Asheville-PGM-84 - Histoire

Asheville-PGM-84 - Histoire

Asheville

III

(PGM-84 : dp. 240 ; 1. 164'6" ; b. 24' ; dr. 9'6" ; s. 40 k. ; cpl. 24 ; a. 1 3", 1 40mm., 4 . 50-cal. mg.; cl. Asheville)

Le troisième Asheville (PGM-84) a été construit le 15 avril 1964 à Tacoma, Washington, par la Tacoma Boatbuilding Co.; lancé le 1er mai 1965; parrainé par Mme R. E. Harris ; et commandé le 6 août 1966, lieutenant Henry Dale dans la commande.

Elle a accompli l'équipement à Tacoma le 17 septembre et est devenue en route pour son port d'attache, San Diego. Elle y est arrivée le 22 et a commencé l'entraînement au shakedown le long de la côte californienne.
Shakedown et les tests opérationnels ont duré jusqu'au 18 janvier 1967, date à laquelle il est entré dans le chantier naval de Long Beach pour une disponibilité post-shakedown. Ces réparations ont continué jusqu'au 14 mars, date à laquelle il est revenu à San Diego. Elle y resta au port pendant deux semaines. Le 28 mars, elle a quitté San Diego en route vers le Pacifique occidental. Le 1er avril, la canonnière est rebaptisée PG-84. Après des escales à Pearl Harbor et Guam et une visite de retour sur cette dernière île rendue nécessaire par une panne de sa centrale de propulsion principale, l'Asheville est finalement arrivé à Camranh By au Sud-Vietnam le 7 mai.

À son arrivée, elle a commencé un déploiement prolongé dans le Pacifique occidental d'une durée d'un peu plus de huit ans, une période de service entachée de pertes matérielles chroniques et de périodes de réparation fréquentes. Au cours des six premières années du déploiement, la canonnière a servi avec la Force de surveillance côtière au Vietnam lorsqu'elle n'a pas subi de réparations dans des endroits tels que Subic Bay, Guam, Camranh Bay ou Vung Tau. Pendant les périodes de ligne, elle a mené des missions de blocus sous le nom de code d'action « Heure de marché » le long de la côte sud-vietnamienne dans le but d'interdire le flux d'armes et de fournitures du Nord-Vietnam aux forces communistes opérant au Sud-Vietnam. En tant que mission secondaire, le navire de guerre a fourni un appui-feu aux forces américaines et sud-vietnamiennes opérant à terre.

À la fin de 1970, Asheville a rompu sa routine d'opérations "Market Time" ponctuées de fréquentes périodes de réparation lorsque, après avoir terminé une révision et une disponibilité restreinte à Guam, elle a fonctionné pendant deux mois - de fin novembre 1970 à fin janvier 1971 - dans le Mariana Îles. Le 20 janvier 1971, la canonnière a quitté Guam pour reprendre son service dans les eaux vietnamiennes. Une fois de plus, il a mené des missions de surveillance côtière et d'appui au tir, bien que toujours en proie à des pertes matérielles chroniques qui l'ont fréquemment retiré de l'amende pour réparations. Le 18 mai, le navire de guerre est retourné à Guam pour près de deux mois de réparations.

Quand elle a terminé ce travail le 9 juillet, Asheville a entrepris sept semaines de patrouilles et de visites portuaires dans les Territoires de Confiance du Pacifique. Elle a conclu cette affectation à Guam le 1er septembre et a conduit ensuite une formation de recyclage hors du Port d'Apra pendant les deux mois suivants.

La canonnière a quitté Guam le 5 novembre et, après une escale de 16 jours dans la baie de Subic, est retournée au Vietnam à Vung Tau. Son devoir dans ce pays déchiré par la guerre a duré jusqu'à la fin du mois de mars 1972, date à laquelle elle est retournée à Guam via Subic BAy. Le navire de guerre est arrivé au port d'Apra le 31 et est resté dans les Mariannes jusqu'au 13 novembre. Après un arrêt à la Baie Subic le 21 novembre, elle est revenue brièvement aux eaux vietnamiennes avant de se diriger vers Bangkok, Thaïlande, où elle est restée bien dans la deuxième semaine en décembre. Le 12 décembre, elle a quitté Bangkok et, après l'escale habituelle à la Baie de Subic, est rentrée dans le Port d'Apra le 27.

Pendant qu'elle était là, la fin de l'implication américaine dans la guerre civile vietnamienne a interrompu ses activités de combat. Pendant les 17 mois suivants, Asheville a continué à opérer dans le Pacifique central et occidental. En novembre et décembre 1973, il a interrompu son programme d'opérations pour une croisière dans le Pacifique sud au cours de laquelle il a visité Surabaya, en Indonésie, et les ports australiens de Cairns, Darwin et Gore ainsi que Rabaul sur la Nouvelle-Bretagne et Manus dans l'Amirauté. Îles. Elle est revenue à Guam le 17 décembre 1973 et a repris des opérations de ce port.

Le 21 juin 1974, la canonnière sort du port d'Apra à destination des États-Unis. Elle s'est arrêtée à Oahu du 4 au 6 juillet et est arrivée à San Diego, Californie, le 16. Le 1er août, il a commencé le long voyage de service avec la Réserve navale à Chicago, dans l'Illinois. Il lui a fallu près de trois mois pour atteindre sa destination et s'est arrêté dans une longue liste de ports en cours de route. Finalement, cependant, Asheville arriva à Chicago le 28 octobre 1974. La canonnière passa le reste de sa carrière active à opérer sur les Grands Lacs au départ de Chicago en tant que plate-forme d'entraînement pour le personnel de la Réserve navale de la région de Chicago. Elle a continué ce devoir jusqu'à ce qu'elle soit mise hors service le 31 janvier 1977, et son nom a été simultanément rayé de la liste de la Marine. Le 11 avril 1977, le navire est transféré à la Massachusetts Maritime Academy.

Asheville (PG-84) a obtenu 14 étoiles de bataille pour son service dans le conflit du Vietnam.


USS Asheville (PGM-84)

USS Asheville (PGM-84/PG-84) était un Ashevillecanonnière de classe -acquise par la marine américaine pour la tâche de patrouiller à grande vitesse dans les voies navigables peu profondes.

Le troisième navire à être nommé Asheville par la Marine, PGM-84 a été mis en place le 15 avril 1964 à Tacoma, Washington, par la Tacoma Boatbuilding Co. lancé le 1er mai 1965 parrainé par Mme R. E. Harris et commandé le 6 août 1966, le lieutenant Henry Dale aux commandes.

Les Asheville a utilisé un système de propulsion combiné diesel ou turbine à gaz (CODOG) jumeau Cummins Diesels pour l'endurance, et une turbine à gaz GE LM1500 pour le tableau de bord à grande vitesse.


Histoire de la marine américaine des canonnières Par James J. Bloom

Note de l'historien : les photos numérisées avec la permission de l'auteur présentes à l'origine dans l'article publié n'ont pas été incluses.

De la petite flotte de goélettes de 50 tonnes de George Washington aux hydroptères de la Navy d'aujourd'hui, la canonnière s'est avérée égale à toutes les tâches, que ce soit en haute mer ou au bord des vagues.

VERS 1960, le concept de la guérilla s'était implanté. Au Pentagone et les différents services ont chacun développé leur propre doctrine de contre-insurrection, ainsi que la force et les armes pour la soutenir. L'armée avait été la première avec ses forces spéciales en 1954, effectivement en sommeil jusqu'au début des années 1960, tandis que la marine a finalement mis en place un programme de guerre non conventionnelle en 1962.

C'est également en 1960 que la pensée navale américaine avancée a adopté la stratégie de restriction de l'eau la plus adaptée aux guerres de libération par procuration éclatant le long des côtes sinueuses ressemblant à des tamis et dans les marécages de la jungle des nations émergentes. Toutes ces arènes réelles et potentielles de guerre insurrectionnelle combinaient de mauvaises communications terrestres avec de vastes réseaux d'eaux intérieures et des côtes dont beaucoup étaient des archipels ou des péninsules.

Une série d'articles parus dans les Actes de l'U.S. Naval Institute de 1960 à 1964 appelait à un renouveau du PT comme antidote à la guérilla. Fondamentalement, deux types de mission de contre-guérilla ont été conçus : l'interdiction de l'approvisionnement et du transport par voie d'eau et le raid commando de pénétration profonde sur les camps de base présumés de la guérilla, les positions sur le terrain et les canalisations d'approvisionnement.

Pour cette dernière mission, la Marine a développé le SEALS (Sea-Air-Land) l'équivalent maritime des bérets verts. L'engin pour transporter et soutenir ces raids ne se trouvait pas dans l'inventaire de la flotte américaine en 1962, principalement une force d'eau bleue électroniquement sophistiquée, axée sur les missiles et l'énergie nucléaire. Par conséquent, la marine a dû se rendre en Norvège pour les PTF de classe Nasty. , essentiellement mis à jour (sans torpille) Elco et Higgins PT du millésime de la Seconde Guerre mondiale. L'histoire des Nasty a été couverte dans un numéro précédent de Sea Classics ("The Last of the Red Hot PT Boats", mai 1974).

