was the oldest, and Isaac was the youngest. Isaac also served in the Civil war, being a member of Company I, Sixteenth regiment, Illinois infantry. He had some difficulty in getting into the service on account of being under age and under size, but he was determined to pass muster, and after being rejected once by the recruiting officer, he went to the nearest shoemaker and had high heels put on his shoes, and, the next time, was successful in passing. He served throughout the war, and at its close was mustered out of service and honorably discharged.

Edward T. Eaton worked at the carpenter's trade in early life, and, during the Civil war, enlisted in Company C, Fiftieth regiment, Illinois infantry, and served until the close of the war. He was with Sherman on his great march to the sea, and in the campaign in North Carolina, when Johnson surrendered. He acted as brigade headquarters clerk while in the service, and participated in the grand review at Washington, after the close of the war. He was mustered out of the service, July 13, 1865, and then returned to Illinois, and resumed work at his trade, and also followed contracting.

Mr. Eaton was married, in 1863, to Miss Rebecca Welsh of Fulton county, Illinois. Her parents were Thomas J. and Jennie (Baldrich) Welsh, the former a native of Kentucky and the latter of South Carolina. To Mr. and Mrs. Eaton have been born four children, as follows:

758 HISTORY OF BUTLER COUNTY

Curtiss Powell, deceased Minnie B., deceased Edith A., deceased, and William E., born February 28, 1880.

In the spring of 1870, Mr. Eaton came to Kansas, first stopping at Humboldt. He started to walk from that point to Butler county, but was fortunate in getting a ride with an emigrant who was driving through. After reaching Butler county, he worked at the carpenter trade in various places while his wife and children remained in Quincy, Ill. When he came here he had less than $5, and after saving his money for a season, he was able to bring his family to their new home in Butler county, which was a one room affair, 12x14 feet, located on his claim on section 20, Milton township. Here the little family began life on the plains and joined the struggle of the early pioneers to make a home for themselves and develop a new country. Notwithstanding they experienced many hardships in the early days, they were always satisfied with Kansas and never once thought of retracing their steps. Mrs. Eaton taught school for three or four years after coming to Butler county, and bears the distinction of having taught the first school in Milton township. Money was scarce in those days, and Mr. Eaton says his entire income, in cash from all sources for one entire year, was twenty-five dollars. Provisions and various articles were used for barter, and he frequently would take in trade articles for which he had no immediate use.

Mr. Eaton was postmaster at Holden for twelve years. This was the first postoffice in Milton township. He is a member of the Masonic lodge and the Grand Army of the Republic, and he and Mrs. Eaton are members of the Methodist Episcopal Church at Whitewater, and Mr. Eaton has been chairman of the building committee. Mrs. Eaton is a charter member of the Woman's Relief Corps, No. 178.

Transcribed by Carolyn Ward from History of Butler County, Kansas by Vol. P. Mooney. Standard Publishing Company, Lawrence, Kan.: 1916. ill. 894 pgs.


Interview with Edward T. "Ned" Breathitt, Jr., January 10, 1983

Interviews may be reproduced with permission from Louie B. Nunn Center for Oral History, Special Collections, University of Kentucky Libraries.

All rights to the interviews, including but not restricted to legal title, copyrights and literary property rights, have been transferred to the University of Kentucky Libraries.

Add this interview to your cart in order to begin the process of requesting access to a copy of and/or permission to reproduce interview(s).

Breathitt, Edward T., Jr. Interview by Scott Ellsworth. 10 Jan. 1983. Lexington, KY: Louie B. Nunn Center for Oral History, University of Kentucky Libraries.

Breathitt, E.T., Jr. (1983, January 10). Interview by S. Ellsworth. Appalachia: Appalachian Regional Commission Oral History Project. Louie B. Nunn Center for Oral History, University of Kentucky Libraries, Lexington.

Breathitt, Edward T., Jr., interview by Scott Ellsworth. January 10, 1983, Appalachia: Appalachian Regional Commission Oral History Project, Louie B. Nunn Center for Oral History, University of Kentucky Libraries.

You may come across language in UK Libraries Special Collections Research Center collections and online resources that you find harmful or offensive. SCRC collects materials from different cultures and time periods to preserve and make available the historical record. These materials document the time period when they were created and the view of their creator. As a result, some may demonstrate racist and offensive views that do not reflect the values of UK Libraries.