Le rôle d'interdiction d'approvisionnement et de surveillance côtière nécessitait des embarcations avec une meilleure endurance et navigabilité que les types PT de 80 tonnes disponibles. Par conséquent, au printemps 1962, la Marine s'est lancée dans le développement du premier navire américain conçu comme une canonnière côtière de la quille vers le haut depuis que les canonnières de classe Erie (PG) ont été mises en place 30 ans auparavant.

Les deux embarcations autorisées pour l'exercice 1963 ont quitté les voies de la Tacoma Boat-building Corporation à Seattle, Washington en 1964 et ont été mises en service en août et octobre 1966 sous le nom d'Asheville (PGM-84) et de Gallup (PGM-85). Ces canonnières à moteur de classe Ashev!lle (passées en canonnières de patrouille/navires de combat en 1967) ont fourni à la Marine l'occasion d'appliquer des techniques expérimentales de construction et de propulsion à un navire de production.

Avant d'élaborer sur le navire lui-même, il faut comprendre qu'en 1961-62, la menace de guérilla la plus immédiate contre les États-Unis n'était pas la lointaine Indochine, où nous avions un petit personnel consultatif, mais le régime marxiste belliqueux à 90 milles de nos côtes - Cuba . Tout au long de 1961 et 1962, les porte-parole de l'administration et du Congrès ont préconisé de prendre des mesures directes avant la guerre pour arrêter la montée en puissance rapide de la machine de guerre fournie par les Soviétiques de Castro, menaçant alors de planter et de nourrir des cellules de révolutionnaires à la Guevara dans tout notre flanc sud.

Le concept du "blocus du Pacifique" ou de la "déclaration de contrebande" a été avancé et finalement testé dans la ligne de quarantaine de la deuxième flotte pendant la crise des missiles d'octobre. Quelque 190 navires, dirigés par des destroyers, se sont étendus à 500 milles à l'est de Guantanamo, coupant les voies maritimes de Cuba.

Le noyau du groupe de travail était composé de huit transporteurs. Les destroyers en patrouille de blocus pourraient, à tout moment, être appelés à renforcer l'écran anti-sous-marin ou anti-aérien du CVA (six sous-marins soviétiques auraient été dans la zone).

La deuxième flotte a été étirée à la limite de la ligne de piquetage et aurait été dans une triste situation si la sous-menace soviétique s'était matérialisée. Ce qu'il fallait, c'était la canonnière à courte distance, rappelant la "New Navy" des années 1890, la flotte bananière appliquant la doctrine Monroe à l'ère classique de la diplomatie des canonnières.

Les capacités offshore, jusqu'à plusieurs centaines de milles, et la surveillance prolongée nécessitaient des embarcations plus respectueuses de la mer que le Nasty, qui était un bateau à l'abri solide mais conçu pour naviguer dans des fjords abrités. L'armement principal devrait également être un peu plus autoritaire que le 40 mm afin de fournir plus de punch dans un rôle de bombardement côtier limité ainsi que d'écraser les types côtiers ennemis avant qu'ils ne puissent se fermer pour l'action.

Une capacité de propulsion à des vitesses de 40 nœuds était exigée pour correspondre à n'importe quel bateau de patrouille rapide existant et capable d'échapper ou d'échapper à des navires de combat plus gros qui pourraient les défier. La charge utile désignée et les capacités limitées en haute mer nécessitaient un degré d'indépendance plus élevé par rapport au soutien de la base avancée que dans les navires dérivés du PT, en particulier compte tenu de la menace cubaine.

L'expérience de la Marine avec les navires côtiers pendant la Seconde Guerre mondiale, à part le PT (plus un navire d'attaque à terre qu'un véritable navire de patrouille), était entièrement composée de types anti-sous-marins, de PC en acier de 173 pieds et de 110 en bois. -foot SC, ainsi que divers navires et embarcations d'assaut amphibies, tels que le LCI. Ces types ont été convertis en canonnières pour compléter les PT#8217 à canon supérieur dans leurs campagnes d'interdiction de ravitaillement contre les garnisons japonaises contournées à la fin de la guerre.

Avant cela, les seules canonnières en service aux États-Unis, conçues comme telles, étaient les unités susmentionnées de l'ère de la Grande Flotte Blanche. Ces " canonnières protégées " ou " canonnières de croisière " étaient des croiseurs de reconnaissance vraiment marginaux, d'un déplacement d'environ 1 000 à 2 000 tonnes et équipés d'environ quatre à six canons de 6 pouces, réduits plus tard à 4 pouces. Leur tirant d'eau relativement faible, généralement de 11 à 13 pieds, permettait des opérations près du rivage et quelques travaux fluviaux limités, mais ces navires n'étaient pas adaptés aux travaux côtiers au sens où ce terme est maintenant compris.

Les vitesses étaient modérées pour l'époque, autour de 12 nœuds, par opposition à un développement parallèle de la canonnière, la canonnière torpille, qui évolua plus tard en destroyer.

Quelque 23 de ces canonnières côtières ont été construites entre 1588 et 1923. Leurs rôles étaient ces entreprises de fanfaronnades et de fanfaronnades qui incarnaient le slogan "la diplomatie de la canonnière". La canonnière a été brièvement relancé au milieu des années 30 avec les sœurs Erie et Charleston (PG -50 et -51). Ces deux derniers navires de 2 000 tonnes étaient en fait des substituts de croiseurs, construits selon les limites du traité naval pour les types de patrouille sans couper dans le tonnage de croiseur alloué.

Nous avions des canonnières de patrouille pendant la Seconde Guerre mondiale, mais cette désignation a été attribuée aux corvettes de la classe Flower construites au Canada par prêt-bail inversé, conçues pour l'escorte de convois anti-sous-marins, pendant la période de "chasse heureuse" des sous-marins au large des États-Unis. côte est dans 󈦊-󈧯.

Les PGM mentionnés ci-dessus, dont 32 ont finalement été convertis, ont été complétés par le PCE (Patrol Convoy Escorts) essentiellement des dragueurs de mines océaniques de classe Admirable moins l'équipement de balayage. À la fin des années 1960, les PCE étaient les seuls navires de patrouille restants dans la flotte américaine (une catégorie d'engins a été ajoutée pour désigner les navires plus petits).

L'indicatif PGM était attaché à un certain nombre d'embarcations de 95 pieds et 117 tonnes construites pour le transfert à l'étranger.

La classe Asheville a bouclé la boucle du concept de canonnière, combinant les attributs d'endurance et de puissance de feu de la flotte Banana avec la vitesse, la maniabilité et le faible tirant d'eau du PT.

Les exigences d'endurance et de tenue en mer ont abouti à un navire de plus de deux fois la longueur du PT (165 pieds au total) sur à peu près la même largeur (24 pieds maximum). Pour garder le tirant d'eau léger, il a fallu passer à la construction en aluminium. Ces navires sont les premiers navires à coque tout aluminium de toute taille de la Marine. Une réduction de poids supplémentaire a été obtenue en construisant la superstructure de placage de fibre de verre sur des cadres en aluminium, la première utilisation navale de la fibre de verre sur des navires de la taille d'un navire.

En conséquence, le navire, à peu près de la même taille que le PC tout acier (environ 400 tonnes) ne déplaçait que 250 tonnes à pleine charge. Bien que la coque n'ait tiré que 5 pieds, les deux arbres d'hélice se sont inclinés pour augmenter le tirant d'eau de navigation à 9 pieds, gaspillant quelque peu les avantages de la conservation du poids. Cependant, les PJ ont encore tiré 2 à 3 pieds de plus.

La combinaison de l'endurance de croisière et de la capacité de chasse en mer étaient des attributs du système expérimental de double propulsion CODAG, les lettres signifiant diesel et turbine à gaz combinées. En bref, le système incorporait deux diesels Cummins, d'une puissance combinée de 1 450 chevaux, et une adaptation marine de la turbine J-79 du chasseur Phantom, désignée LM1500, qui développait 14 000 chevaux à grande vitesse.

La patrouille de surveillance normale utilisait uniquement des moteurs diesel qui pouvaient donner jusqu'à 16 nœuds lorsqu'une accélération était nécessaire. les moteurs diesel et la turbine étaient accrochés aux arbres lorsque les moteurs diesel étaient désengagés. L'ensemble de l'opération s'est déroulé sur simple pression d'un interrupteur et a pu atteindre une accélération sans précédent de zéro à 40 nœuds en l'espace d'une minute.

La montre de la maison pilote à 3 hommes devait être munie de ceintures de sécurité pour résister à la violente embardée. Le transfert de puissance a ainsi été réalisé sans perte de vitesse et a été aussi fluide que l'on pouvait s'y attendre des unités de puissance intégrées.

De toute évidence, un navire de 250 tonnes naviguant à 40 nœuds nécessiterait normalement des mers relativement ouvertes pour effectuer tout type de manœuvre, car plusieurs centaines de mètres d'eau pourraient glisser sous la quille de sauvetage lors d'un virage ou d'une inversion de cap. Ce problème a été surmonté en installant des hélices à pas variable, ce qui signifiait que le navire pouvait faire marche arrière presque instantanément en cours sans aucun changement de vitesse fastidieux. Le pas des pales de l'hélice a été simplement modifié et le navire a inversé le cap à l'intérieur de deux longueurs de navire. La réponse instantanée du gouvernail a considérablement réduit le rayon de braquage.

Comme les navires sont susceptibles d'opérer sous les tropiques et que la coque en aluminium transporterait rapidement la chaleur de la turbine vers les espaces de l'équipage, tous les espaces de vie et de travail sont équipés de la climatisation.

Les normes d'habitabilité sont généralement assez élevées pour un navire de cette taille. L'espace de vie sous le pont au milieu du navire se compose principalement des quartiers de l'équipage disposés dans un couloir en forme de U entourant la salle des turbines à gaz. Une cloison, décalée à tribord, divise la zone en sections de 12 et 9 personnes, respectivement à bâbord et à tribord, chacune contenant des couchettes, des bancs et des casiers à trois niveaux et une tête avec douche et toilettes. Une échelle inclinée conduit jusqu'à des trappes ouvrant sur un passage fermé sur le pont principal, gardant ainsi les quartiers relativement secs. À l'avant des quartiers de l'équipage se trouvent le mess et la zone administrative, dont la partie arrière sert de salle à manger pour quatre et de salon pour les officiers et l'équipage.

L'office, à l'avant, est plutôt spacieux pour un navire de patrouille avec une gamme, un espace de comptoir et un vaste entrepôt frigorifique, suivi du mess de 10 hommes d'équipage. Ces espaces ont également un accès direct au pont principal. En avançant par une porte étanche, on arrive au centre administratif, contenant le bureau du navire et le bureau d'approvisionnement.

Comme cela a été mentionné, la salle des turbines est située au centre des espaces de l'équipage et abrite le G.E. Turbine à gaz LM 1500, composée de sections de générateur et de turbine de puissance séparées.

À l'arrière de la centrale à turbines se trouve la salle des machines principale, abritant à la fois les moteurs diesel de propulsion principaux et le diesel de service qui alimente les divers systèmes auxiliaires du navire, l'ensemble de boîte de vitesses reliant la turbine et les moteurs diesel aux arbres se trouve également ici.

Plus à l'arrière, un deuxième générateur de service et des systèmes de service de secours pour le navire entourent la station d'exploitation fermée (E.O.S.), le principal centre de contrôle de la propulsion contenant un équipement de surveillance technique complet. Bien que la vitesse de la turbine puisse être réglée à partir de l'E.O.S. ou la timonerie, il doit être allumé à partir de l'E.O.S. Les trois compartiments techniques sont séparés par des cloisons étanches.

Le pont principal est dominé par le grand rouf, contenant, en commençant par l'avant, les quartiers des commandants (avec la salle de contrôle des canons en travers du navire), les quartiers des JO (3 hommes) et la cabine des 4 hommes du CPO. Les huit hommes partagent deux têtes complètes avec douches. Le passage longeant le rouf s'ouvre sur les espaces du pont principal en dessous.

Un équipage de bombardier se sentirait chez lui dans la timonerie au niveau 01. Le système de contrôle est assez simple et l'officier de pont est capable de contrôler le navire directement au moyen des manettes et de la barre de la console de contrôle : toutes les commandes de propulsion sont dupliquées dans l'E.O.S. au dessous de. Les instruments de navigation au service des veilleurs comprennent un scanner radar Raytheon Pathfinder, un sondeur et un ensemble LORAN. Les communications instantanées sont maintenues depuis le poste de pilotage dans tout le navire via deux unités d'interphone ainsi que diverses alarmes.

Un quart normal se compose de quatre hommes : l'OOD, un officier marinier, le timonier et un guetteur.

Le Centre d'information de combat (CIC), situé juste à l'arrière de la timonerie, est l'ancienne maison des cartes, rebaptisée pour refléter sa fonction d'une sorte de poste de commandement informatique. Les ensembles radar, radio et LORAN primaires, reflétés dans la timonerie, sont situés dans le CIC, où les informations provenant des différentes sources sont évaluées et les plans d'action alternatifs pesés.

Le tablier du pont ouvert, au niveau 02, contient le directeur de contrôle de tir, le système de contrôle de tir Mk 63.

Comme le système particulier adopté a été critiqué ainsi que le choix de l'armement complet, il serait bon d'examiner ces éléments à la lumière de la situation en 1961-62 lorsque la conception du PG a été développée, et des événements ultérieurs.

Au cours de l'été 1961, le renseignement naval américain a eu vent des missiles soviétiques Osa et Komar armés du missile navire-navire Styx. Ces bateaux étaient considérés comme des unités de première ligne pour la défense côtière des ports russes et n'étaient pas susceptibles d'être fournis aux États clients avant quelques années. Même à l'automne 1964, les patrouilleurs de la marine nord-vietnamienne lors de l'incident du golfe du Tonkin n'étaient armés que d'armes automatiques légères et de torpilles. En fait, des bateaux Komar avec des tubes de lancement jumeaux Styx étaient fournis à Cuba dès 1962, mais nous avions peu de connaissances sur l'efficacité du système de missiles anti-navires Styx et nous n'avions pas d'arme de contre. Les sous-marins étaient susceptibles d'être interceptés plus au large, voire pas du tout, et étaient le domaine des frégates et des types DE conçus à l'origine pour les combattre. Aucun des antagonistes potentiels des feux de brousse n'a maintenu de sous-flottilles. Ainsi, la première conception spécifiquement désignée de la guerre côtière de la Marine était une canonnière anti-barge, pure et simple.

Le canon naval le plus lourd compatible avec le déplacement léger du PG’s était le vénérable fusil à obus 3 pouces/50 vintage de 1936 dans un seul support. Cette arme a été modifiée pendant la Seconde Guerre mondiale pour lancer ses obus de 13 livres au rythme d'environ 50 à la minute.

Le 3 pouces/50 a été conçu comme une batterie antiaérienne puissante pour les cuirassés et les croiseurs en tant que tels, il était monté en tandem dans des cuves à canon ouvertes. Les navires de guerre mineurs, les PC, les PCE et les DE, ont expédié le 3 pouces/50 comme armement principal, manipulé en contrôle local par une visée visuelle directe montée sur l'arme.

Pour l'emploi de la batterie dans le rôle de la flak, les plus gros navires ont été équipés du système de contrôle de tir Mk 63 au cours des deux dernières années de la guerre. Ce complexe de défense aérienne a épousé un directeur optique à distance (le Mk65) avec un petit radar parabolique de portée intermédiaire monté sur le canon (le An-SPG-50). il est capable de détecter, d'acquérir, de suivre et d'engager des cibles aériennes ou de surface désignées en entraînant et en élevant automatiquement le canon et en initiant le tir. L'électronique informatique analogique synthétise la portée de base et les données de relèvement.

Le système utilise également un viseur de pointe adapté au rythme des engins d'attaque à hélice volant à basse altitude. La capacité de cible de surface Mk 63s est un peu moins efficace. Au milieu des années 1960, le Pentagone a adopté un nouveau système de contrôle des tirs de conception néerlandaise, le Hollandse-Signaal M22, et l'a réservé à l'utilisation du PG. Le système néerlandais, désigné Mk 87 en service aux États-Unis, utilisait une électronique informatique avancée capable d'absorber et d'analyser une large gamme de données telles que le relèvement relatif, la stabilité de la plate-forme, la météo et l'état de la mer, et combinait le radar de navigation et le composant de contrôle de tir en un seul unité.

Le système a pratiquement escroqué le navire et actionné l'armement lors d'un engagement. Il s'est aussi bien comporté contre des cibles aériennes, maritimes ou terrestres. Les navires équipés de ce système peuvent être facilement détectés par le boîtier radar en forme d'œuf au-dessus du pont.

La plupart des marines de l'OTAN ont adopté le système de conduite de tir et de navigation Hollandse. Cependant, le rythme accéléré des événements en Asie du Sud-Est a exigé le déploiement immédiat de patrouilleurs anti-infiltration et le secrétaire McNamara a estimé que le programme PG serait indûment retardé par l'installation du réseau Mk 67 à ce moment-là, bien qu'il ait reconnu sa supériorité sur son homologue américain. . Deux navires, Antelope (PG-86) et Ready (PG-87) avaient déjà été équipés du nouveau système lorsque la décision de revenir au MKG 3 a été prise en 1968 et ces engins restent et les deux seules unités ainsi équipées à ce jour .