History of venereal diseases from antiquity to the renaissance

Sexually transmitted diseases (STDs), previously known as venereal diseases (VD), were present among the populations of antiquity as well as during the Middle Ages. Clay tablets from Mesopotamia, Egyptian papyri, along with mythology, paintings of erotic scenes, and presence of prostitutes give sufficient information to assume that some form of urethral and vaginal discharge, and also herpes genitalis were present among people at that time, and that these diseases were considered a divine punishment. Some passages of the Bible say much about the sexual behavior of the ancient Hebrews. The writings of the Greek and Roman physicians and of their satiric poets (Martial, Juvenal, Ovid) described diverse genital diseases. Celsus described various diseases of the genitals, that he called the "obscene parts". Galen made a strange description of the female genitals and coined the term gonorrhea - flow of semen. The ancient Chinese and Indian physicians also gave some account on the presence of venereal diseases in their books, and the temple sculptures depict their sexual life. During the Middle Ages, numerous physicians and surgeons from Europe as well as from Arabic countries wrote on local diseases of the genitals, describing chancres, condylomata, erosions, pustules, urethral and vaginal discharge, and their treatment. Some were aware that the alterations were connected with sexual activity. In spite the fact the Christian church propagated abstinence, the spread of venereal diseases was possible because the diffusion of prostitution, communal baths, and wars. During the 19th century, some of the physicians and historians, especially J. Rosenbaum, F. Buret, and E. Lancereaux believed syphilis was as old as mankind, whereas later authors had the opinion the disease appeared at the end of the 15th century.


Edward T. Jones house in Sunshine, Colorado: Photo 1

Carnegie Branch Library for Local History is temporarily closed.
Basic research and scanning services are available by emailing [email protected]

Edward T. Jones house in Sunshine, Colorado

Photographs of the Edward T. Jones family and house.

Photo 1 - The Edward T. Jones house with John, Emily holding baby Betha, and Edward Jones standing in front of the house. John was Edward's brother.
Photo 2 - The Edward T. Jones house with Edward Jones standing in front of the house. Some snow on ground.
Photo 3 - Edward and wife, Emily both seated with older daughter, Betha in the back, Forrest in overalls and Lois in front.
Photo 4 - Color photo of the house in 1970.

RIGHTS: The historic photographs and documents, with the Source BHS, belong to the Boulder Historical Society/Museum of Boulder and require attribution when used. These items are on permanent loan to the Carnegie Library for Local History. No duplicated materials may be deposited, or placed on file in any other archive, museum, library or similar repository. Questions of copyright are the responsibility of the user.


The Missing 20th Century: How Copyright Protection Makes Books Vanish

The above chart shows a distribution of 2500 newly printed fiction books selected at random from Amazon's warehouses. What's so crazy is that there are just as many from the last decade as from the decade between 1910 and 1920. Why? Because beginning in 1923, most titles are copyrighted. Books from before 1923 tend to be in the public domain, and the result is that Amazon carries them -- lots of them. The chart comes from University of Illinois law professor Paul Heald. In a talk at the University of Canterbury in March 16, he explained how he made it and what it shows. Il a dit:

This is super exciting, interesting preliminary data, I think. I had one of my students write a computer program that would crawl through Amazon.com and pull 2,500 fiction titles at random. . The findings are absolutely fascinating.

We broke these out by decade. . You would expect that if you can crawl through Amazon looking at only new books and only books sold by Amazon -- so these are not used books, these are not sold by Amazon associates, this is what's in Amazon's warehouses -- of course, the biggest number of books is from the decade 2000-2010. That's what you'd expect they're more recent, more popular. Drops off really quickly for books in the 1990s, 1980s, 1970s, '60, 1950, 1940, 1930 -- here's the point in time where books start falling in the public domain. Suddenly it goes up and up and up. There's as many books [that] Amazon is selling brand new right now from the 1900s to 1910 as from the 2000s to 2010. You go all the way back to 1850 -- there's twice as many books from the 1850s being sold on Amazon right now as the 1950s. So this sort of confirms the notion that there's some sort of positive public-domain effect .

Heald says that the numbers would be even more dramatic if you controlled for the number of books published in those years, because there are likely far more books published in 1950 than in 1850.

You can watch Heald's whole talk, "Do Bad Things Happen When Works Fall Into the Public Domain?" au dessous de. His comments on this chart start at about 12:40. Thanks to Yoni Appelbaum for the pointer.


Washington Makes the Call to Inoculate

By the following winter, Washington and his troops were camped in Morristown, New Jersey, where the threat of smallpox was as dire as ever. America’s stoic general waffled back and forth on whether to inoculate or not, even making the mass inoculation order and then rescinding it. Finally, on February 5, 1777, he made the call in a letter to John Hancock, president of the Second Continental Congress.

“The small pox has made such Head in every Quarter that I find it impossible to keep it from spreading thro’ the whole Army in the natural way. I have therefore determined, not only to innoculate all the Troops now here, that have not had it, but shall order Docr. Shippen to innoculate the Recruits as fast as they come in to Philadelphia.”

Fenn says that inoculating all troops without natural smallpox immunity was a daunting task. First, medical personnel had to examine each individual to determine if they had contracted the disease in the past, then they conducted the risky variolation procedure, followed by a month-long recovery process attended by teams of nurses.

Meanwhile, this entire process—the first of its kind and scale—had to be conducted in total secrecy. If the British caught wind that large numbers of American soldiers were laid up in bed with smallpox, it could be the end.

“I need not mention the necessity of as much secrecy as the nature of the Subject will admit of,” wrote Washington, “it being beyond doubt, that the Enemy will avail themselves of the event as far as they can.”


Voir la vidéo: What Really Happens When We Fast?