Le 3 pouces/50 est monté sur le pont avant enfermé dans un pare-brise en plastique renforcé de fibre de verre profilé (pour garder le mécanisme de culasse et le directeur de radar au sec) comme introduit sur les conversions de piquet radar de classe Edsall (DER) pendant la milieu des années 50.

Le canon automatique Bofors 40mm L60 est également lié au Mk 63 GFCS, monté seul et ouvert sur le fantail. Cette arme est un autre vétéran de la Seconde Guerre mondiale, connu pour ses barrages aériens contre les attaques kamikazes japonaises à la fin de la guerre. Il a ensuite été monté en tandem ou en quads, la version solo a récemment été rencontrée comme armement principal sur des patrouilleurs dans tout le bloc de l'OTAN, dans une configuration L71 légèrement modernisée. Cette arme, comme l'avant 3 pouces/50, peut être tirée en mode directeur ou en contrôle local.

Les cinquante MG jumeaux sur les ailes de pont au milieu du navire complètent l'armement fixe. Une puissance de feu supplémentaire contre les embuscades est disponible dans le sac mixte d'armes légères à main de PG, notamment des M-16, des mitrailleuses légères M-60, quelques lance-grenades de 40 mm et des calibres .45. pistolets.

La publicité de la Marine sur les PG présente les navires comme des croiseurs côtiers et océaniques, et il est vrai que la taille et la forme de la coque à cale ronde offrent plus de stabilité en mer que les embarcations dérivées du PT à fond en V. Le pont a une netteté considérable vers l'avant, ce qui, associé à l'articulation de la proue évasée, aide à éviter une humidité excessive sur le pont avant. Environ 1/3 à l'arrière de la fusée s'enfonce dans la coque à mesure que l'évasement diminue et que l'arrière de la coque est fermement tourné au niveau de la cale. Cette section transversale a tendance à rendre une embarcation planante plus navigable qu'une embarcation à bouchain dur et à fond en V.

Pourtant, les longues houles au-delà du plateau continental ne trouvent aucun défi à lancer 250 tonnes et le marin de la canonnière doit avoir une résistance de plaisancier au mal de mer. Un vétéran du transporteur a récemment été invité à bord du Welch (PG-93) et a trouvé la situation un peu difficile jusqu'à ce qu'il retrouve le pied marin. Bien entendu, la capacité en mer d'un PG dépend en grande partie de la capacité des équipages à le prendre. Tous les PG transitent occasionnellement sur de vastes étendues de haute mer pour se déplacer vers des installations de réparation et de révision ou lors de transferts vers de nouvelles commandes, tandis que des patrouilleurs de moindre importance doivent être hissés à bord de cargos pour de longs trajets.

Deux navires, Surprise et Defiance, ont bravé les rigueurs de l'Atlantique Nord en novembre en route vers la Méditerranée : bien qu'un peu humides de la traversée, l'équipage aurait été intrépide. Les techniques de ravitaillement et de ravitaillement en cours ont été simplifiées et améliorées dans la mesure où le rayon de croisière des petits navires n'est plus le facteur critique qu'il était au début de la Seconde Guerre mondiale, bien que la vitesse et l'efficacité des transits et des longues patrouilles soient affectées par les UNREPS fréquents et ces ne sont pas souvent réalisables par gros temps.

La Marine a récemment hésité à publier des données sur le rayon de croisière du PG. Cependant, les chiffres antérieurs des annuaires Janes et Weyers vers 1964-1967 donnent 325 milles marins à 35 nœuds et 1 700 milles marins à 16 nœuds. Les deux chiffres sont à puissance maximale ou presque, pour les centrales à turbine et diesel respectivement. On suppose qu'à des vitesses de croisière d'endurance optimales (10-12 nœuds ?), la portée pourrait doubler le rayon à 16 nœuds.

Les normes d'habitabilité confortables ont été jugées adéquates pour les patrouilles prolongées de plusieurs semaines ou plus, bien que les navires restent rarement en mer plus de deux semaines d'affilée.

Même les petits chasseurs de 110 pieds (SC) de la Première Guerre mondiale étaient en cours pendant des périodes de deux semaines tandis que la patrouille de sous-chasse habituelle des PC de 173 pieds durait huit semaines et ils souffraient de surpeuplement et disposaient de commodités minimales s'ils étaient pressés, et dotés d'auxiliaires adéquats. soutien, le PG devrait être capable de patrouilles de 2 mois. Le PT de la Seconde Guerre mondiale pouvait transporter des provisions pendant 5 jours, bien qu'après deux ou trois jours de secousses et de pilonnages, les 14 membres d'équipage détrempés aient passé la majeure partie de leur combat contre la mer.

L'endurance et la navigabilité relativement élevées du PG, ainsi que la vitesse, la maniabilité et le faible tirant d'eau nécessaires à la poursuite des coureurs de blocus en ont fait un atout précieux dans le blocus anti-infiltration de Market Time le long de la côte sud-vietnamienne de 1 000 milles.

Des similitudes valables ont été établies entre le blocus de l'Union des côtes et des voies navigables confédérées et la mission de la Marine au Vietnam. Notre littoral de l'Atlantique Sud et la côte du golfe sont similaires au littoral vietnamien, parsemé de récifs et d'îles, parsemé d'estuaires et de criques et en proie à des changements rapides de courant et de marée. Des techniques et des stratégies ont été empruntées au conflit antérieur.

Les premières unités dépêchées sur les lieux étaient des navires des garde-côtes : de grands cotres (WHEC et WMEC) et des patrouilleurs de 82 pieds placés sous contrôle opérationnel de la Marine. Les garde-côtes étaient rompus à ce type de travaux, notamment pendant la guerre du rhum de l'époque de la prohibition et disposaient de navires plus adaptés que ceux fournis par la marine.

Ce dernier service se retrouve une fois de plus pris de court face à une guerre des franges boueuses et, comme dans la campagne du Pacifique, s'improvise avec des reconversions de navires et engins de mines, anti-sous-marins, d'assaut amphibie et d'attaque torpille. Aucun n'était entièrement satisfaisant.

Les piliers des opérations étaient les patrouilleurs à faible endurance de la classe Point de 82 pieds de la Garde côtière. Ces bateaux pouvaient faire 20 nœuds, un peu lents pour réviser des sampans de 12 à 15 nœuds à moins d'un mille du rivage et de la couverture, et pouvaient rester à quai pendant quatre jours. Lorsque les premiers PG, Asheville (PG-84) et Gallup (PG-85), ont atteint le Vietnam en mai 1967, ils ont pris leur place dans la barrière offshore (3-15 milles) de la Task Force 115, la Coastal Surveillance Force. Les deux navires étaient des ajouts bienvenus aux forces de Market Time car ils étaient utiles à la fois dans les barrières offshore et côtières et leur vitesse de 40 nœuds leur a donné la hâte de se fermer rapidement avec tout navire de contrebande rencontré.

En moins d'une semaine, cependant, des problèmes de jeunesse ont affligé les sœurs et elles ont dû réduire leurs activités de patrouille. Les problèmes survenus dans les hélices à pas de fourgon, la boîte de vitesses, la transmission de la turbine et les installations de réparation des systèmes électroniques à Cam Ranh n'ont pas pu gérer les problèmes car ils manquaient des pièces de rechange, des outils et du matériel d'étalonnage nécessaires et les navires ont dû se rendre à Subic. Bay, Philippines ou Yokosuka, Japon pour les réparations.

On espérait au début que les nouvelles canonnières pourraient gérer la plupart de leurs propres problèmes de maintenance, mais il était évident que les embarcations à réaction étaient aussi capricieuses que leurs homologues aéroportées et ne pourraient pas survivre longtemps loin des installations de base spécialisées adaptées à leurs besoins. Cela pouvait être résolu en amenant les techniciens, les outils et les pièces de rechange à Cam Ranh, mais en attendant, les PG devaient être retirés de la ligne pour des transits prolongés chaque fois qu'un bogue se développait.

La formation des équipages était un autre problème. Il semblait que peu de membres d'équipage avaient reçu une formation approfondie sur les techniques de la canonnière. En septembre 1967, cette lacune a été corrigée en formant chaque marin PG à gérer une variété de tâches, un concept qui a fait ses preuves en décembre lorsque le chef mécanicien de Gallup a dû être hospitalisé et qu'il a été soulagé par le premier navire. électricien de classe.

Au fur et à mesure que les PG ont continué à augmenter la ligne de barrière tout au long de 1968-1971, atteignant un total éventuel de dix navires à différentes périodes, le concept de formation croisée a été développé et amélioré. L'interchangeabilité des tâches a favorisé une atmosphère de club à bord et minimisé les rivalités professionnelles. As a result, PG crews are considered a special breed and are hand-picked based on temperament as well as professional qualifications.

The ships themselves continued to break down, chiefly due to difficulties with the tricky clutching system, until in-country based technology could deal with most of the problems and commencing with Tacoma (PG-92), the entire transmission system was redesigned resulting effectively in a new class.

Externally, the only difference from prior numbers in the series is the repositioning of the turbine intake from directly aft of the ClC to the forward surface of the turbine stack.

The PGs primary mission on Market Time duty, the stop and search routine, was generally tedious and uneventful. A South Vietnamese liaison petty officer was embarked to identify suspect cargo junks or fishing craft from among the thousands passing any particular point daily. The boarding and search procedures were time consuming and arduous, fraught with the possibility of an ambush or booby trap awaiting the boarding party.

The PGs carried a 14-foot skimmer which could be used to ferry an inspection team to the subject. Two 15-man rafts were also stowed on the 01 weather deck. During a typical patrol in July 1969, Gallup (PG-84) investigated approximately 30 contacts daily without incident.

Most of the coastal traffic acceded to the search and were rewarded with cigarettes and First Aid supplies for their trouble. It was the rare junk or sampan that attempted to evade when nailed. These few ‘who tried to break were usually cornered or intimidated by the chase and typically had the most innocuous motives for the attempt: such as the junk which Gallup overtook in July, 1969 which yielded nothing more than a man without an l.D. carte.

PGs sometimes held a suspect boat under its guns while the ubiquitous little swift 50-foot PCFs (Fast Patrol Craft) made the actual contact closer inshore. Several were beached in evasion attempts and taken under fire.

Prior to the PGs arrival, the offshore barrier was manned by MSOs (ocean Minesweepers), LSTs (Tank Landing Ships) and the Coast Guard’s large high endurance cutters. The LSTs provided support facilities for the smaller craft on the inshore barrier, the swifts and CG patrol boats.

The modern 3,000-ton Hamilton-class CG cutters were suited for extended shadowing of seagoing trawlers spotted departing Tonkin Gulf by patrol aircraft and, also equipped with a CODAG power package, could close rapidly. A 20-foot draft kept them well out from shore. The 7 DERs over 30-years old, relatively slow and projecting 14 feet beneath the surface were replaced by the PGs which employed the same 3-inch firepower on a 40-knot platform capable of more intimate contact with the inshore elements, an effective liaison between the two barrier lines.

The Market Time interdiction role was rather strategically oriented, effective on account of the VC supply ships kept bottled up above the DMZ rather than by virtue of the handful of men and munitions actually bagged.

The more hectic and tangible PG job was the Naval Gunfire Support Mission. Destroyers and cruisers far offshore ranged eight, six and five-inch shells far inland (up to 15 miles) to knock out fortified positions holding up a troop advance or smother areas of observed large enemy troop concentrations. The PGs came closer inshore on rescue missions called by trapped patrols or to back up amphibious raiding parties on a sweep, be they SEALS, Marines or Army "Black Ponies."

The 3-inch shell is negligible against almost any kind of ground cover, not to mention fortified bunkers, but it can raise hell with troops on the move and keep their heads down.

The majority of NGFS missions have been of the "harassment and interdiction" (H&l) type, that is un-spotted blind fire on suspected VC escape or supply routes simply to keep the pressure on. Or there is the "call fire" mission to back up a small unit sweep. such as when Crockett (PG-88) took out VC positions at the direction of a SEAL team inserted into hostile territory while anchored in extremely shallow water.

Small troop insertions were actually carried out by the swift boats, capable of navigating waist-high water, while a PG might stand by to suppress enemy gunfire. The Ashevilles also participated to a limited extent in river operations, several utilizing SeaFloat, the floating base at the confluence of the Cua Lon River and the Cai Nhap Canal, cutting through the southern tip of Vietnam.

It was during one of these river patrols, on the morning of August 11, 1970 that the Canon (PG-90) was ambushed by eight B-40 41 rockets and automatic weapons fire as she entered the Song Bo De about 15 miles east of SeaFloat. The ship took five direct hits in the starboard side and another three in the port side as well as numerous automatic weapons hits. Twelve crew members including the captain and the weapons and engineering officer were wounded, yet Canon was able to return heavy suppression fire as Seawolves (helicopter gunships) and two PCFs rushed to the area. The PG limped back to SeaFloat where the wounded were medevaced and treated.

The most common form of ambush on these SeaFloat-based riverine patrols were the V.C. swimmer-sapper teams, frogmen, which attempted to clamp explosive charges to the ship’s bottom. When PGs reached suspected areas of sapper operations. they lowered the 14-foot skimmer which provided a roving patrol to cover the ship’s flanks against these attacks, sometimes pumping a few volleys from the grenade launchers to surface any submerged guerrillas.

Further out towards blue water, the participation of Tacoma (PG-92) in the destruction of a North Vietnamese arms trawler on the night of November 21, 1970, illustrates the PG in an offshore interdiction operation. A Market Time patrol aircraft spotted the trawler about 65 miles out to sea headed for the coast on November 17 USCGC Rush (WHEC723) and Tacoma were summoned to the scene, the Tacoma arriving first which covertly shadowed the enemy trawler by radar contact at 7-8 miles throughout the night until relieved by Rush the next day. Rush stayed with the trawler for the next 3 days and when she tried to run for the coast, challenged it by flashing light as it entered the 12 mile limit. By this time, Tacoma had returned to the scene accompanied by an MSO, Endurance, and another high endurance cutter, Sherman.

The trawler responded to the challenging signal by turning on her navigating lights and attempting to evade. At this point, Endurance fired warning shots across the blockade runner’s bow, followed by direct fire when she failed to heave to. The trawler returned fire with 75mm recoilless rifles and small arms, landing one 75mm round rather harmlessly on the MSOs fantail. This signaled a hail of 3", 5", 20mm, and 50 cal. projectiles from Rush, Sherman and Tacoma, all scoring hits. The trawler self-destructed shortly thereafter, the 10th and last trawler interception by Market Time forces.

The PG’s seagoing capabilities were tested in a series of experimental missions. In one of the earliest of these trials, USS Beacon (PG-99) in August, 1970 proceeded to "Yankee Station." the Attack Carriers’ staging area in Tonkin Gulf for bomb runs over North Vietnam, where she served as plane guard vessel for USS Kitty Hawk (CVA-63). replacing a destroyer in that role during which patrol she refueled several times from the CVA.

During June and July of 1972 Naval aircraft mined Haiphong Harbor. It was decided to dispatch warships to the area to warn off approaching merchant shipping. This was a unique opportunity to evaluate gunboat performance on sustained at-sea operations under combat conditions. Welch and Crockett participated in this operation, named Notification Line, accompanied by one or two Claude Jones-class DEs. Average time on station was 7 days at a stretch over a 4-week period.

On two occasions during this mission, Welch intercepted a Soviet intelligence collection ship and warned it away from Haiphong. This type of mission is reminiscent of the gunboat’s flag-showing bravado in the days of Teddy Roosevelt’s "big stick." Beacon also provided open ocean convoy escort.

In November of 1970, Defiance (PG-95) and Surprise (PG-97) were sent to the Mediterranean to join the Sixth Fleet in special operations to shadow Soviet missile craft which were, in turn, shadowing our own fleet movements. The rough North Atlantic passage, already noted, took two weeks, accompanied by four amphibious ships which provided fuel and provisions en route. The PGs successfully tailed the Soviet warships in the Mediterranean for two weeks but one wonders what they would have fought them with had the Russians challenged.

An LST, Graham County, now designated as Gunboat Tender (AGP) arrived n Naples in September, 1972 to serve as mothership providing forward support for Defiance and Surprise, as well as USS Antelope (PG-86) and USS Ready PG-87) which also arrived that month after an Atlantic transit.

PGs have also shown themselves to be effective Search and Rescue vessels whether it be to scoop downed pilots out of the Tonkin Gulf or to rescue crewmen on foundering vessels far out at sea.

The Patrol Gunboat, despite its "interim" status and employment of obsolescent armament and fire control, has proven itself equal to all tasks, whether on the high seas or at the surf’s edge. It has replaced the destroyer in several work-a-day functions with the fleet as well as projected effective firepower inshore to support small unit amphibious actions.

Though four ships to date. Antelope, Ready, Grand Rapids and Douglas, have been equipped with standard surface-to-air missiles modified for anti-ship orientation (like the PG, an interim development), this is but a temporary expedient until the Delphinus-class Hydrofoil Missile boats (PHM) start coming off the stocks in 1975, the PGs successor. Though slated for functional displacement, the gunboats are still very much with the Navy. Three have been transferred to foreign military assistance recipients: Benicia (PG-96) to South Korea and Surprise and Defiance to Turkey.

It would be interesting to learn whether the little ships took part in the Turks’ successful amphibious invasion of Cyprus in August 1974.

There are 14 gunboats remaining on the fleet list. Seven originally operating out of Guam, primarily on Trust-territory patrol since our disengagement in Vietnam, have returned to the States and the only ships remaining overseas are home-ported in Naples. Naval bases operating PGs in the U.S. include San Diego, Little Creek, Va. and Chicago.

The Ashevilles marked a return of U.S. Naval thinking to the "minor combatant," a concept barely grasped during the PTs all-gun conversion at the end of the Second World War and quickly immersed in the wash of the Naval counterforce.

With the gunboat’s revival, albeit as a "mini-destroyer," we have re-discovered a lost American Naval tradition. In 1775, searching for a means to interdict the Redcoats’ seaborne supply during their siege of Boston, George Washington commissioned 6 little 50-ton Marblehead schooners, sharp-lined, maneuverable, fast and capable of ranging across the ocean or luring pursuing men-o’-war onto un-charted shoals. This coastal interception flotilla was our first fleet—the ships were the functional counterparts to today’s patrol gunboat. Whether they mount launcher tubes or guns, cleave the waves or ski above them, the gunboat has returned to stay.


Today in Asheville history, Aug. 6

On Aug. 6, 1966, the USS Asheville (PGM-84), was commissioned in Tacoma, Washington, and came under the command of Lt. Henry Dale of the United States Navy. One hundred and 65-feet long and powered by a jet gas turbine and twin diesel engines, the aluminum-hulled USS Asheville was capable of 38 knots and carried a complement of 38 men. The ship became the prototype of a series of 17 high-speed patrol gunboats called “Asheville-class gunboats.”

Inspired by weapons used by the ancient Mycenaean civilization of Greece, the ship’s seal depicted a double bitted axe titled the “Sword of Cannasus” — referred to as “a devastating weapon of war in a very small package,” like the ship itself. After service in missions during the Vietnam War, where it acquired 14 battle stars, the USS Asheville was decommissioned in 1977. It was then transferred to the Massachusetts Maritime Academy and used to train cadets.


Explore More

About gold

Gold, has always been considered one of the most precious and lustrous of metals and has held its allure since its early days.

About PGMs

Les platinum group metals, or PGMs, consist of platinum, palladium, rhodium, iridium, ruthenium and osmium


Explore More

US PGM operations

At Stillwater and East Boulder in Montana, we mine the J-M Reef, the highest grade PGM deposit known in the world.

SA PGM operations

Our South African operations mine from both the UG2 and the Merensky reefs of the Bushveld complex.

PGM recycling

Our Columbus Metallurgical Complex is one of the world’s largest recyclers of PGMs derived from spent catalytic converters.


Asheville-PGM-84 - History

Experimental Data Snapshot

  • Method: X-RAY DIFFRACTION
  • Resolution: 2.30 Å
  • R-Value Free: 0.286 
  • R-Value Work: 0.192 
  • R-Value Observed: 0.192 

wwPDB Validation   3D Report Full Report

The 2.3 A X-ray crystal structure of S. cerevisiae phosphoglycerate mutase.

(1998) J Mol Biol 276: 449-459

  • PubMed: 9512715  Search on PubMed
  • DOI: 10.1006/jmbi.1997.1554
  • Primary Citation of Related Structures:  
    4PGM
  • PubMed Abstract: 

The high resolution crystal structure of Saccharomyces cerevisiae phosphoglycerate mutase has been determined. This structure shows important differences from the lower resolution structure deposited in 1982. The crystal used to determine the new structure was of a different form, having spacegroup P2(1) .

The high resolution crystal structure of Saccharomyces cerevisiae phosphoglycerate mutase has been determined. This structure shows important differences from the lower resolution structure deposited in 1982. The crystal used to determine the new structure was of a different form, having spacegroup P2(1). The model was refined to a crystallographic R-factor of 18.9% and a free R-factor of 28.4% using all data between 25 and 2.3 A and employing a bulk solvent correction. The enzyme is a tetramer of identical, 246 amino acid subunits, whose structure is revealed to be a dimer of dimers, with four independent active sites located well away from the subunit contacts. Each subunit contains two domains, the larger with a typical nucleotide binding fold, although phosphoglycerate mutase has no physiological requirement to bind nucleotides. The catalytic-site histidine residues are no longer in a "clapping-hands" conformation, but more resemble the conformation seen in the distantly related enzymes prostatic acid phosphatase and fructose-2,6-bisphosphatase. However, the catalytic histidine residues in the mutase are found to be much closer to each other than in the phosphatase structures, perhaps due to the absence of bound ligands in the mutase crystal. An intricate web of H-bonds is found around the catalytic histidine residues, high-lighting residues probably important for maintaining their correct orientation and charge. The positions of certain other residues, including some found near the catalytic site and some lining the catalytic-site cleft, have been changed by the correction of registration errors between sequence and electron density in the original structure. Electron density was apparent for a portion of the functionally important C-terminal tail, which was absent from the earlier structure, showing it to adopt a mainly helical conformation.

  • Structure and Activity of Phosphoglycerate Mutase
    Winn, S.I., Watson, H.C., Harkins, R.N., Fothergill, L.A.
    (1981) Philos Trans R Soc London,ser B 293: 121
  • Structure of Yeast Phosphoglycerate Mutase
    Campbell, J.W., Watson, H.C., Hodgson, G.I.
    (1974) Nature 250: 301

Department of Biochemistry and Molecular Biology, University of Leeds, UK.


Topics similar to or like Birthright citizenship in the United States

Landmark decision of the U.S. Supreme Court which held that "a child born in the United States, of parents of Chinese descent, who, at the time of his birth, are subjects of the Emperor of China, but have a permanent domicil and residence in the United States, and are there carrying on business, and are not employed in any diplomatic or official capacity under the Emperor of China", automatically became a U.S. citizen at birth. Important precedent in its interpretation of the Citizenship Clause of the Fourteenth Amendment to the Constitution. Wikipédia

Status that entails specific rights, duties and benefits in the United States. It serves as a foundation of fundamental rights derived from and protected by the Constitution and laws of the United States, such as freedom of expression, due process, the rights to vote, to live and work in the United States, and to receive federal assistance. Wikipédia

United States nationality law details the conditions in which a person holds United States nationality. Individuals born in any of the 50 U.S. states or almost any territory are natural-born United States citizens. Wikipédia

Legal act or process by which a non-citizen of a country may acquire citizenship or nationality of that country. Application or a motion and approval by legal authorities. Wikipédia

Landmark decision of the US Supreme Court ruling that citizens of the United States may not be deprived of their citizenship involuntarily. Israeli election after becoming a naturalized U.S. citizen. Wikipédia

Landmark court decisions in the United States substantially change the interpretation of existing law. Such a decision may settle the law in more than one way: Wikipedia

The visa policy of the United States consists of the requirements for foreign nationals to travel to, enter, and remain in United States. Visitors to the United States must obtain a visa from one of the U.S. diplomatic missions unless they come from one of the visa-exempt or Visa Waiver Program countries. Wikipédia

Unincorporated territory of the United States located in the South Pacific Ocean, southeast of (the independent nation of) Samoa. Centered on -14.3°N, -170.7°W. Wikipédia

First sentence of the Fourteenth Amendment to the United States Constitution, which was adopted on July 9, 1868, which states: This clause reversed a portion of the Dred Scott v. Sandford decision, which had declared that African Americans were not and could not become citizens of the United States or enjoy any of the privileges and immunities of citizenship. Wikipédia

Regulated by the Citizenship Act (R.S.C., 1985, c. C-29) since 1977. Eligible to be, a citizen of Canada. Wikipédia

Term used to refer to a child born to a non-citizen mother in a country that has birthright citizenship which will therefore help the mother and other family members gain legal residency. Generally used as a derogatory reference to the supposed role of the child, who automatically qualifies as an American citizen under jus soli and the rights guaranteed in the 14th Amendment. Wikipédia

Status of a person recognized under the law of a country of belonging to thereof. Membership to a sovereign state . Wikipédia

The issue of voting rights in the United States, specifically the enfranchisement and disenfranchisement of different groups, has been contested throughout United States history. Established both through the United States Constitution and by state law. Wikipédia

Legal status in which a person is concurrently regarded as a national or citizen of more than one country under the laws of those countries. Focused on the internal political life of the country and nationality is a matter of international dealings. Wikipédia

History of laws concerning immigration and naturalization in the United States. Distinct from naturalization. Wikipédia

Process of migrating into the United States in violation of federal immigration laws. This can include foreign nationals who have entered the United States illegally, as well as those who entered legally but then remained after the expiration of their entry visa or parole documents. Wikipédia

Law of a sovereign state, and of each of its jurisdictions, that defines the rights and obligations of citizenship within the jurisdiction as well as he manner in which citizenship is acquired and how it may be lost. In a country in which they are not a citizen of is generally regarded by that country as a foreigner, or alien. Wikipédia

Adopted on July 9, 1868, as one of the Reconstruction Amendments. Proposed in response to issues related to former slaves following the American Civil War. Wikipédia

Act of the United States Congress that granted US citizenship to the indigenous peoples of the United States, called "Indians" in the Act. While the Fourteenth Amendment to the United States Constitution defines as citizens any persons born in the United States and subject to its jurisdiction, the amendment had previously been interpreted by the courts to not apply to Native peoples. Wikipédia

Israeli citizenship law (חוק האזרחות הישראלית) regulates who are and can become citizens of Israel. The law rests on two statutes: the Law of Return enacted in 1950, allowing every Jew to immigrate to Israel, and the Citizenship Act of 1952, which defines how Israeli nationality could be acquired and lost. Wikipédia

Deportation of Cambodian refugees from the United States refers to the refoulment (or involuntary removal) of Cambodian-Americans convicted of a common crime in the United States. The overwhelming majority of these individuals in removal proceedings were admitted to the United States in the 1980s with their refugee family members after escaping from the Cambodian genocide, and have continuously spent decades in the United States as legal immigrants (potential U.S. nationals). Wikipédia

United States labor law sets the rights and duties for employees, labor unions, and employers in the United States. To remedy the "inequality of bargaining power" between employees and employers, especially employers "organized in the corporate or other forms of ownership association". Wikipédia

Law of Italy governing the acquisition, transmission and loss of Italian citizenship. Largely based on jus sanguinis. Wikipédia

Unincorporated territory is an area controlled by the U.S. federal government that is not "incorporated" for the purposes of United States constitutional law. In unincorporated territories, the U.S. Constitution applies only partially. Wikipédia

Group of presidential electors required by the Constitution to form every four years for the sole purpose of electing the president and vice president. Each state appoints electors according to its legislature, equal in number to its congressional delegation (senators and representatives). Wikipédia

Indirect election in which citizens of the United States who are registered to vote in one of the fifty U.S. states or in Washington, D.C., cast ballots not directly for those offices, but instead for members of the Electoral College. These electors then cast direct votes, known as electoral votes, for president, and for vice president. Wikipédia

[[File:Medical cannabis + CBD United States map 2.svg|thumb|right|365 px|alt=Map of medical cannabis laws in the US|Legality of medical cannabis in the United States Note: Includes laws which have not yet gone into effect. Wikipédia

Complex topic because the United States of America has a racially and ethnically diverse population. At the federal level, race and ethnicity have been categorized separately. Wikipédia

Deportation of Afghan refugees from the United States refers to the refoulment of Afghan refugees with no criminal conviction and the involuntary removal of Afghan-Americans who have been convicted of a common crime in the United States. Some of these individuals in removal proceedings were admitted to the United States in the 1980s with their refugee family members after escaping from genocide and persecution, and have continuously spent decades as legal immigrants (potential U.S. nationals). Wikipédia

One of the eligibility requirements established in the United States Constitution for holding the office of president or vice president. Intended to protect the nation from foreign influence. Wikipédia


Sécurité sociale

Social Security is part of the retirement plan for almost every American worker. It provides replacement income for qualified retirees and their families. This section of our website helps you better understand the program, the application process, and the online tools and resources available to you.

Ready To Retire?

Our online application makes it easy to apply for benefits.

Apprendre

Plan for your future and understand how Social Security fits into your retirement.

Appliquer

Ready to apply? Get everything you need to know about the process and start your application.

Manage

Already receiving retirement benefits? Go here for resources to maximize your retirement.

Retirement Online Services

My Social Security Retirement Estimate Get personalized retirement benefit estimates based on your actual earnings history.

Apply For Retirement Benefits Our online retirement application lets you apply for retirement in as little as 15 minutes.

Return To A Saved Application Already started an application? Pick up where you left off.

Check Your Application Status Confirm that we received your application, see if we’ve made a decision, and more.

Calculators Section We have a variety of calculators to help you plan for the future or estimate your needs now, with or without creating an online account.

A free account lets you review your earnings history, get personalized estimates of future benefits, and manage your benefits once they begin.

Our blog — Social Security Matters — is the place to find in-depth articles and insights into our programs, online services, current events, and human-interest stories

Learn more about what we are doing to help prevent fraud and understand what steps you can take to help minimize your own risk.


USS George C. Marshall (SSBN-654)

USS George C. Marshall, a Benjamin Franklin -class ballistic missile submarine, was the only ship of the United States Navy to be named for General of the Army George C. Marshall, who served as U.S. Secretary of State from 1947 to 1949 and as U.S. Secretary of Defense from 1950 to 1951.

1. Construction and commissioning. (Строительство и ввод в эксплуатацию)
The contract to build the George C. Marshall was awarded to Newport news shipbuilding and dry dock company in Newport news, Virginia, on 29 July 1963 and her keel was laid on 2 March 1964. She was launched 21 may 1965, organized by Mrs. George C. Marshall. At the launch, former U.S. Secretary of state Dean Acheson 1893-1971 eloquently described the George C. Marshall strategic deterrent role in the cold war as follows: ". waves are set up on this launch will go to the furthest reaches of our foreign relations. The very existence of this ship, her power, her mission, her orders, her competence to perform them, will affect more calculations, more solutions than we can imagine. Far beyond the Pentagon, the state Department and the White house, it will add a new factor a new magnitude, the balance of forces by which the Communists determine their decisions."
George C. Marshall was commissioned 29 April 1966, with commander Warren Richardson Cobean, Jr. in command of the blue crew and commander Willard Edward Johnson in command of the Gold crew.

2. Historique d'entretien. (История обслуживания) History needed for 1966-1981.
Overhaul 1971-1973. (Капитальный ремонт 1971-1973)
November 1975 visited Faslane Submarine Base in Scotland.
April 1973 successfully performed DASO ballistic missile launch.
Moved to Naval Submarine Base Kings Bay, GA for one patrol and test fired ballistic missiles prior to entering shipyard for overhaul.
Late in 1970s "George C. Marshall" was caught in a fishing trawler net during a transit from Holy Loch, Scotland, leaving a scar on her sail from the wire.
In late 1979 "George C. Marshall" went through an extensive overhaul in the floating dry dock USS Los Alamos AFDB-7 in Holy Loch, Scotland.
Moved to Naval Weapons Station Charleston, SC to unload weapons prior to entering overhaul at Newport News Shipyard.
Operated out of Rota Naval Station, Rota, Spain mid-1970s.
Conducted midshipman ops out of Naval Submarine Base New London, CT.
Leaving Holy Loch, Scotland, "George C. Marshall" made a port call in Weymouth, England for 2 days.
During the repair at Newport news shipbuilding, which lasted from 1981 to 1984, George C. Marshall underwent modifications, including the elimination of its MK 45 Astor and reviews 4FZ alarm and her Mark 14 torpedo and mark 37 torpedo capabilities and the installation of a mobile submarine simulator moss lure potential on the pipes 3 and 4.
In July 1986 "to them. The George C. Marshall" made a port call in Naples, Italy for 4 days.
History needed for 1984-1992.
George C. Marshall conducted 78 patrols of strategic deterrence during her career and was one of the last units to leave Holy Loch, Scotland, after the closure of this base in 1992. She spent her last flight from San Diego, California, in 1992 on the way to Bremerton, Washington, for removal.

3. Decommissioning and disposal. (Списание и утилизация)
George C. Marshall was decommissioned on 24 September 1992 and stricken from the naval vessel register the same day. Her scrapping via the nuclear ship and submarine recycling program in Bremerton was completed on 28 February 1994.

  • starting with USS George C Marshall SSBN - 654 The primary difference was that they were built under the new SUBSAFE rules after the loss of the USS Thresher
  • USS George Bancroft SSBN - 643 USS George Burton 1919 USS George C Henry ID - 1560 USS George C Marshall SSBN - 654 USS George Chaffey YAG - 48 USS George
  • Kamehameha SSBN - 642 SSN - 642 Navsource Online. Archived from the original on 2015 - 08 - 12. Retrieved 2015 - 08 - 03. James K. Polk SSBN - 645 SSN - 645
  • almost certainly incomplete. Note for ships marked with refit: Sam Rayburn SSBN - 635 was converted into a training platform Moored Training Ship MTS - 635
  • have been named USS Nevada in honor of the state. They include: USS Nevada 1865 USS Nevada BM - 8 USS Nevada BB - 36 USS Nevada SSBN - 733 Area 51 is

USS George C. Marshall SSBN 654 T shirt TH – TEEHELEN.

Show your military pride with the finest quality military patches, pins and gifts from all branches of the military. Find USS George C. Marshall SSBN 654, military. Admiral John M. Richardson Retired U.S. DEPARTMENT OF. Vintage Zippo Slim Lighter Submarine USS George C Marshall SSBN 654 Used 1976 USS George C. Marshall SSBN 654, a Benjamin Franklin class ballistic.

USS GEORGE C MARSHALL SSBN 654 Street Sign.

SELLS GIFTS HATS MUGS SHIRTS FOR USS GEORGE C. MARSHALL SSBN ​654. Poseidon missle launch from George C. Marshall SSBN 654. Find USS GEORGE C.MARSHALL SSBN 654 CELEBRATING 10 YRS IN CO and more at. USS GEORGE C MARSHALL SSBN 654 Street Sign us Rakuten. USS George C Marshall SSBN 654 No Hook and Loop. Regular price $ 6.00. Tax included. Default Title. Default Title $ 6.00 USD. Ajouter au chariot. Buy it now. USS George C. Marshall SSBN 654, Military Gifts and more at. Shop USS George C Marshall SSBN 654 Benjamin Franklin class Ballistic Missile Submarine Vintage American Flag Gift uss george c marshall ssbn 654.

Object 28 USS George C. Marshall SSBN 654.

USS George C. Marshall SSBN 654 BALL CAP This is a beautifully embroidered hat in Navy Blue, with direct embroidery USS GEORGE C. MARSHALL and. USS George C. Marshall SSBN 654 Military Fandom. Items in the Worthopedia® are obtained exclusively from licensors and partners solely for our members research needs. Flag item for content or copyright.

Uss george c. marshall ssbn 654 store CafePress.

ARTIFACT: This is a United States Navy submarine patch for the nuclear ​powered ballistic missile submarine USS George C. Marshall SSBN 654. She was. Congressional Record Bound Edition, Volume 155 2009, Part 12. People also search for. Navy USS George C. Marshall SSBN 654 Navy Veteran Locator. After proudly besting the gauntlet of submariner qualification, he was assigned to the USS George C. Marshall SSBN 654 out of Holy Loch,.

USS George C Marshall Submarine SSBN 654 Zippo Slim Lighter.

From: Dictionary of American Fighting Ships. George C. Marshall. George Catlett Marshall, born at Uniontown, Pa., 31 December 1880, was commissioned. USN 1115981 USS George C. Marshall SSBN 654. Custom built ship models such as this 1 200th scale USS Henry L. Stimson SSBN​ 655 Benjamin Franklin Class Ballistic Nuclear Missile Submarine are built by. USS George C Marshall SSBN 654 No Hook and Loop – Military. USS George C. Marshall SSBN 654. I chose object 28, a large square chunk of metal that came from the hull of the USS George C. Marshall. USS George C. Marshall SSBN 654 – theleansubmariner. He went on to serve on the USS George C. Marshall SSBN 654, USS Alexander Hamilton SSBN 617, USS Sand Lance SSN 660 and commanded the USS. USS George C. Marshall SSBN 654 pedia. USS George C Marshall SSBN 654 Navy Ballistic Missile Submarine Nuclear ​Powered. Classification: Ballistic Missile Submarine. Status: Disposed of by.

Uss George C. Marshall Ssbn 654 Products Teespring.

USS George C. Marshall SSBN 654, a Benjamin Franklin class ballistic missile submarine, was the only ship of the United States Navy to be named for General of the Army George C. Marshall, who served as U.S. Secretary of State from 1947 to 1949. USS George C. Marshall SSBN 654 Submarine Model Squadron. USS George C. Marshall SSBN 654, a Benjamin Franklin class ballistic missile. Replica V 2. Trident II SLBM launched by ballistic missile submarine. USS George C Marshall Jonathan McDowell. And submarine training, he served in USS George C. Marshall SSBN 654 and as Engineer Officer in USS Daniel Boone SSBN 629. Следующая Войти Настройки Конфиденциальность Условия. USS George C. Marshall SSBN 654 Ballistic Missile Submarine US. A group for people who served on the USS George C Marshall SSBN 654. Joel N. Weber collection: Veterans History Project Library of Congress. USS George C Marshall. USN. Rockets used: Polaris A3,Poseidon C3. Launches​: SSBN 654. Date, Rocket, Flight, Mission, PlatCode, Platform, Site, LP, AscSite.

George C. Marshall SSBN 654 Submarine Photo Index.

Benjamin Franklin class submarine. USS GEORGE C.MARSHALL SSBN 654 CELEBRATING 10 YRS IN. États-Unis GEORGE C. MARSHALL SSBN 654 Crew Roster. Year, Rank Rate, Last Name, First Name. USS GEORGE C MARSHALL SSBN 654 Direct Embroidered Cap. US Navy USS George C. Marshall SSBN 654 Sub T Shirt. US $6.89 12.89. US $2.00 New User Coupon. Get coupons. Color: Size: S. M. L. XL. XXL. XXXL. 4XL. Stephen Gerald Parenteau On Eternal Patrol. USS George C. Marshall SSBN 654, a Benjamin Franklin class ballistic missile submarine, was the only ship of the United States Navy to be named for.

Category:USS George C. Marshall SSBN 654 media Commons.

We went on a Springboard exercise with USS Tullibee and had a portcall in retired after my tour in Command of USS George C. Marshall SSBN 654 Gold. USS George C. Marshall SSBN 654 Visually. USS GEORGE C. MARSHALL SSBN 654 departed Charleston, S.C., for operational patrol with 16 POLARIS A 3 missiles. USS CANOPUS AS 34. 8 February. Home & Garden Home Decor Posters & Prints USN Navy USS. Free 2 day shipping. Buy USS GEORGE C MARSHALL SSBN 654 Street Sign us navy ship veteran sailor gift at. Beneath the Surface: The Story of an American Military Watch. War: Vietnam War, 1961 1975. Branch: Navy Unit: USS Billfish SSN 676, USS Tinosa SSN 606, USS George C. Marshall SSBN 654, USS Flasher SSN 613.

USS Frank Cable AS 40, Navys Only 4.0 Tender.

Our USS George C. Marshall SSBN 654 License Plate Frame is proudly made in the USA and its quality is guaranteed! Please check your state and local. Mr. Cody David Anderson National Air and Space Museum. Apr 1, 2018 Related Posts: Facebook Pinterest Gmail Print Friendly reddit LinkedIn Blogger StumbleUpon Tumblr USS George C. Marshall SSBN 654 T ​Shirt. A PLUSS FOR DEEP OCEAN SEARCH NICKELSBURG 1975. USS George C. Marshall SSBN 654 Patch Ballistic Missile Nuclear Submarine Patches SSB,SSBN Flying Tigers Surplus. Uss George C Marshall High Resolution Stock Photography and. USS George H.W. Bush CVN 77. close USS George C. Marshall SSBN 654. USS George Bancroft. proche. USS George Bancroft. B 561 P 700. USS General.

USS GEORGE C. MARSHALL SSBN 654 Crew Roster.

21 May 1965 Commissioned, USS George C. Marshall SSBN 654, 29 April 1966 Decommissioned and struck from the Naval Register, 24 September 1992 ​. USS George C. Marshall SSBN 654. Marshall SSBN 654 Contact Gregory C. Kane at [email protected] or 860 646 ​4211. Upcoming Events. SSBN 654 USS George C Marshall Insignia Lighter Unlimited Details. Stoney J launch. This is a picture of a Trident C4 missile being launched from the USS Stonewall Jackson SSBN 634. USS George C Marshall Asbestos Exposure The Gori Law Firm. USN Navy USS GEORGE C MARSHALL SSBN 654 US Naval submarine ​Boomer. USS GEORGE C MARSHALL SSBN 654 - Boomer, US Naval submarine.

USS George C. Marshall SSBN 654 Mesothelioma Symptoms.

Find the perfect uss george c marshall stock photo. Huge collection USS George C. Marshall SSBN 654 underway in the Atlantic Ocean on 1 February 1991. SSBN 654 George C Marshall Alumni Facebook. Media in category USS George C. Marshall SSBN 654. The following 2 files are in this category, out of 2 total. USS George C. Marshall. Cavalla Crew Interview USS Cavalla. USS George C. Marshall, SSBN 654. Benjamin Franklin class submarine Model airplanes ships aircraft aviation. Custom limited edition.

USS George C Marshall SSBN 654 Benjamin Franklin class Ballistic.

And submarine training, he served in USS George C. Marshall SSBN 654 and as Engineer Officer in USS Daniel Boone SSBN 629. Ssbn654 Haze Gray & Underway. Served in this Submarine? Find People you served with from USS George C. Marshall SSBN 654. Join TWS for Free Today!. USS George C. Marshall SSBN 654 Patch Flying Tigers Surplus. Each high quality print of the USS George C Marshall SSBN 654 is 11 X 14 inches and ships in a cardboard tube.


Voir la vidéo: HELENS BRIDGE - Haunted Asheville - Full Story